Du béton au fil de l’eau

A Asakusa, il est possible de prendre le bateau jusqu’au Hamarikyu-Teien ou même Odaïba. La ballade en vaut la peine: c’est un moyen de voir Tokyo avec un peu de recul, de naviguer entre les îles toutes artificielles. Un esprit chagrin déclarerait que ce n’est qu’une nouvelle perspective sur le béton. Mais cela permet d’avoir un prétexte pour aller reprendre un thé sur le lac d’Hamarikyu.

Une réponse sur “Du béton au fil de l’eau”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *