Lundi au soleil, dimanche au labo

L’inconvénient majeur de la recherche, c’est que ça ne marche pas. On pourrait comparer nos expériences, mais de mon côté ça a toujours marché juste assez pour ne pas tout plaquer et finir pompiste ou choeur de l’Armée Rouge. Ce qui n’est pas toujours folichon.
Un autre inconvénient, c’est que quand ça marche c’est passionnant. Donc là je viens de me taper 12h de boulot hier samedi, et ce sera sans doute le même tarif aujourd’hui dimanche.

Vous pouvez aller voir ça aussi, je ne me souviens plus comment on affiche les vidéos… C’est à la fin que c’est intéressant (enfin, faut être attentif et vous attendez pas à StarWars, hein…)

(L’avantage de faire de l’imagerie, c’est que même si ça a foiré, tu as toujours gagné un nouveau fond d’écran…)

Je dois avouer que travailler maintenant me permet aussi de partir 4 jours à Kyoto la semaine prochaine sans dépenser de jours de vacances car j’ai besoin de ces jours pour partir à Hokkaido cet été. Donc je ne suis pas complêtement à plaindre :]

18 réponses sur “Lundi au soleil, dimanche au labo”

  1. Ce que l’on voit ce sont les astrocytes :

    "les astrocytes sont des cellules gliales de forme étoilée que l’on trouve généralement dans le cerveau et plus généralement dans le système nerveux central."

    Le calcium est sans doute présent pour mettre en évidence ces astrocytes lors du cliché.

  2. Deux types de cellules dans le cerveau: les neurones (que vous avez tous vu à l’école) et les astrocytes, qui soutiennent, protègent, nourrissent les neurones (et qui sont 10 fois plus nombreux).
    Vous pouvez voir les deux types: les cellules rondes et pelucheuses sont les astrocytes, les grandes effilées avec de grands prolongements, les neurones pyramidaux de l’hippocampe (la région du cerveau, pas la bestiole).

    Les neurones possèdent une activité électrique intense par dépolarisation de leur membrane plasmique: c’est un courant électrique rapide, puissant, que l’on peut visualiser par sonde calcique fluorescente (plus c’est lumineux, plus il y a de calcium) et que l’on peut enregistrer par électrophysiologie (on place une pipette de verre sur la membrane du neurone, on casse la memebrane dessous et par continuité de liquide et donc d’ions on mesure le courant électrique qui parcourt le neurone. C’est la méthode dite de ‘patch clamp’). On peut même ‘piloter’ le neurone et lui imposer des schémas d’activité.

    Ca donne ça, par exemple (et l’image est ralentie pour être visible):

    http://www.youtube.com/v/H8avRitcJJk&hl

    Mais ce n’est pas possible avec les astrocytes, car leur résistance membranaire est très faible. Ils ne possèdent pas d’activité électrique intrinsèque ou induite, mais ont par contre une activité calcique. Des ondes calciques (d’ions calciums) qui parcourent l’astrocyte et se propagent d’astrocytes en astrocytes. C’est beaucoup plus lent car ce ne sont pas des ions calciums qui entrent dans le neurone suite à une dépolarisation, mais un relargage en série des stocks qu’il y a à l’intérieur de l’astrocyte. C’est donc plus lent, et l’on voit deux choses sur la vidéo: des petits points qui s’allument et s’éteignent: ondes calciques locales ou bien hors champ de vision. Et à la fin, une grande qui parcourt le prolongement principal.

    http://www.youtube.com/v/72gFNaSInKs&hl

    On se retrouve donc avec deux réseaux de cellules dans un cerveau: un rapide et électrique (neurones) et un lent et calcique (astrocytes).

    Et la question: est ce qu’ils se tapent la causette, ces deux réseaux ? D’où les manips actuelles: je patche un neurone et un astrocyte, et par l’induction de vagues calciques dans l’un ou dans l’autre (et électrophysiologie pour le neurone), j’observe si l’un agit sur l’autre et dans quelles conditions.

    Perco – Thèse de biologie cellulaire spécialisée neurosciences.

    ZotZ – C’est du biphoton en effet, et la vague calcique est lente, mais comme je viens de le dire ce n’est pas un neurone :]

  3. Bon après vérification, j’arrive à comprendre, c’est plus ou moins le sujet de mon cours de neurobio du premier semestre ( je suis en psycho). J’aurais ptet dû aller plus souvent en cours.

    En tout cas, merci Syla.

  4. Peux tu nous dire ce qui "marche" aujourd’hui ?
    Et si oui ou non astrocytes et neurones se communiquent grâce aux vagues calcique astrocytaire ?
    As tu le droit de travailler chez l’humain avec un doctorat de biologie ?
    Merci.

  5. Post doc, c’est pas une sinecure.

    En meme temps, la "chance" que tu as avec la micro, c’est que tu auras au moins toujours de belles images. Avec ma bioch et ma bio mol a grand papa, quand rien n’arrive au bout, c’est beaucoup moins sexy.

    Fab, en direct de sa paillasse.

    Otsukaresama, Syla.

  6. C’est super intéressant cette interaction glie/neurones. Tu as quelques réfs de biblio, genre reviews, qui parlent de ça ? Quelle pourrait être l’utilité de ce type d’interactions et quel est le rôle du réseau glial ? Un rôle dans la mémoire à long terme … … ?

  7. KouKaracHa – Ca ‘marche’ parceque je n’ai pas eu (plus ?) de problèmes techniques. Donc du coup je peux travailler sur la vraie question et non essayer de résoudre des problèmes parceque les neurones sont morts, les solutions sont foireuses, le laser n’est pas aligné, les logiciels ne plantent pas (quoique…), la perfusion déconne, etc…

    Est ce qu’ils communiquent, dans mon cas j’en sais rien, c’est la question. Et je n’aurai pas le droit d’en parler prématurément :]

    Et non, je n’ai pas le droit de travailler sur l’humain. En tout cas pas tout seul: s’il y a un médecin pour s’occuper du patient, de tout le côté médical, et il me passe un ‘morceau’ à analyser, alors là je peux, mais j’ai encore besoin de certaines autorisations.

    ZotZ – Dans Pubmed, tape ‘Perea Araque’, ce sont les deux auteurs qui en font plein depuis quelques années. Tu peux trouver de l’astrocyte en tapant ‘Oliet’ aussi, sur un autre modèle.

  8. Bon, ok, j’comprend que tu veuilles pas nous raconter en détail tes escapes amoureuses au pays du soleil levant… mais par contre t’as intéret à faire un post quand tu passeras dans Nature.

  9. ZotZ – Je sais pas trop, pour moi les astrocytes ça sert surtout de connections entre capillaires et neurones ( les capillaires du systeme nerveux central sont moins perméables que dans le reste de la circulation sanguine ).
    Ils prélèvent les substances nécessaires aux neurones, via un pied qui entoure le capillaire, et les transmettent aux neurones ( comme pour le glucose ).
    Sinon il y a d’autres astrocytes qui sont à proximité des synapses neuronales et qui module l’excitabilité toussa (en changeant la concentration en ions potassium autour de la synapse je crois).

Répondre à Syla Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *