Les Filles Du Feu

Il est trois filles particulières, indissociables au début, à qui je dois une bonne part de mon endurance à l’alcool.

Il s’agit de Délurée Mais Pas Toujours, Ermite Mais Pas Tout Le Temps et La Grande Cynique. Leurs surnoms ont beaucoup changé. Ce sont Les Muses Alcooliques qui disent bonjour à tout le monde dans les bars où elles n’ont plus besoin de payer car on se bat presque pour leur offrir un verre. Les Filles Du Feu à qui tu peux tout dire car de toute façon elles ont fait nettement pire. Deux fois. La Triplette Infernale, qui se retrouve embringuée dans des situations improbables, avec des gens aux buts inavouables et à des heures indues, et qui raconte tout ça le lendemain matin en riant. Et se disent qu’elles devraient arrêter d’avoir quatorze ans, un jour, peut-être.

Elles sont maintenant plus distantes et ont un peu changé, j’ai du tempérer leurs surnoms en fonction. Elles agissent de façon différente et ne sont pas d’accord sur tout, mais elles possèdent toutes trois une énorme énergie tentant de masquer leur grande fragilité.

(Oui, je continue sur les portraits, on verra ce que ça donnera. Pas de photo, je n’ai pas d’idées. Et ‘Les filles du Feu’, c’est de Nerval, mangez-en aussi)

Une réponse sur “Les Filles Du Feu”

  1. Ca fait plaisir de lire ca, mais on est tellements habitués a des commentaires arriérés que lorsqu’on se retrouve devant un texte de qualité il nous faut un ptit temps d’adaptation :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *