Fier !

Un des plus grands succès de ces derniers mois: quand je dis ‘Sumimasen’ dans un bar pour attirer l’attention d’un serveur, hé bien ça marche.

Exercice type: prenez quelques étrangers fiers de leurs précaires connaissances en japonais, balancez les dans une izakaya un peu bondée. Il y a un brouhaha permanent. Hé bien aucun n’arrivera à faire venir la serveuse en utilisant un ton normal. il va falloir s’égosier, s’y mettre à plusieurs, faire des gestes et j’en passe. La petite japonaise à côté de vous lâche un ‘Sumimasen’ désinvolte, d’une voix qui ne dépasse pas le vacarme ambiant: la serveuse est derechef à notre table, et la petite japonaise en a pour des semaines à se payer votre grosse tête.

C’est une question d’intonation, ça peut prendre du temps. Mais maintenant ça marche \o/

Et sinon, vous reprendrez bien du Fuji et de la côte déchiquetée du Noto ?

Yukiguni

Les petites gares glacées de campagne ont leur charme bien à elles.
L’odeur du seul petit chauffage à essence autour duquel tout le monde se serre, à l’étroit sur des bancs de bois. Pas de distributeur de café en conserve, mais une machine antédiluvienne dans un coin, avec des gobelets proposés à côté. Parfois on donne simplement cent yens au chef de gare, et il vous en fait un avec la machine présente dans son local.

Le ticket est poinçonné à la main en entrant dans l’unique wagon moite et surchauffé. La contrôleuse a accroché deux ‘Hello Kitty’ à son badge, histoire de tempérer la sévérité de sa fonction. Elle peine à cacher ses baillements sous son masque et trébuche lors des coups de frein.

Et derrière les vitres opaques de buée, il neige.

[Help!] Vente de photos

Bonjour tout le monde.
Figurez vous que je vais vendre certaines de mes photos. J’ai montré mon panoramique de la salle d’escalade aux gérants, ils ont beaucoup aimé et veulent en faire des posters ou pour leur site web. Il faut donc que j’y retourne, que je reprenne plein de photos (ils ont une autre salle de bloc que je n’avais pas prise, il les faut avec personne dedans car sinon ils auront des problèmes de droits).

Mais j’ai un pépin: je leur demande combien ? Un grand panoramique c’est une douzaine de photos, et une petite heure de traitement derrière. Je leur file le fichier, ils se débrouillent après pour une impression au autre. En plus j’ai plein de remords car une fois qu’on a l’idée, n’importe qui peut faire la même chose (même avec un simple Point&Shoot). Je n’ai évidemment jamais fait un truc pareil.

De plus, est ce que vous connaissez de bons sites où l’on peut envoyer des images et les gens paient pour une impression via le site. Genre Zazzle.com, mais qui puisse gérer les très grands formats bizarres (vu que mes posters sont tous beaucoup plus longs que larges).

Merci !

Petit guide ethnologique à base de mauvaise foi

La japonaise ne portera jamais d’uniforme.
Je vous vois venir, les pervers. Je vous le dit tout net: si une japonaise porte un uniforme, c’est qu’elle est mineure. Qu’elle se les pèle l’hiver à cause d’un réglement stupide qui précise qu’on ne doit porter un manteau qu’à partir de mi-décembre et que la mini-jupe c’est y compris en janvier quand il fait -10 le soir en sortant des cours. En plus, les uniformes sont interdits dans beaucoup de magasins, donc elle doit faire son heure de train le plus vite possible pour se changer. En fait, elle hait l’uniforme. A moins qu’elle vienne d’une école super riche et que l’uniforme ait été fait par un grand couturier. Là, elle tolère, mais elle ne peut quand même pas faire de Purikuras avec les copines (ceci est une vidéo à fort potentiel de perte de temps, mais ça explique un peu le Purikura et l’ambiance qui y règne).

La japonaise en a marre qu’on lui demande si elle porte le kimono.
Parceque c’est inconfortable, long à mettre, trop chaud ou pas assez, elle ne peut pas aller pisser, ça coûte cher alors qu’elle ne l’avait pas demandé, c’est la preuve que sa mère aime toujours jouer à la poupée (d’ailleurs, on fait nettement moins chier les mecs avec le kimono). Et après réflexion, ce sont ses parents qui l’ont choisi et elle n’aime pas la couleur.
Par contre, elle crie ‘Iiiiiiii naaaa !’ quand elle en voit un dans la rue.

Cependant, la japonaise cache un passé de dévergondée vestimentaire.
Pendant les années fac, jusqu’au début du boulot, ou à peu près. C’est en feuilletant l’album des photos de purikuras que tu ne l’as pas reconnue. Avec la teinture, le maquillage et le décolleté agressif. Le mini-short outrancier ? Oui oui, elle l’a toujours, pourquoi ?

La japonaise passe son temps à bouffer.
Oui, mesdemoiselles, c’est injuste mais je vous l’assure: elles passent leur temps à bouffer ou à prévoir le prochain restaurant où elles pourront recommencer… Et elles ne prennent pas un gramme. Corollaire pour les messieurs: il va falloir connaitre quelques bonnes adresses si vous voulez gagner des points.
Ah et puis évidemment, elles parlent régime tout le reste du temps où elles ne bouffent pas.

La japonaise vit chez ses parents.
On connait tous la théorie: loyer et déménagement très chers, transports en communs très efficaces, si bien qu’à moins d’habiter très loin et/ou d’être très bien payés les japonais habitent chez leurs parents jusque très tard, voire jusqu’au mariage. En pratique ça veut dire que maman appelle à 23h, pour éviter que la fierté de ses jours ne devienne l’angoisse de ses nuits.

Si ce n’est pas le cas, elle ne veut surtout pas y retourner.
C’est parceque la dernière fois qu’elle est rentrée voir le cocon familial ils lui ont présenté un fils d’agriculteur, bien sous tous rapports évidemment. La fois d’avant c’était un copain de classe qu’elle n’avait pas vu depuis dix ans et qui ne s’est pas amélioré avec l’âge. Hé oui, les parents sont restés coincés au temps des mariages jeunes et sans interrogations frivoles.

Ta japonaise en veut à ton groupe sanguin.
Elle sait bien que c’est stupide et non, elle n’y croit pas vraiment, mais c’est quoi déjà ton groupe sanguin ? Non, parceque les B, c’est connu, ce sont des égoïstes renfermés, alors que les A sont plus ouverts et rigolos, né ? Les AB ? Eééé, c’est les fantasques et les artistes, on sait jamais à quoi s’attendre. Les 0, elle a oublié mais c’est certainement pire. Mon cartésianisme sourit poliment et reprend une tasse de thé.

La japonaise se pose des questions sur son couple.
Rien d’inattendu, me direz-vous. Mais quand elle décide d’aller voir une voyante pour lui demander quoi faire et qu’elle suit son avis, mon cartésianisme commence à crisper son sourire. Ceci dit, je connais des japonais qui font de même.

La japonaise travaille.
Celle là, on me l’a sortie tellement de fois que je la prenais comme preuve de manque d’imagination flagrant dans l’excuse pourrie. Hé bien force m’est de reconnaitre qu’ici c’est parfaitement valable: elle travaille. Trop. Et faire des journées de 8 à 23h sans pause repas, même s’il y a beaucoup de présence sans vrai travail, ça laisse des traces.

Ah et puis si tu n’as vraiment pas de chance, la japonaise est fan de Marie Antoinette. Si si si, elle te le sort comme un grand cri du coeur quand elle a appris que tu es français, après t’avoir complimenté sur ta façon de tenir les baguettes (jôzu da ne ?). C’est depuis qu’elle a vu des trucs comme ça. Ne pas tenter une quelconque argumentation, de toute façon tu n’as pas le vocabulaire. Et dans ce cas extrême, il y a des chances pour qu’elle n’ait pas l’intellect non plus. La fuite est le meilleur recours.

Pas de photos vu que je ne connais que des japonaises adorables, mais je rajoute 1m60 dénué de cervelle pour faire bon poids bonne mesure:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tt3cRUPJAe0[/youtube]

(Je ne suis pas arrivé à regarder jusqu’au bout… Même si elle est mignonne)

Les frondaisons

Quand je délaisse mon 50 pour le grand angle, j’aime bien photographier le ciel. Voici quelques aperçus des cieux de ces jours ci.