Petit guide ethnologique à base de mauvaise foi

La japonaise ne portera jamais d’uniforme.
Je vous vois venir, les pervers. Je vous le dit tout net: si une japonaise porte un uniforme, c’est qu’elle est mineure. Qu’elle se les pèle l’hiver à cause d’un réglement stupide qui précise qu’on ne doit porter un manteau qu’à partir de mi-décembre et que la mini-jupe c’est y compris en janvier quand il fait -10 le soir en sortant des cours. En plus, les uniformes sont interdits dans beaucoup de magasins, donc elle doit faire son heure de train le plus vite possible pour se changer. En fait, elle hait l’uniforme. A moins qu’elle vienne d’une école super riche et que l’uniforme ait été fait par un grand couturier. Là, elle tolère, mais elle ne peut quand même pas faire de Purikuras avec les copines (ceci est une vidéo à fort potentiel de perte de temps, mais ça explique un peu le Purikura et l’ambiance qui y règne).

La japonaise en a marre qu’on lui demande si elle porte le kimono.
Parceque c’est inconfortable, long à mettre, trop chaud ou pas assez, elle ne peut pas aller pisser, ça coûte cher alors qu’elle ne l’avait pas demandé, c’est la preuve que sa mère aime toujours jouer à la poupée (d’ailleurs, on fait nettement moins chier les mecs avec le kimono). Et après réflexion, ce sont ses parents qui l’ont choisi et elle n’aime pas la couleur.
Par contre, elle crie ‘Iiiiiiii naaaa !’ quand elle en voit un dans la rue.

Cependant, la japonaise cache un passé de dévergondée vestimentaire.
Pendant les années fac, jusqu’au début du boulot, ou à peu près. C’est en feuilletant l’album des photos de purikuras que tu ne l’as pas reconnue. Avec la teinture, le maquillage et le décolleté agressif. Le mini-short outrancier ? Oui oui, elle l’a toujours, pourquoi ?

La japonaise passe son temps à bouffer.
Oui, mesdemoiselles, c’est injuste mais je vous l’assure: elles passent leur temps à bouffer ou à prévoir le prochain restaurant où elles pourront recommencer… Et elles ne prennent pas un gramme. Corollaire pour les messieurs: il va falloir connaitre quelques bonnes adresses si vous voulez gagner des points.
Ah et puis évidemment, elles parlent régime tout le reste du temps où elles ne bouffent pas.

La japonaise vit chez ses parents.
On connait tous la théorie: loyer et déménagement très chers, transports en communs très efficaces, si bien qu’à moins d’habiter très loin et/ou d’être très bien payés les japonais habitent chez leurs parents jusque très tard, voire jusqu’au mariage. En pratique ça veut dire que maman appelle à 23h, pour éviter que la fierté de ses jours ne devienne l’angoisse de ses nuits.

Si ce n’est pas le cas, elle ne veut surtout pas y retourner.
C’est parceque la dernière fois qu’elle est rentrée voir le cocon familial ils lui ont présenté un fils d’agriculteur, bien sous tous rapports évidemment. La fois d’avant c’était un copain de classe qu’elle n’avait pas vu depuis dix ans et qui ne s’est pas amélioré avec l’âge. Hé oui, les parents sont restés coincés au temps des mariages jeunes et sans interrogations frivoles.

Ta japonaise en veut à ton groupe sanguin.
Elle sait bien que c’est stupide et non, elle n’y croit pas vraiment, mais c’est quoi déjà ton groupe sanguin ? Non, parceque les B, c’est connu, ce sont des égoïstes renfermés, alors que les A sont plus ouverts et rigolos, né ? Les AB ? Eééé, c’est les fantasques et les artistes, on sait jamais à quoi s’attendre. Les 0, elle a oublié mais c’est certainement pire. Mon cartésianisme sourit poliment et reprend une tasse de thé.

La japonaise se pose des questions sur son couple.
Rien d’inattendu, me direz-vous. Mais quand elle décide d’aller voir une voyante pour lui demander quoi faire et qu’elle suit son avis, mon cartésianisme commence à crisper son sourire. Ceci dit, je connais des japonais qui font de même.

La japonaise travaille.
Celle là, on me l’a sortie tellement de fois que je la prenais comme preuve de manque d’imagination flagrant dans l’excuse pourrie. Hé bien force m’est de reconnaitre qu’ici c’est parfaitement valable: elle travaille. Trop. Et faire des journées de 8 à 23h sans pause repas, même s’il y a beaucoup de présence sans vrai travail, ça laisse des traces.

