Splendeur et décadence du tatami

J’aime bien les tatamis pour deux raisons principales: la première c’est que ça sent le foin coupé, ce qui embaume les draps et le moindre vêtement que l’on laisse trainer. La seconde est une raison purement pécuniaire: les lits sont trop petits, il est moins cher de dormir sur des futons. Et quitte à dormir sur un futon, autant sortir le grand jeu et se payer la pièce à tatami qui l’entoure, n’est ce pas ? En plus c’est plus confortable que le plancher et l’hiver c’est plus chaud

Et puis ça en impose: une estampe d’un côté, plantes de l’autre, je pourrai me vanter que j’aurais vécu l’expérience jusqu’au bout. Les japonais de passage laissent même échapper un ‘sugoï’ de temps en temps, c’est dire.

Et puis arrive ‘Tsuyu’ la saison des prunes et de la pluie, et que j’ai renommée en moi même ‘Saison la plus chiante jamais inventée’. Pour faire court: il pleut. Et l’humidité peut rester haute et constante plusieurs jours d’affilée. Mes plantes adorent, mais le linge moisit dans la machine à laver. Vous avez déjà gardé du foin dans un lieu humide ? Hé bien pareil: ça pourrit. Quand un matin le plancher sent le champignon, ça veut dire qu’il faut agir. Donc le comble: je me retrouve à mettre la climatisation pour faire sécher mon plancher.

Il parait que la seconde étape, quand le tatami est moisi correct, c’est l’infestation par de petites bestioles sympas comme les tiques. Faut pas oublier que le plancher est en feuillage. Je m’en vais trois semaines cet été, j’ai bien peur que les champignons découvrent l’électricité avant mon retour.

(J’ai fait un bref passage à Shinjuku SanChome cet après-midi…)

11 réponses sur “Splendeur et décadence du tatami”

  1. Trop cher pour moi (et en dehors du japon ça fait un peu « japanese wannabe ») mais c’est tellement plus logique de vivre et dormir sur le sol pour moi …
    Et comme tu dis, ça sent bon !

  2. dielywo – L’absence de genouillère…

    Caroline – Oui, ici c’est moins cher et plus logique (et les lits à l’européenne sont de toute façon trop petits…).

    Doukyo, dielywo – Le truc marrant et de ce que j’en connais, c’est que les futons que l’on trouve en France sont beaucoup plus durs que ce que j’ai pu trouver ici. Les japonais sont pas fous: ils préfèrent le confort et laissent l’exotisme aux étrangers…

  3. J’ai dormi 1 mois sur un futon et sans être désagréable j’étais quand même content de retrouver un vrai lit. Franchement un matelas ferme sur un sommier, on a rien inventé de mieux.

    Syla ton problème d’humidité c’est pas plutot un problème d’isolation?

  4. moi je compatis! je dors sur mes tatamis et mon futon (plus épais que le traditionnel de 7cm, mais tout en coton tout de même) depuis 5 ans, et je n’ai pas de problèmes d’humidité…mais je sais combien l’humidité nippone peut être dévastatrice! Bon courage pour l’odeur si jamais ça devient critique :/

  5. El_Porico – Le Japon entier a un problème d’isolation, c’est pas nouveau.

    Ludo – J’exagère beaucoup, quand même. A mon avis il n’y a aucun risque, en fait.

    Poete_guerrier – Stupide anglicisme, merci !

  6. Faut voir le bon côté des choses, on se fera des crêpes champi a ton retour.

    Syla: « et les lits à l’européenne sont de toute façon trop petits… »

    Oui, et ça grince! J’en veux pour preuve mes charmants voisins et nos murs en papier mâché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *