Fuji !

Ce week-end, c’était du gros : deux jours hors de Tokyo, avec escalade à Joyama le samedi et ascension du Fuji dimanche. Du coup il a fallu ressortir tout le matériel, que j’avais justement emmené (oui, quand je suis parti, j’avais plus de matériel de montagne que de vêtements). J’adore ce genre de préparatifs. Les dégaines je les ai, la corde je la prends. La doudoune est toujours aussi bien, mon duvet est propre en plus. Il faut que je me rachète des broches à glace, le crochet à abalakoff c’est pour rire mais je m’en fous c’est léger. La deuxième paire de gants comme toujours et tiens, il y a des comprimés d’Imodium dans l’étui de mes lunettes de glacier. Ca, c’est un souvenir de la Bolivie. Deux sacs et une corde, j’avais fière allure dans le métro bondé.

Le samedi matin on s’entasse à 6 dans une voiture prévue pour 4 (et sans sacs), on demande à Kaori de programmer le GPS car c’est la seule japonaise et on part en écoutant du rock. Ca allait défourailler sévère.

Escalade à Joyama, il fait très beau et il faut commencer par traverser une forêt de bambous pour accéder à la falaise. Petites et grandes voies, Kaori roupille car il faut être con comme un Gaïjin pour aimer se lever à 4h30. Mais on apprend que la route que l’on voulait prendre pour le Fuji ferme à 16h et rouvre demain à 9h. Il est 16h15. Qu’à cela ne tienne, il existe plein d’autres routes pour accéder à d’autres stations. Nous y partons, en écoutant du hard rock pour contrer le mauvais sort.

On essaie tous les accès, ils sont fermés. Et ils ont l’habitude que des touristes essaient de passer quand même, hein. Les barrières ce sont des cubes de bétons d’un mètre de côté, des troncs d’arbre, des câbles de 3cm de diamètres. On a cherché pendant des heures, grand moment de solitude quand voulant aller à un village, on tente de programmer le GPS. Au bout de 20 minutes à s’écorcher les yeux sur d’abscons kanjis, il nous apprend qu’on y est.

On finit par se retrouver à la première route prévue, devant la barrière fermée depuis longtemps et nous passons la nuit là, sur le parking. Lever à 5h pour essayer de passer quand même. Et nous tombons sur le gardien, adorable, qui nous dit que bien sur, il peut nous laisser passer sans problème. Mais avec les chutes de neige de la semaine, la route est coupée 300m plus loin. Et partir de là nous rajouterait plus de 1000m de dénivelé et presque 20 kilomètres de distance. Hé bien on est repartis grimper à Joyama…

Mais la route sera ré-ouverte le premier avril, rendez-vous est déjà pris. Et ça va envoyer du steack. Sur le chemin du retour, on a écouté du Rammstein, pour faire bonne mesure.

6 réponses sur “Fuji !”

  1. Au fait, sujet qui n’a rien à voir: je me suis acheté une Orange Box japonaise, savez vous comment on fait pour changer la langue de Steam ? Parceque chez moi, ça donne ça…

    XP SP2 anglais, j’ai téléchargé Steam en anglais et c’était bon, mais au deuxième démarrage… Paf. Oui, mon ordi affiche les caractères japonais normalement, sinon. Merci d’être patient et de détailler la réponse :]

  2. hehe je me suis acheté l’Orange Box aujourd’hui o/. On pourra jouer ensemble sur un serveur japonais comme ça j’aurai au moins 400 de ping 😀

    Sinon dommage pour toi que ce fut fermé. :s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *