J’ai terminé Project Warlock !

Fiiioou. 60 niveaux quand même, c’est pas rien, je voudrais bien vous y voir.  Je ne connaissais pas le jeu, je ne l’attendais donc pas mais vus les premiers retours positifs et mon envie de jouer à un FPS typé rétro, je me suis laissé tenter.

C’était fatigant, et aussi un peu chiant. Retour vite fait, en quelques lignes.

Project Warlock c’est un FPS sorti récemment sur GoG & Steam qui s’inspire de Wolfenstein 3D pour le level design, et soit-disant de Doom / Hexen pour le reste. Graphiquement c’est mignon comme tout, on dirait du sell-shading version 8 bits; je n’irai pas jusqu’à comparer le style avec un jeu comme Super Mario World 2, mais j’en suis pas loin.

Question contenu, on a droit à 60 niveaux, 50 ennemis différents, 5 boss, 38 armes (en fait, y en a 12, mais comme chaque arme possède 2 variantes différentes les devs affichent 38), des perks, des items, des secrets, etc. Ces 60 niveaux sont répartis dans 5 mondes aux univers différents. Il faut purger chaque niveaux des ennemis qu’il contient et progresser en ouvrant des portes grâce à des clés et des switches, vous connaissez la musique.

Il y a un hub central où l’on achète des perks pour son perso (+10 points de vie, + 10 points de truc, etc mais en résumé, on s’en passe, on s’en fout) et où on opte (ou pas) pour telle ou telle variante de telle arme, version plutôt magie (non) ou plutôt arme à feu de FPS de bourrin (ouiii !). Il y a plein d’options graphiques différentes qui permettent de styler le jeu comme un jeu Game Boy, un vieux jeu micro-ordinateur dégueulasse ou autres délires visuels de son choix.

Voilààà….. Bon, la suite ?

Comme je le disais en intro j’ai fini le jeu, mais alors j’ai pris mon temps car au final malgré de bonnes intentions le tout est plutôt chiant à parcourir, très répétitif et surtout, surtout… les combats sont mous et pas très intéressants. La faute à des ennemis majoritairement peu inspirés, qui avancent bêtement droit sur le joueur pour la plupart, quand ils ne restent tout simplement pas statiques ou pas loin. Ils avancent presque tous à la vitesse d’un escargot et quasiment tous peuvent se faire tuer en un seul coup. C’est très frustrant car finalement, les armes ne sont pas si mal – sauf peut être celles basées sur la magie, bof – mais même quand une salle est remplie d’ennemis, on se sent rarement en difficulté. Mettez la main sur le canon scié, le chaingun et le rocket-launcher et hop, plus rien ne vous résistera.

Pour tout dire le jeu est tellement simple même en difficulté maxi que j’ai hésité un instant à le refaire en mode t’es mort = tu recommences tout. Mais quand j’ai compris qu’il y avait autant de niveaux, j’ai changé d’avis. Il y a bien 2 ou 3 ennemis qui peuvent offrir un certain intérêt mais c’est tout.

Et c’est pas le level design d’un monotone à vous faire bailler qui va relever le niveau. Tout est plat à la Wolf 3D, tout est similaire, souvent exiguë, répétitif… Sortir un jeu comme ça aujourd’hui, c’est quand même chaud car c’est vraiment, mais alors vraiment réservé à un public d’ultra niche qui n’a pas peur de jouer à un Wolf-like en 2018. Le trip retro je suis le premier à y adhérer quand c’est bien fait mais là y avait quand même moyen de proposer quelque chose d’un peu plus ouvert, de plus fouillé et plus intéressant.. 60 niveaux ok, mais souvent on a l’impression de faire plusieurs fois le même niveau sous une skin différente… J’exagère un peu, mais comme tous les niveaux sont basés sur le même schéma, rien ne se renouvèle jamais… On a beau visiter plusieurs mondes ça change pas grand chose, on finit vite par s’ennuyer.

A proposer autant de niveaux génériques et peu inspirés, on est forcés d’y revenir par petites touches ici et là. C’est entre autres pour ça que j’ai mis un temps fou à le terminer et une chose est sûre, c’est que je n’y toucherai plus du tout. Et c’est vraiment con, car ç’aurait pu être un très bon jeu si les développeurs s’étaient concentrés sur la qualité au lieu de la quantité.

Est ce que Project Warlock est un mauvais jeu ? Non. Il y a des guns sympas, graphiquement c’est vraiment très soigné, et lorsque ça s’ouvre un peu c’est pas loin d’être entraînant. Mais c’est surtout un jeu strictement réservé aux joueurs qui sont habitués à jouer à de vieux FPS, qui s’ennuient en ce moment, qui ne savent pas à quoi jouer et qui cherchent à tuer 20 minutes par ci, 10 autres par là sans réfléchir. Les autres se fichent éperdument du jeu et n’iront jamais lire ce test, alors inutile de les inquiéter avec quoi que ce soit.

 

Liens

Site officiel
Acheter le jeu : GoG | Steam
Nofrag : Test de Project Warlock, l’ode aux Doom-like
Nofrag : Pépites et Nuggets : 3m19 pour vous parler de Project Warlock
Cataclysm 3D (première tentative de jeu du développeur)

Screenshots

L’ambiance de la base dans l’Antarctique est sympatoche.
Le HUD est quand même assez laid.
Y a des références aux modèles du genre.
Graphiquement même si ça peut piquer parfois, c’est quand même pas mal.
Voilà à quoi ressembleront les combats la plupart du temps : espace confiné, des ennemis trop lents et trop cons.
Voilà, j’ai trouvé le canon scié. C’est bon, vous êtes tous morts.

 

Gameplay (no commentary)

2 réponses sur “J’ai terminé Project Warlock !”

  1. Bon article, comme à chaque fois !

    Quant à ton avis sur le jeu… même ressenti (sauf que je n’ai pas eu la patience de me forcer à la terminer). D’autant que le genre étant en pleine renaissance, on peut se permettre de faire la fine bouche et il y a plein d’autres choses plus sympathiques à se mettre sous la dent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *