Fier !

Un des plus grands succès de ces derniers mois: quand je dis ‘Sumimasen’ dans un bar pour attirer l’attention d’un serveur, hé bien ça marche.

Exercice type: prenez quelques étrangers fiers de leurs précaires connaissances en japonais, balancez les dans une izakaya un peu bondée. Il y a un brouhaha permanent. Hé bien aucun n’arrivera à faire venir la serveuse en utilisant un ton normal. il va falloir s’égosier, s’y mettre à plusieurs, faire des gestes et j’en passe. La petite japonaise à côté de vous lâche un ‘Sumimasen’ désinvolte, d’une voix qui ne dépasse pas le vacarme ambiant: la serveuse est derechef à notre table, et la petite japonaise en a pour des semaines à se payer votre grosse tête.

C’est une question d’intonation, ça peut prendre du temps. Mais maintenant ça marche \o/

Et sinon, vous reprendrez bien du Fuji et de la côte déchiquetée du Noto ?

29 réponses sur “Fier !”

  1. Les Chinois gueulent, c’est plus simple de se fondre dans la foule…

    Au fait si ça te dit de faire un saut ici prendre des photos, t’es le bienvenu – je change d’appart et j’aurais une chambre d’hôte le moins prochain. Je pense que l’expérience pourrait être marrante…

  2. Moi j’entends de belles saloperies sur les euros au japon, genre ils se retournent quand il te voient.

    J’aime bien leur culture leur sensibilité mais pourquoi grand dieux ils sont aussi désagréables et flippent autant des qu’ils voient un étranger.

    Ca fait plusieurs fois que j’ai ce genre de témoignages – C’est une légende tout ca, ou ce sont des putains de faits?

  3. si les vendeurs français était à moitié aussi agréables que le sont les commerçants japs, ça serait déjà une putain de grande avancée

    et combien de fois j’me suis paumé à Tokyo et ai demandé mon chemin, les gens marchaient parfois 15/20 minutes quitte à fairer un détour pour m’emmener où je voulais

    j’ai un gars qu’a appelé sa femme à la maison pour qu’elle check sur google maps

    j’me suis fait offrir un parapluie par une japonaise à harajuku un jour où il pleuvait comme vache qui pisse

    la peur des étrangers, c’est plus vrai pour les noirs et arabes (faut vraiment les chercher pour les trouver), pas spécialement les euros ni les américains/australiens tout blancs je pense (enfin moi j’me fonds dans la masse je suis un jaune de base)

  4. ptet parce que comme tu dis t’es jaune de base, et tu dois peut etre tres bien parler le japonais.

    J’avais prevu un voyage la bas d’ici 3 ans, et j’avoue que les temoignages a ce propos me refroidissent beaucoup.

  5. GrOCam a dit :Moi j’entends de belles saloperies sur les euros au japon, genre ils se retournent quand il te voient.

    T’es blasé parce que t’es Français. Tu vas à Paris tu vois que ça, et le métissage social et touristique est assez important en France – beaucoup plus que dans un pays comme le Japon, et culturellement beaucoup plus intégré (quoique hein vous me direz vu ce que le gouvernement nous pond), tandis que les étrangers restent portion congrue là-bas. Mais même en France, balance un asiatique ou un africain dans un bled de 180 habitants dans le Cantal ou en Charente, et tu vas voir si les gens ne se « retournent » pas…

    Et Syla confirmera, mais pour ce que j’en ai compris, tu passes de plus en plus inaperçu, si c’est ça qui t’inquiète. La dernière fois que j’ai vu des Chinois se retourner sur mon passage à Pékin, c’est quand j’étais avec deux copines russes d’1m75 hein, ils commencent à être un peu blasés eux aussi, faut pas croire.

    Si déjà tu ne supportes pas l’idée qu’un Asiat puisse se retourner quand il te croise, faut pas aller au Japon mon vieux, ou tu vas prendre cher…

  6. Fishbed – Merci, pourquoi pas. Je suis un peu surchargé pour les 6 prochains mois, mais j’aimerais bien visiter la Chine, oui.

    Caroline – J’ai essayé de corriger un peu le bleu, mais ça fait granuler le ciel…

    Winston_Wolf – Oui, c’est un peu ça. Faut bouffer le premier ‘m’, accentuer le dernier ‘e’ tout en nasalisant le ‘n’. ‘Suimasseeenn’.

    GrOCam – Je sais pas qui t’a raconté tout ça, mais ce n’est pas du tout mon expérience. Dans les grandes villes, ils s’en foutent et tu passes inaperçu (tip: je fais plus d’1m90 et oui, personne ne se retourne. Il y a même des japonais (rares) aussi grands que moi). Mais évidemment, il y a de temps en temps un petite vieille qui me dit que je suis vachement grand en rigolant.
    Le pire qui puisse arriver, c’est de poser une question à quelqu’un, et il ne répond même pas et s’en va. En général il faut toujours poser ses questions à des jeunes et à des filles: plus de chances qu’elles parlent anglais.

    Je rejoins Noodle et Fishbed: si seulement les français pouvaient être moitié aussi aimables et serviables !

    moSk – Non, en noGravity !

  7. non mais ho Fishbed… le probleme c’est pas l’indifférence des passants ou passer inapercu ca la limite on s’en cogne en ville, la on parle carrément de rejet ou de peur genre on presse le pas, genre tourner le dos quand on a remarqué la personne alors qu’on était de face par exemple

  8. Tes potes je sais pas où ils ont vécu leur expérience japonaise, mais si on parle d’un village de pêcheurs à Sado ya ptete une marge de progression humaine hein. Si de ton côté t’as jamais vu un vieux (ou plus simplement un Parisien) presser le pas quand quelqu’un qu’il prenait pour une caillera ou un touriste essayait vainement de lui adresser la parole, je ne sais pas dans quelle ville tu vis, toi! 🙂

    Si ya un truc sur lequel les copines en Japonais vont dire qu’elles trouvent les Japonais un peu faux-cul et parfois difficiles à vivre, c’est éventuellement dans leur gestion de l’amitié en général, ou au boulot, pour celles qui ont bossé là-bas et ont des expériences mi-figues mi-raisin dans des structures tenues par des Japonais. Ensuite, pour ce qui est du contact humain, spécialement avec les filles, ya quand même difficilement plus kawaï au premier abord (c’est ensuite, pour avoir quelque chose de solide, que ça se complique peut-être)… Forcément si t’essaies de demander ton chemin à un vieux dans la rue, ça va pas le faire – mais je te conseille pas d’être basané ou japonais et de le faire dans le VIe (expériences vécues par des amies étrangères), les vieux (heureusement pas tous, loin de là) ont une plus forte propension à avoir peur et à être fermés partout.

  9. Je sais pas la manière dont ca a été raconté laisserait croire qu’il y avait autre chose.

    ceeeeertes, oui les gens de l’urbain ne sont pas des plus agréables, ouverts il est vrai.. bon donc apparemment au japon c’est pas toujours le cas pour tout le monde.

  10. Je confirme que le premier abord est plus facile avec à des japonais: ils offrent spontanément de t’aider, sont aimables, etc… Au pire il ne se passe rien. C’est plus ‘lisse’ et policé que chez nous. Mais c’est peut-être ça le plus dur: chez nous, quoiqu’il arrive on aura une réponse (y compris de rejet). Ici, la personne peut s’en aller sans même un regard. Mais c’est déjà moins violent que ‘Retourne dans ton pays connard !’.

    Mais il est vrai que plein de choses sont complêtement différentes: ça ne se fait pas de regarder dans les yeux, il ne faut surtout pas insister, pas parler trop fort, etc…
    J’ai d’ailleurs un billet en préparation, faut que je le finisse. Y’a un adage semi-vrai, selon lequel tout touriste qui vient pour la première fois au Japon est un gros lourd. Y’a trop de codes implicites à respecter, ce qui fait que même avec la meilleure des volontés on ne se comporte que mal.

    Je pense que le plus dur, c’est après: comme ils sont très serviables tu penses que c’est dans la poche, mais en fait pas du tout et tu t’en prends plein les dents.

    Mais honnêtement, si tu penses faire un voyage de quelques semaines voire un mois, tu n’auras aucun problème. Au pire, une bonne surprise.

  11. Fishbed a dit :
    Si ya un truc sur lequel les copines en Japonais vont dire qu’elles trouvent les Japonais un peu faux-cul et parfois difficiles à vivre, c’est éventuellement dans leur gestion de l’amitié en général, ou au boulot, pour celles qui ont bossé là-bas et ont des expériences mi-figues mi-raisin dans des structures tenues par des Japonais. Ensuite, pour ce qui est du contact humain, spécialement avec les filles, ya quand même difficilement plus kawaï au premier abord (c’est ensuite, pour avoir quelque chose de solide, que ça se complique peut-être)… Forcément si t’essaies de demander ton chemin à un vieux dans la rue, ça va pas le faire – mais je te conseille pas d’être basané ou japonais et de le faire dans le VIe (expériences vécues par des amies étrangères), les vieux (heureusement pas tous, loin de là) ont une plus forte propension à avoir peur et à être fermés partout.

    Vrai au debut. Mais pas vraiment d’accord sur le cote « kawai » de l’etranger vis a vis de la japonaise de base. Y’a pas mal de stereotypes qui nous collent a la peau, herites en partie des GIs en faction bien cons, et autres financiers blancs gros et gras qui n’ont aucun scrupules.
    Mais tres vrai sur le « pour avoir quelque chose de solide, que ça se complique peut-être ». Ca se complique « sa mere », si t’es pointilleux sur les extremes: si tu ne veux pas te marier, et si te taper du cougar en boite pour un soir ne te motive pas, bref si tu cherches une relation… et bah… « normale » en fait, c’est plutot dur 🙂

    Ca doit etre un truc en lambda*exp(-skill("jap")) avec lambda plus ou moins dependant de tes caracteristiques physiques personnelles. (Ou pas).

  12. Syla a dit :
    pas parler trop fort, etc…

    ça m’a manqué au bout d’une heure quand je suis revenu à paris

    putain que les gens sont lourds en france.
    quand c’est pas l’étudiante pisseuse en arts qui raconte sa vie méga pas passionante au fond du bus, le groupe de jeunes qui se marre à tue-tête en parlant du dernier jeu vidéo à la mode, les deux grosses noires qui parlent un dialecte inconnu dans le métro, le papa qui débauche et qui gueule dans son portable comme si le micro du truc était à l’autre bout de la rame, arrrgh

    les japonais respectent vraiment la tranquillité des autres, c’est ultra-agréable.

  13. bon tant que j’y suis à parler de ce qui me plait, le plus gros contraste entre tokyo et paris c’est la propreté

    – il n’y a pas de poubelles publiques au milieu du trottoir et pourtant les rues sont ultra-clean
    – TOUTES les voitures ont l’air de sortir du nettoyage tellement elles brillent
    – tout le monde se nettoie les mains avant de commencer à manger (au moins avec les mini-lingettes humidifiées)
    – que ce soit en haut d’un hotel haut de gamme ou au kfc, les chiottes sont clean, les rouleaux de papier-cul sont bien alignés dans les mini-placards et personne ne va foutre le bordel dedans; l’électronique des chiottes marche toujours alors qu’en france, le premier connard venu va tirer sur le fil électrique, ou taguer la porte, ou pisser sur la lunette des chiottes

    quand on revient de tokyo paris ça passe vraiment pour un pays du tiers-monde

  14. J’ai un pote qui me racontait la situation un peu inverse, et je le comprends. Il a passé déjà plus de 7 ans à Tokyo. Je cite:

    ‘Le Japon c’est un peu comme la matrice: tu as de bonnes conditions pour bosser, tout marche nickel, les gens ne te font jamais chier, c’est beau et confortable. Et puis un jour, tu te casses parceque t’en as marre de ne cotoyer que des fantômes’.

    Edit: pour la question de la clope dedans/dehors je ne suis pas d’accord, j’ai plein d’amis japonais qui trouvent notre façon de faire bien mieux. Parceque plein d’izakayas sont entièrement fumeurs, et tu t’encrasses bien en y restant. Chaque café/resto avec un espace fumeur bien clos, c’est faux pour tous les petits restos pas chers.

    Re-edit: Ah ouais mais non, si tu recrées un commentaire avec l’édition précédente, c’est difficile à suivre (enfin, pour moi).

  15. Syla a dit :
    J’ai un pote qui me racontait la situation un peu inverse, et je le comprends. Il a passé déjà plus de 7 ans à Tokyo. Je cite:
    ‘Le Japon c’est un peu comme la matrice: tu as de bonnes conditions pour bosser, tout marche nickel, les gens ne te font jamais chier, c’est beau et confortable. Et puis un jour, tu te casses parceque t’en as marre de ne cotoyer que des fantômes’.

    Je connais beaucoup de gens qui ne s’y plairait pas spécialement aussi. Mais perso je suis quelqu’un de très calme (au moins en apparences, on se lâche bien avec ma copine (100% jap) jusqu’à peut-être parfois être un peu lourd pour les autres), et peut-être parce que je suis moi-même asiat, j’adore ces qualités du japon et le côté extraverti des français me dérange souvent.

    Pour continuer sur la propreté, je me suis aussi rendu compte de la bêtise de la loi anti-tabac en france :

    à tokyo il est interdit de fumer dans la quasi-totalité des rues mais chaque café/restau a un espace fumeur (aussi grand et agréable que le non-fumeur si ce n’est l’odeur à supporter) -> les café/restau sont donc souvent rempli de gens, à toute heure de la journée, car c’est le seul endroit où fumer sa clope

    à paris, on interdit la cigarette, résultat –> les cafés/restaus perdent une grosse partie de leur clientèle, j’en déduis que c’est un coup dur pour nombre de business, et les rues sont complètement déguelassées de mégots. comme tout le monde fume dans la rue, tout le monde en « profite », enfants et cie, il n’y a plus moyen d’y échapper

    dans le genre idée à la con, la france s’est toujours démarquée!

  16. Noodle a dit :

    Syla a dit :
    J’ai un pote qui me racontait la situation un peu inverse, et je le comprends. Il a passé déjà plus de 7 ans à Tokyo. Je cite:
    ‘Le Japon c’est un peu comme la matrice: tu as de bonnes conditions pour bosser, tout marche nickel, les gens ne te font jamais chier, c’est beau et confortable. Et puis un jour, tu te casses parceque t’en as marre de ne cotoyer que des fantômes’.

    Je connais beaucoup de gens qui ne s’y plairait pas spécialement aussi. Mais perso je suis quelqu’un de très calme (au moins en apparences, on se lâche bien avec ma copine (100% jap) jusqu’à peut-être parfois être un peu lourd pour les autres), et peut-être parce que je suis moi-même asiat, j’adore ces qualités du japon et le côté extraverti des français me dérange souvent.
    Pour continuer sur la propreté, je me suis aussi rendu compte de la bêtise de la loi anti-tabac en france :
    à tokyo il est interdit de fumer dans la quasi-totalité des rues mais chaque café/restau a un espace fumeur (aussi grand et agréable que le non-fumeur si ce n’est l’odeur à supporter) -> les café/restau sont donc souvent rempli de gens, à toute heure de la journée, car c’est le seul endroit où fumer sa clope
    à paris, on interdit la cigarette, résultat –> les cafés/restaus perdent une grosse partie de leur clientèle, j’en déduis que c’est un coup dur pour nombre de business, et les rues sont complètement déguelassées de mégots. comme tout le monde fume dans la rue, tout le monde en “profite”, enfants et cie, il n’y a plus moyen d’y échapper
    dans le genre idée à la con, la france s’est toujours démarquée!

    Connaissant les Japonais, ça sent autant, voire plus, le genre de loi faite pour empêcher les mégots dans la rue ou pour montrer l’exemple aux gosses que pour ménager la santé des usagers. ^^

    Quant à se démarquer, on commencerait plutôt à voir ce genre de pratiques se généraliser dans de nombreux pays occidentaux(Irlande, Italie, Espagne (?), Canada…), au contraire.

  17. Pour reprendre sur la cigarette, en pratique, dans 90% des cafes/restos a Tokyo (les 10% restant etant majoritairement des lieux a plusieurs etages), on se retrouve cote a cote avec des fumeurs quand tu manges/prends un cafe. Franchement, les yeux qui piquent de TROP de fumee quand tu manges, c’est vraiment relou (et je suis fumeur/supporte bien la fumee de clope).

    Les pratiques jap’ poussent en effet a ne pas jetter ses megots partout, et c’est tres bien comme ca. Ca donne des gens un peu plus responsables, qui se rendent compte un peu plus des enjeux pour l’entourage.

    En pratique aussi, quand tu rentres tranquillement, le soir, a minuit passe chez toi, et que la rue est quasi-vide, les fumeurs ne se genent pas pour en griller une, et les flics, qui patrouillent souvent, te laissent tranquille: a cette heure-ci, y’a plus d’enfants dans les rues, assez d’espace pour pas enfumer les autres, et tant que tu mets pas ton megot par terre, t’es tranquille. C’est caracteristique de l’ambivalence Japonaise vis a vis des regles 🙂
    En journee, devant les petites superettes ou les buildings de bureau, il y a des cendriers, et les fumeurs sont toleres dans ces endroits, parce qu’ils sont restreints/materialises.
    Les regles japonaises sur la clope ne sont donc pas vraiment l’enfer a vivre 🙂

    Mais clairement, y’a pas de grand vainqueurs sur la politique anti-tabac.

  18. Aliocha – Enormément de rues sont non-fumeurs, certaines où c’est permis mais déconseillé car dangereux pour les enfants. par contre il y a des points fumeurs, avec cendriers et tout, assez régulièrement.
    Boire je ne sais pas: je n’ai jamais vu personne picoler directement dans la rue, par contre on croise pas mal de gens bourrés le vendredi soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *