Des milliers d’années de bonheur

Petit jeu: désactivez la redimension automatique des images de votre browser web, et cliquez sur les liens suivants (attention c’est gros). Puis, faites défiler de gauche à droite. Et rappelez vous: Quiconque plie mille grues de papier verra son vœu exaucé.

Panorama d’une allée: ‘Le sourire du monstre’.

Encore une fois, comptez les toriis, dont le rôle de chacun est d’assurer un bonheur éternel.

Sanctuaire de Fushimi-Inari, Kyoto.

Parti dans les rues

J’étais parti écouter les rues, les avenues qui vrombissent de voitures et les allées piétonnes. Même les ruelles qui ne résonnent que des bruits des getas de bois et des grelots portés par des gamines de 16 ans.

Moment hors du temps quand, seuls dans une ruelle, une porte s’est ouverte silencieusement. En est sortie une poupée au visage blanc et au maintien digne, bientôt croisée par une deuxième venant du haut de la rue. Elles se sont saluées dans un tintinnabulement cristallin. Puis sont arrivées deux autres, abritées sous des parapluies de bambous, ajoutant au concert de grelots et aux voies rieuses. Toutes se sont enfin séparées après une dernière révérence, s’éloignant dans le bruit sec de leurs getas de bois. Pas une ne nous a jeté un regard.

Gagaku

Faudra que je vous raconte un jour, que j’ai rencontré une descendante d’une des plus grandes familles du Japon, et dont les parents possèdent un temple à Tokyo. Un peu comme pour Lu: l’impression de rencontrer des gens ‘normaux’, et en fait la surprise vient un peu plus tard.

Mais en tout cas, elle nous a invité à assister à un concert de Gagaku, l’ensemble orchestral le plus vieux au monde. Réalisé par sa famille, dans une des salles d’opéra de Tokyo.

Je ne dirais pas que j’ai trouvé ça ‘bien’: c’est trop lent et incompréhensible pour nous. Mais assister à ça dans une salle imposante, avec un son qui transperce, est quelquechose d’impressionnant et d’hypnotique.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Txmb3Ch6DRM[/youtube]

Photos interdites dans la salle, désolé.

Mais un portrait pris en dehors (non, ce n’est pas elle):

Sur ce, je pars à Kyoto. Désolé, je ne pourrai pas participer au prochain thème ‘Pix-O-Matic’ à propos de formats 6*6…

Retour aux sources

J’avoue avoir été assez déçu par l’image réalisée pour le dernier Pix-O-Matic. J’avais eu l’idée d’aller à la mairie de Tokyo, à Shinjuku, car l’esplanade devant est ronde. Voulant continuer dans le panorama de ville, c’était parfait.

Malheureusement, d’une part l’endroit est gigantesque et m’a demandé de prendre 26 photos pour avoir l’ensemble du lieu, mais d’autre part l’angle choisi (pour avoir la totalité du cercle) donne un aspect assez étriqué. Le format elliptique est là uniquement parceque je n’ai pas assez de photos de sol: avec un format rectangulaire, j’aurais du couper le gars qui passe.
Dernière fois que je fais un truc aussi gros: avec 26 photos, le fichier original fait 12000 de large pour 360Mo…

Une autre prise en chemin, toujours à Shinjuku. J’ai eu pas mal de problèmes avec tous les gens qui passaient. Celle ci est pas mal, mais j’aurais du prendre plus d’immeubles en hauteur, ç’aurait été plus impressionnant.

Bon, fini les bétises, je reviens un peu aux valeurs sures: le 50 mm. La preuve:

Brûlez les tous !

Au cas où certains auraient encore des doutes, je suis plutôt du genre inoffensif. Toujours prêt à m’extasier sur une nouveauté, à décortiquer un décalage culturel surprenant, à essayer une incongruité culinaire. Je pardonne même le cosplay, c’est dire. Bon, soyons honnête: je pardonne si la fille est jolie.

Y’a quand même des trucs qui me donnent envie d’engloutir tout le pays dans la fosse des Mariannes. ‘Hotaru no Hikari’ en est un.

C’est une chanson, donc un air de musique, et ça veut dire ‘Lumière de la luciole’. L’air est repris d’une chanson d’origine irlandaise. Et ça fait partie du conditionnement mental japonais depuis leur plus tendre enfance: elle signifie la fin des cours dans les écoles japonaises. On la retrouve donc dans les écoles, exemple:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QMboK9hN_q4[/youtube]

Mais aussi dans les supermarchés quand il est un peu tard, dans les izakayas pour signifier qu’il est l’heure du dernier train, même à la salle d’escalade avant qu’elle ne ferme.

Elle est chantée lors des cérémonies de fin d’année à l’université, dans les stades, dans des pubs pour FastFood,
à la flûte de pan avec des cons de nénuphars en fond visuel
, avec de la 3D moisie ou bien même en version rock (je les hais).

Vous pouvez écouter ici une version ‘originale’ au bignou. Faut vraiment être roux ou japonais pour que ça ne vous tape pas sur les nerfs.

Ils en ont fait une série télévisée à succès (si si si, écoutez le fond sonore de temps en temps) et un film.

Et encore, vous ne vous rendez pas compte: les seuls enregistrements que j’ai pu trouver sur le net sont ‘bons’: en général on entend ça dans un supermarché joué par un synthé pourri. Avec violons dans les coins et voix suraigües pour vanter les promos sur les serviettes hygiéniques.

Mais bref, reprenons. Au labo, on a un message qui passe dans les couloirs à 17h20, qui dit que la journée est finie (hahaha) et que l’on doit rentrer chez soi. C’est pour éviter les gens qui préfèrent mourir d’épuisement à pipeter des échantillons de PCR plutôt que d’affronter leur femme. Une voix standard, qui délivre le message en japonais puis en anglais.

Ils ont changé ça, c’était pas efficace. Ils passent ‘Hotaru no Hikari’ dans les couloirs.

Et pour être sur que le message passe bien, ça fait DEUX PUTAINS D’HEURES qu’ils le passent.

Un ami m’a dit: ‘Tu comprends, ils font dans le subtil. Le japonais, dans son subconscient profond, il sent qu’il est l’heure de rentrer chez lui’.

Subconsciemment, je sens que je vais tuer quelqu’un.

Le jour se lève sur Yoyogi

Je ne les aies pas présentées hier car je les gardais pour le thème ‘Courbes’ de Pix-O-Matic. Mais je viens d’avoir une autre idée (mieux, ou en tout cas j’espère) et pour me pousser à prendre d’autres photos, je les publie.

Photos prises du haut d’un immeuble qui surplombe le carrefour de Yoyogi, à environ 1-2h d’intervalle.

Rues de Tokyo (update)

De nuit, forcément…

(Oui, il y a quelques défauts)

Edit: ce n’est pas une rue, mais c’est du Hugin tout de même. De la gare de Shinjuku avec presque Shibuya tout à droite.

Non, rien à faire…

Sans c’est flou, mais j’ai toujours horreur du flash.

Vous remarquerez dans la dernière une tentative de ‘Tu l’as vu mon gros bokeh ?’ mais une pub super lumineuse est passée à ce moment là…

Hanami

Hanami c’est toujours sympa.
C’est un mélange de grand pique-nique kermesse de ville, sous des tonnes de cerisiers en fleur et dans une atmosphère d’intimité tranquille. On rencontre plein de monde, on discute, des groupes arrivent et repartent, on finit dans un sale état alors qu’il ne fait même pas nuit. Moi j’aime bien, même si je ne ferais pas ça tous les jours à cause justement de cette trop grande intimité.

Et sinon je n’ai pas cramé les deux photos suivantes, me voilà fier.