Ah et puis si tu n’as vraiment pas de chance, la japonaise est fan de Marie Antoinette. Si si si, elle te le sort comme un grand cri du coeur quand elle a appris que tu es français, après t’avoir complimenté sur ta façon de tenir les baguettes (jôzu da ne ?). C’est depuis qu’elle a vu des trucs comme ça. Ne pas tenter une quelconque argumentation, de toute façon tu n’as pas le vocabulaire. Et dans ce cas extrême, il y a des chances pour qu’elle n’ait pas l’intellect non plus. La fuite est le meilleur recours.

Pas de photos vu que je ne connais que des japonaises adorables, mais je rajoute 1m60 dénué de cervelle pour faire bon poids bonne mesure:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tt3cRUPJAe0[/youtube]

(Je ne suis pas arrivé à regarder jusqu’au bout… Même si elle est mignonne)

30 réponses sur “Petit guide ethnologique à base de mauvaise foi”

  1. Très bon cet article.
    Ironiquement, Lost in Translation reste un de mes films fétiches, notamment de part l’aliénation du cadre nippon. Pour quelqu’un qui, comme moi, méconnait l’archipel au point d’en être effrayé, le film de Sofia Coppola, en isolant Bob et Charlotte, délivre une charge émotionnelle surprenante.

  2. RLucas – J’aime beaucoup ‘Lost in Translation’, mais l’isolement qu’il montre est assez artificiel. Dès que tu restes un peu, tu te mets à rencontrer des gens, à échanger quelques mots, et ça devient supportable. Mais c’est vrai que dans le cas du film (seuls, seulement pour quelques jours dans un pays qui ne les intéresse pas), ça passe.

    Gonzague – L’avantage des sciences, c’est que tu ne fréquentes que des japonais très européanisés, qui ont voyagé et tout. C’est plus facile.

    J’ai rajouté deux paragraphes, aussi, je les avais oublié.

  3. Syla a dit :
    Gonzague – L’avantage des sciences, c’est que tu ne fréquentes que des japonais très européanisés, qui ont voyagé et tout. C’est plus facile.

    Je suis developpeur web, mon big boss est japonais, beaucoup de clients sont japonais.

    Mon big boss n’a pas confiance en ce qu’on fait, alors il refait les systèmes lui même au cas où ce qu’on fait marche pas, et il veut qu’on mette ses designs en tableaux et il veut rien d’autre. Il a 60 ans, il est tout sauf informaticien.

    Les clients japonais aussi, brassent des millions mais ne savent pas entrer leur putain de nom dans un formulaire, sont des putains d’assistés j’ai jamais vu ça. Je te raconte pas quand on leur demande de rentrer leur nom en alphabet, pas en kanji ou je sais pas. on leur met une image qui dit en japonais de ne pas le faire, cette image prend la moitié de l’écran mais ils mettent quand même en symboles.

    Et ensuite faut qu’ils nous envoient des documents… la c’est une galère aussi vu que les 3/4 oublient de signer les documents (alors qu’ont leur a mis une grosse flèche rouge pétante pour leur dire de signer ici.

    On a fait un manuel de 90 pages (qu’ils lisent apparemment) pour dire comment se servir d’un site de vente en ligne coté utilisateur.

    Sincèrement, quand je vois ça, je me demande comment ce pays peut être la 2eme puissance mondiale…

    Je vais bientôt aller remplir mon formulaire de rage.

  4. Les Coréens sont plus que casses-couilles au boulot! ils sont du genre à te prendre ton passeport à l’entrée de la boite et te le rendre qu’une fois le boulot finit et conforme à leurs attentes…

  5. Gonzague – Ca m’étonne pas trop. Leur évolution technologique a été telle, que les mentalités n’ont pas suivi. S’ils ont 40-60 ans, c’est comme si tu demandais à ta grand mère de remplir sur internet un formulaire en cyrillique. En plus ils n’ont pas de signature, donc bon…

    PositiveFunk et 1871damage – Merci !

  6. Pareil, j’ai trouvé cette phrase très belle !
    Sinon très bon article. J’y reconnais bien les japonaises que j’ai pu rencontrer à Tokyo.
    Concernant Lost in translation, j’adorai ce film avant d’aller vivre à Tokyo. 2 ou 3 mois après avoir vécu la bas, je le trouvais cliché à souhait et il me dégoutait. Puis plus le temps passait plus je l’aimais à nouveau, il faut juste ne pas oublier le contexte des personnages et ne pas en faire une généralité.
    Il est très vrai pour ceux qui découvrent Tokyo en 1 semaine et repartent ensuite.

  7. Gonzague a dit :

    Syla a dit :
    Gonzague – L’avantage des sciences, c’est que tu ne fréquentes que des japonais très européanisés, qui ont voyagé et tout. C’est plus facile.

    Je suis developpeur web, mon big boss est japonais, beaucoup de clients sont japonais.
    Mon big boss n’a pas confiance en ce qu’on fait, alors il refait les systèmes lui même au cas où ce qu’on fait marche pas, et il veut qu’on mette ses designs en tableaux et il veut rien d’autre. Il a 60 ans, il est tout sauf informaticien.
    … bla …

    si ça peut te rassurer, les utilisateurs font exactement la même chose en suisse … L’autre semaine un utilisateur à découvert un bug dans un programme de payement qu’on met en place :

    lui « si on oublie de cliquer sur le bouton « payé », ça n’enregistre pas le payement ? »
    moi  » … non, effectivement »
    lui « et si on clique sur « payé » alors que le client à pas payé, ça fait une erreur de caisse »
    moi « euh, ben oui »
    lui « HaHa ! … Donc c’est un bug ? »
    moi  » ……… oui, du côté de l’utilisateur alors »

  8. « Ca m’étonne pas trop. Leur évolution technologique a été telle, que les mentalités n’ont pas suivi. S’ils ont 40-60 ans, c’est comme si tu demandais à ta grand mère de remplir sur internet un formulaire en cyrillique. »

    Moi ma dadouchka elle y arrive très bien.

  9. Guybrush, Sir_carma – Merci (et on est d’accord pour ‘Lost in Translation’).

    Noodle – Dans la vie de tous les jours, oui, on ne voit quasiment que des Oba-san avec un kimono assez terne, avec manches courtes. Mais va dans les parcs le weekend (et c’est bientôt Seijin no Hi), tu verras des filles en kimono Furisode.

    Perco – Je ne connais pas le sketch dont tu parles, mais les ‘Gaki no Tsukai’ en ont fait un paquet.

  10. Syla a dit :
    Gonzague – Ca m’étonne pas trop. Leur évolution technologique a été telle, que les mentalités n’ont pas suivi. S’ils ont 40-60 ans, c’est comme si tu demandais à ta grand mère de remplir sur internet un formulaire en cyrillique. En plus ils n’ont pas de signature, donc bon…
    PositiveFunk et 1871damage – Merci !

    Sauf qu’on a ce problème d’alphabet et de signature (même s’ils ont pas de signature a proprement parler, la plupart écrivent leur noms en kanjis) avec des jeunes de 22-23 ans qui eux aussi sont assez intelligents pour avoir lancé leur business et se faire plusieurs millions ….

  11. TheBigBang a dit :
    Super article Syla, merci.
    Une question : question sexe elles sont comment ?

    +1

    J’ai chopé des asiatiques, mais toujours « occidentalisées ». Ca m’intrigue.

    Elles sont comment ? La motte (trop) fournie c’est que dans leurs pr0n ou c’est aussi irl ?

  12. Très beau Syla, très fin dans le style, t’es un artiste sur tous les plans.

    Les gars pour le coup je trouve ça presque sale de parler de cul ici, allons faire notre topic ailleurs et laissons le public savourer la verve de notre héros…

  13. Fishbed a dit :
    Très beau Syla, très fin dans le style, t’es un artiste sur tous les plans.
    Les gars pour le coup je trouve ça presque sale de parler de cul ici, allons faire notre topic ailleurs et laissons le public savourer la verve de notre héros…

    Peut-être, mais je suis vraiment curieux de savoir comment c’est là-bas.

  14. Super article, j’y reconnais par moment ma moitié (notamment sur la question du kimono), pas tout le temps évidemment (et notamment sur la vie chez ses parents)…
    Et non je ne répondrai pas à « question sexe elles sont comment? » parce que je ne couche pas avec « elles » mais avec Elle.

  15. cha a dit :

    TheBigBang a dit :
    Super article Syla, merci.
    Une question : question sexe elles sont comment ?

    +1
    J’ai chopé des asiatiques, mais toujours “occidentalisées”. Ca m’intrigue.
    Elles sont comment ? La motte (trop) fournie c’est que dans leurs pr0n ou c’est aussi irl ?

    Ma copine est une asiat tout sauf occidentalisée (birmane) et c’est plutôt très sympathique avec elle. Et la motte un peu fournie mais pas trop.
    Je pense que c’est un peu comme partout, y a des coincées et des furies.

  16. Helpmefixmybike – Je comprends que la débauche de luxe fascine, mais c’est vrai que je suis un peu imperméable…

    Merci tout le monde (Fishbed, n’en fais pas trop quand même…). Et pour les questions croustillantes à base de pilosités et cris aigus, je ne réponds pas parcequ’en général vous trouvez la réponse tout seul: ‘Je pense que c’est un peu comme partout’…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *