Huayna Potosi

Jeudi 9 août 2007 à 01:41

Le Huayna Potosi, c’est un peu le Dome des Ecrins de la Bolivie: il y a un refuge, avec meme des fleches sur le sentier pour y aller, plein de touristes qui dorment et mangent dedans, pas besoin de potasser le topo pour savoir ou est le sommet et l’itineraire: il n’y a qu’a suivre la trace. Et elle est tellement bien damee, que si on met un pied a cote on s’enfonce jusqu’aux cuisses. Mais c’est beau quand meme.

Evidemment, nous avons dedaigne le refuge et son confort de satrapes, preferant trainer nos sacs de 20 kilos au nom d’une ethique montagnarde extremement rigoureuse. Non, en fait c’est qu’on n’etait pas au courant.

Bref, on monte le camp, on questionne les guides locaux et on decide d’innover cette fois-ci: on se levera a 2h du matin, depart a 3h (les guides et leurs clients partent 1h plus tot). Ca fait toujours bizarre, de se lever quand il est presque encore hier. Le fait d’etre dernier de cordee me permet de monter en pleine lethargie cotonneuse, histoire de finir ma nuit. Mais pourquoi diable s’est on leves aussi tot ? Pas de crevasses sur le glacier pour justifier le gel, on ne percoit que le monde eclaire par sa frontale et la montee est completement uniforme, desesperement monotone. Et il fait froid. Tellement froid, trop froid. Entre -20 et -30 vers 5-6h du matin, quand on approche des 6000m, avec du vent. Claire nous a bien fait peur, un peu plus et on redescendait en catastrophe. Mais vers 6h30 du matin, avec le lever du soleil, les choses s’arrangent et on atteint le sommet.

Redescente au camp, et on s’apercoit qu’on a fait la totalite de la course en 6h30, alors que les guides indiquent la montee seule en 4-6h. Bon, on est acclimates et on a la caisse (on a meme mis 2h dans la vue a un autre groupe de francais, partis une heure avant nous). Mais il est 9h30, je n’ai jamais fini une course aussi tot (ou alors, en se prenant un but) et bon sang, ca ne justifiait vraiment pas le fait de partir aussi tot, de ne rien voir a la montee et d’avoir froid a ce point. Personne n’a perdu d’ongles, mais on y a tous pense. Bizarre.

En tout cas, c’est notre premier 6000m pour Arthur et moi, demain on se bourre la gueule. Et comme on a fait toute la journee avec en tout et pour tout deux verres de flocons d’avoine chacun, la on sort du resto, je finis de rediger ce message et on y retourne. Mais on reste raisonnable: ici, le resto est a moins de 3 euros.

3 réponses sur “Huayna Potosi”

  1. Quasiment pas de photos, on a tout fait de nuit ou il faisait tellement froid qu’on s’est pas arrêtés. La troisième est évidemment un énorme fake… retournez là de 90 degrés vers la droite.

  2. La 3e je me suis demandé si tu n’avais pas eu le temps de la retourner …

    Sinon joli, j’arrive pas trop à te suivre (t’as l’air d’être à 15 endroits du globe en même temps) mais c’est sympa à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *