Dancing Queen

Je pense que vous connaissez tous une personne comme ‘Bons Plans’: mais si, la fille toujours au courant de tout. Vous cherchez une ryokan pour aller au ski ? Elle était dans une bonne la semaine dernière. Une boutique de fringues déjantées ? Elle vient de s’acheter un costume de soubrette. Un club échangiste ? Elle vous file sa carte VIP.

En manque cruel de soirées et ne l’ayant pas vue depuis longtemps, je l’appelle et elle me répond aussitôt ‘Tu tombes bien, ce soir on va à une soirée Drag-Queen !’ Je n’ai pas vraiment su comment le prendre au début, mais c’était sans arrière pensée. Et nous voilà partis, avec Funky et quelques autres, pour ce qui s’est révélé une soirée Tokyo Décadance. Evidemment c’était à Shibuya, forcément dans un endroit glauque-gothique.

Le lieu change chaque fois, il faut être au courant. Dès le début, le ton est donné: le réceptionniste est en string et piercings. Dans deux salles rouges sombres, placardées de miroirs et de bougies, lustres aux plafonds, quelques podiums et fauteuils, s’ébat une foule qui requalifie le terme ‘d’interlope’. Il y avait de la plume et de la paillette, de la semelle compensée et du mascara. De la soubrette et de la nonne de sexes indéfinissables, 5 infirmières dansant en rond dont une avec une cravatte (oui oui, c’est tout), une avec des gomettes sur les seins et une troisième avec une sucette suggestive. Une bayadère masculine, une Twi’lek trash, deux jedis et un predator. Toutes les combinaisons possibles de corset-string-porte-jarretelles-semelles compensées possibles, en féminin ou masculin. Un grand nombre de déguisements indéfinissables, à base de maquillages outranciers, de tubes et lanières, de masques à gaz et de fanfreluches. Une petite boutique de fouets dans un coin, avec essayages gratuits.

7h hors du temps, 7h à finir flou. Japonaises au regard d’obsidienne, cigarette sur canines et jambes croisées sous une jupe au bord des lèvres. A croiser des regards derrière des masques grillagés.

[flash]http://www.youtube.com/v/itXpBranvJA&hl=fr[/flash] [flash]http://www.youtube.com/v/w1eYQBFHv04&hl=fr[/flash]

La prochaine c’est le 28 juin, et il parait que ce sera une ‘grosse’. Il faut absolument qu’on vienne tous déguisés. Ca va être énorme. Va falloir persuader Kaori, par contre. Mais il ya une chance non négligeable pour qu’elle rit aux larmes. Et qu’elle distribue les photos après :/

D’autres vidéos ici ! Et c’est parfaitement l’ambiance.

Taïga

J’avais prétexté ne plus savoir où elle habitait pour lui demander de venir me chercher à la gare. Qu’elle me pardonne cette petite hypocrisie, j’ai toujours aimé observer les gens m’attendant. Elle m’avait ensuite invité dans un restaurant tranquille, pas loin, où nous avions discuté. Je ne sais pas comment, je ne sais plus pourquoi, la conversation s’était orientée vers nos visions du Paradis.

Son sourire avait fait remonter ses fossettes au coin de ses yeux clairs.
– Comment je le vois ? Très chaud. Avec de l’eau et des bulles, une torpeur amniotique. Tu connais les bains de V. ? Demain c’est dimanche, je t’y emmène.

(Photo n’ayant rien à voir: Salar de Uyuni, Bolivie)

A new challenger has appeared !

Figurez vous que j’ai (enfin) une connexion internet chez moi. Me voilà donc sur TF2, à apprendre sur le tas (de cadavres) le métier de Médic. Je ne peux être autre chose, ma vocation est trouvée.

Je suis déjà membre du groupe Nofrag, connaitriez vous des serveurs pas trop prise de tête où se faire les dents et pardonner ses bétises de débutants ? (et où, accessoirement, on manquerait de médics ?)
Je suis déjà en train de télécharger ‘The Hidden’ et ‘Ballmen’, aussi, ça devrait chauffer de la gachette.

Apprenez

Apprenez qu’il y’avait du monde et que chaque photo a été un combat pour qu’elle paraisse vide. Sachez que chaque image a pour cadre le bruissement de la foule et les cris des enfants. Qu’il y a des cars entiers déversant des classes venant se faire prendre en photo devant les temples.

Et que parmi les collégiennes, certaines se permettent une fantaisie vestimentaire.

Imaginez

Imaginez que la nature y est omniprésente: les fleurs poussent sur les toits, les animaux naissent de la pierre et du bois. Les poissons méditent au coeur des jardins zen et les fleurs de camélias tombent sur une mousse parsemée de pétales.

Et surtout, les cerisiers étaient en fleurs.

Sachez

Sachez qu’il y existe des lieux qui ne tolèrent que le noir et blanc, la solitude et le silence.

Figurez

Figurez vous qu’à Kyoto, l’orange le dispute au noir et au blanc. Et que cela peut en donner le vertige.

Nothing pretty inside

En culotte et sur la pointe des pieds, elle ouvre l’armoire si grande qu’elle tiendrait sans peine dedans. Et pousse toujours le même soupir: ‘Nothing pretty inside’.
Elle essaye, elle combine et elle arrange. Elle traverse la pièce trois fois pour consulter le temps par la fenêtre. Au bout d’un nombre aléatoire de minutes, elle me regarde d’un air incertain et c’est à mon tour de jouer. J’aime beaucoup les chaussures, la robe est très bien mais fais attention à ce que tu vas prendre comme sac. Change de boucles d’oreilles, les autres sont mieux.

Ca énerve certains, j’espère ne jamais m’en lasser.

Survival guide

Les buffets japonais, c’est auand même assez particulier. Vous prenez une occasion de célébrer, vous prenez plen de gens et pas assez de nourriture pour tout ce monde, et surtout deux ou trois pontes qui vont avoir à discourir.
Car il faut imaginer la scène: tout le monde est affamé et aux aguets car il n’y a pas assez de nourriture. Les personnalités se succèdent, avec leurs discours. En général, au bout du quatrième, certains craquent nerveusement et osent se servir un cracker. Méfiance: la première fois qu’ils disent un truc du genre ‘Help yourself’, il s’agit de la boisson uniquement, car il va falloir porter un toast.

La première fois, j’ai commencé à remplir mon assiette à ce moment. La pile de nourriture avait déjà atteint une taille raisonnable quand je me suis aperçu qu’il y’avait un grand silence gêné autour de moi. Bon, de toute façon ils savaient déjà que les français étaient des goinfres. Mais là où ça peut être intéressant, c’est qu’il va falloir ouvrir le tonnelet de saké au marteau, et certains ne savent pas qu’en fait il est déjà ouvert et qu’il suffit de taper un petit coup symbolique. Donc avec un peu de chance un gars va taper comme un sourd et tout le premier rang va se retrouver aspergé de saké, ce qui peut être assez sympa quand le maire est invité.

Une fois qu’on a applaudi suffisamment et fait ‘Kampei’, il faut être rapide. Déjà, être à proximité d’une table où poser aussitôt sa coupe à saké, car on va avoir besoin de ses mains. Ensuite, un bon sens de l’observation. Ce qui disparait en premier, c’est systématiquement le saumon et les profiterolles. Prenez en deux de chaque, les profiterolles dans un coin de l’assiette en attendant le dessert (ignorez superbement ceux qui vous regardent intrigués par une telle combinaison). Ensuite ce seront les sushis et sashimis, les gyozas et raviolis chinois. Les frites-saucisses peuvent être laissées de côté pour le moment, de toute façon il en restera, ainsi que les minis sandwichs et les yaki-sobas. La méthode est simple: votre assiette doit être toujours remplie aux deux tiers (sans compter les profiterolles, ça c’est du bonus) et ne jamais faire un aller-retour pour un seul aliment. Au pire, si votre assiette est pleine et que vous voyez qu’il y a du rab de maki-crevette (laissez le maki-avocat aux autres), revenez avec un ami. Il faut fureter, car les différents aliments ne se vident pas à la même vitesse selon la table du buffet.

Le dessert est un peu particulier, et il faut être encore plus rapide. En effet, les japonais mangent moins donc ils auront fini avant vous, et ils n’ont pas l’habitude des desserts, donc il y en aura très peu. A ce point, je préconise l’ami en béquilles ou fauteuil roulant, qui doit donc se faire aider (et votre dévouement à l’aider est exemplaire). Ainsi, partir avec trois ou quatres desserts en même temps peut presque passer inaperçu, ou bien vous avez une explication. En tout cas, allez y avec une autre assiette, comme ça vous pouvez reprendre des profiterolles sans attirer l’attention. Pour le fromage, en général pas d’inquiétude: soit c’est du savon et donc n’en prenez pas, soit il est bon (donc fort) et personne à part vous ne le mangera.

Pour le vin c’est délicat: honnêtement, évitez. Si vous êtes vraiment en manque, le blanc est moins pire que le rouge. Le saké est honnête, profitez en pour piquer les verres car vous n’avez pas de service à saké à la maison.

En suivant ces petites indications et en s’y mettant à trois ou quatre, vous verrez que votre table aura bientôt plus de nourriture que le buffet.

Et j’attends impatiemment qu’ils nous fassent faire ‘Tejime’. je sens qu’il y a moyen de faire pas mal de bétises, avec ce truc.

[flash]http://www.youtube.com/v/B_NiCqHbT40&hl[/flash]

(oui, désolé, le son est décalé, pas trouvé mieux). J’adore ces humoristes japonais.

Lundi au soleil, dimanche au labo

L’inconvénient majeur de la recherche, c’est que ça ne marche pas. On pourrait comparer nos expériences, mais de mon côté ça a toujours marché juste assez pour ne pas tout plaquer et finir pompiste ou choeur de l’Armée Rouge. Ce qui n’est pas toujours folichon.
Un autre inconvénient, c’est que quand ça marche c’est passionnant. Donc là je viens de me taper 12h de boulot hier samedi, et ce sera sans doute le même tarif aujourd’hui dimanche.

Vous pouvez aller voir ça aussi, je ne me souviens plus comment on affiche les vidéos… C’est à la fin que c’est intéressant (enfin, faut être attentif et vous attendez pas à StarWars, hein…)

(L’avantage de faire de l’imagerie, c’est que même si ça a foiré, tu as toujours gagné un nouveau fond d’écran…)

Je dois avouer que travailler maintenant me permet aussi de partir 4 jours à Kyoto la semaine prochaine sans dépenser de jours de vacances car j’ai besoin de ces jours pour partir à Hokkaido cet été. Donc je ne suis pas complêtement à plaindre :]