Kodo

Vous vous souvenez peut-être de mon enthousiasme pour le taiko depuis janvier dernier. Je n’ai malheureusement pas le temps de m’y mettre, mais je persévère dans la découverte de la membrane avec grosse résonnance.

Après le conseil de je ne sais plus qui ici (Heuu, MaloneXI si je me souviens bien, qu’il en soit remercié), nous sommes allé voir ‘Kodo: One Heart Tour in Japan’ ce dimanche (il ya à peine quelques heures, en fait). A neuf d’entre nous, car j’aime bien prendre toute une rangée de sièges quand je me déplace pour un spectacle.

Ce fut grand.

Une salle qui parait grande mais en fait juste assez petite pour que, même au fond, les côtes vibrent aux coups les plus sourds. Je n’ose imaginer les acouphènes de ceux des premiers rangs.
Moins athlétique que Wadaiko Obiki mais toujours très impressionnant. Parfois une symétrie parfaite, rejoignant la synchronisation entre joueurs. Des changements brusques de rythme ou d’instruments, des décrochages de tension, des surprises auditives. Je n’aurais jamais imaginé que l’on puisse produire des harmoniques avec un tambour, par exemple.

Toujours très physique: il faut les voir donner les coups, le gars en pagne que vous pouvez voir dans la vidéo, j’ai vraiment cru qu’il allait nous faire un anévrisme tellement il semblait épuisé.

Lien vers la vidéo, ils n’acceptent pas la redirection…

4 réponses sur “Kodo”

  1. Ah ! Ça fait plaisir 🙂
    quand je te disais qu’il n’y avait rien de plus puissant en terme de percu…
    je me répète peut être mais pour ceux qui ne sont pas au japon… Et je sais qu’ils sont nombreux , au futuroscope de poirier , il y a une attraction qui se nomme"les percussions du monde" et dedans un bon quart d’heure de kodo…hallucinant. Rien que pour ça le voyage se justifie.
    plus précisément , le film c’est "the stomp odyssey".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *