Et il avait raison…

Je me souviens d’un de mes anciens professeurs à l’université, qui nous enseignait les bases de la communication scientifique en anglais. Un gars très drôle, tellement bien intégré qu’il pouvait prendre l’accent marseillais.

Ce qu’il nous avait dit m’avait frappé, mais j’avais pu vérifier quelques années après la véracité de ses propos. Et ce n’est pas fini.

« Mesdemoiselles, quand vous irez en conférence, vous vous ferez belles. Les mecs, je vous veux en chemise classe et coiffés. Parceque vous n’imaginez pas le potentiel sexuel que vous avez rien qu’en étant français. Parceque dans l’imaginaire du monde entier, la française est belle, chic, un peu hautaine mais sait être chaleureuse. Donc si vous montez sur l’estrade et que vous êtes habillées en jeans, c’est que vous n’avez rien compris et avez perdu déjà la moitié de l’indulgence de l’auditoire. Pire, on vous prendra pour une allemande.

Mais imaginez, bon sang: le vieux ponte, il a tout vu, même ses vacances le font chier. Il voit arriver une petite français de 25 ans, souriante, pimpante, attachante tellement elle a la trouille. Et même si elle bafouille, même si elle dit une connerie plus grosse qu’elle, il mettra ça sur la jeunesse et rêvera de Paris. Et la question qui l’aurait descendue devant 2000 personnes, il la garde pour lui. Au pire, il l’enverra par mail ou la dira devant son poster, en privé. »

Il avait ensuite ajouté:

« Vous avez pris quoi, vous, comme première langue au collège ? Allemand ou russe, pour être dans une bonne classe, ce sont vos parents qui y ont pensé. Hé bien dans le reste du monde, c’est pareil. Sauf que si l’on veut être dans une bonne classe, ou bien apprendre quelquechose pour faire chic et distingué, on prend français. Donc méfiez vous, car autour de vous tous les gens ont fait du français. Et c’est un moyen de savoir s’ils vous ont à la bonne: ils ne l’ont pas pratiqué depuis 20 ans, mais pour vous faire plaisir ils essaieront de ressortir les trois mots dont ils se souviennent. Accessoirement, dites pas n’importe quoi, car il y a des gens qui vous comprendront. »

Et ô combien il avait raison.

Ca va du ‘O’ de surprise que font les japonaises quand on leur révèle que non, on n’est pas américain, on est français. Et de leurs aveux d’avoir fait du français pendant 2-3 ans et de ne plus se souvenir de rien.

En passant par ‘Vous êtes français ? Est ce que je peux parler avec vous ?’ posé par une noire américaine, dans le grand aquarium d’Atlanta.

Jusqu’au ‘Je préfère marchander avec les français, ils sont plus sympas et on peut discuter’ dit par un marchand de pierres semi-précieuses à Ambositra.

C’est le russe qui m’a accueilli au détour d’un chemin kirghize, par une grande litanie de ‘Michelle ma belle je t’aime Paris’ alors qu’on cherchait du bois pour le feu.

C’est Corsée, Le Maitre et Le Roi qui s’arrêtent pour la nuit dans un village Tadjik, sont invités dans la seule maison en dur, et découvrent que le propriétaire est un admirateur de Chateaubriand (véridique, je n’invente rien). Il avait toute son oeuvre en russe et français, alors que les trois français n’en savaient pas une ligne. Il passait environ un touriste par an dans ce village.

C’est, invité par quelqu’un que l’on ne connait ni d’Eve ni d’Adam et que l’on ne reverra jamais, regarder un enregistrement de la finale de la coupe du monde 98, sur une vieille VHS cahotante d’avoir trop servie, en plein milieu du Tadjikistan. Surtout, ne pas dire que l’on n’aime pas le foot.

Bref, pour reprendre certains commentaires dits dans le précédent post, oui, être français est un avantage considérable quand on voyage (à quelques exceptions près). C’est pas qu’on peut sauter tout ce qui bouge ou faire n’importe quoi, c’est que dans une situation donnée on part automatiquement avec un avantage. Du coup, on a la responsabilité d’entretenir le mythe, évidemment. Faut apprendre à faire le baise-main :]

Et sinon, sur Tokyo, il neige. A gros flocons. Souriante n’avait jamais vue la neige, on l’a mise minable lors du déjeuner…

24 réponses sur “Et il avait raison…”

  1. C’est super vrai.Dans mon entourage le mieux placé pour le savoir est Wraxou.Si si souviens toi il ya 5 ans en Pologne ,au bord du lac , ta copine Polonaise et le surveillant de beignade et la vielle qui parlait francais!!!!!

  2. Globalement le meme constant ici en Australie.

    Les etoiles dans les yeux des filles quand tu dis que tu viens de Paris.
    Combien de fois ces memes filles te disent que ton accent est sexy and cute.

    Exception cependant: plus tu t’eloignes dans la brousse, plus tu as de chance de t’entendre repondre "hum Paris ? gay Paris hein ? haha, are you gay ?"

    Les australiens aiment beaucoup se moquer de notre accent, mais globalement ils nous trouvent serieux et travailleurs, ils prefereront meme souvent te filer du boulot plutot qu’a un local, trop flemmard.

    2eme exception: il y a enormement d’europeen ici, et le charme francais ca ne marche que sur les extra-europe. En gros plus tu t’eloignes de la france plus tu rayonnes.

  3. Ah s’expatrier et jouir de notre réputation !
    Ça reste un luxe et nul n’est prophète en son pays. Heureusement qu’on a beaucoup de touristes.

  4. A ce qui parait les japonaises sont fascinés par les mecs avec un peu de poils, alors j’imagine si tu arrive avec la chemise un peu ouverte, les poils sur le torse et que tu dis que tu viens des champs elysées !

    Salut à toi moussaillon !

  5. Ouned par aliocha, après après lu ton billet je pensais justement aux japonaises qui se sentent mal parce que, férues de culture française "classique", elles imaginaient les français beaux, courtois et lettrés…

  6. Même si ça répond plus à tes précédents posts, ca me rappelle un petit article que j’avais écirt à l’époque quand je vivais à Tokyo, un peu le "Syndrome de Tokyo" d’ailleurs.

    ::Le regard du japonais::

    Faire partie d’une minorité. Pour la première fois de ma vie je ne fais pas parti de la majorité mais d’une minorité.
    En effet, quand je regarde autour de moi, je suis souvent le seul blanc à l’horizon. C’est une sensation vraiment étrange de voir les gens se retourner vers moi, me dévisager.

    On ne sait jamais si ce regard est gentil, méchant, plein de préjugés, curieux, ou tout simplement involontaire. Il est trés difficile de discerner la nature des regards qu’on nous adresse.

    Peut etre que je suis parano, mais tout de même, on ne me dévisageait pas autant en France…
    Quel regard doit-on renvoyer ?
    Je ne le sais jamais, du coup je finis souvent par regarder au sol, ou détourner la tête.

    J’ai l’impression de "comprendre" un peu mieux la sensation que doivent éprouver les minorités tout au long de leur vie. Je ne dis pas que je vis la même chose, loin de là, la plupart des japonais ont des avis positifs sur les étrangers, surtout nous, Français. Mais être différent, 24H/24, ça devient vite pesant.

    On se retrouve à être sur nos gardes régulièrement. Lors d’un échange communicatif avec l’autre, on se demande souvent en premier lieu quels préjugés la personne peut avoir sur nous.

    C’est le cas pour tout le monde, partout, dans n’importe quelle rencontre. Mais ici, c’est multiplié par 10. Ce sentiment d’être jugé avant de nous connaitre.

    Bref, rien d’insurmontable, mais tout de même, ça n’aide pas à se sentir chez soi… Je ne pensais pas que ça serait si dur de s’adapter à cette culture/société. Mais cela fait partie de l’aventure !

    (13 novembre 2004)

  7. Bon moi je suis Suisse, ça a moins d’impact mais ça marche aussi, c’est très kawaii…

    Par contre j’ai toujours trouvé mon accent français immonde, le jour où j’y ai finalement réfléchi. Et, surprise, les anglo-saxons trouvent ça chouette d’habitude! Il doit y avoir un truc…

    edit: Sir_carma: par rapport à ce que tu dis, au Japon on s’y fait quand même très vite. Et y’a deux trucs que j’adore… Tu tiens la porte d’un conbini pour une vielle dame, et elle aura jamais assez de mots pour te remercier. Tu vas dans un magasin, et quand une de ces nombreuses serveuses semi automates te disent merci, tu les regardes dans les yeux et tu leurs faits un gros sourire. Elles tourneraient presque au rouge.

    Ca se cultive la différence dans certains cas.

  8. J’ai appris ça avec le temps. Quand j’ai écris ce truc, ca faisait que 2 mois que j’y étais, la passion de la découverte du premier mois (comme qu’en on est en vacances) venait de retomber.
    Après ca s’est vraiment amélioré, mais c’est principalement lié à mon apprentissage de la langue.
    Sans parler jap et en restant longtemps la bas, c’est vraimmment dur. Ou alors tu traines avec d’autres étrangers. Mais dans ce cas autant rester chez soi…

    Et pour tes 2 exemples c’est très vrai 🙂 Mais pour le coup moi aussi je devenais rouge quand la serveuse se mettait à genoux pour prendre ma commande et avoir ses yeux au niveau de la carte que je tenais sur mes genoux. Pour m’aider, que je puisse lui montrer ce que je voulais sans bouger. Je trouvais ça fou. Ca me genait vraiment. J’avais envie de lui dire "Releve toi FFS !"

  9. Ah, le coup de la carte et la serveuse, j’ai jamais encore expérimenté haha.

    J’adore ce pays.

    edit: Le pire c’est quand j’étais limite en train de draguer une maid dans un maid café à Akihabara… On déconnait pas mal, c’était super sympa. Un japonais ne pourrait pas en faire autant même en rêve 😀

  10. Et la deuxième question : Est-ce que les japonaises crient au pieu comme dans les films X?
    Quand on sait comment ils sont serrés là bas, ils ont intérêt à avoir une bonne isolation sonore dans les immeubles si c’est le cas…

  11. Commandant_Crousto – On me l’a dit aussi, mais je n’ai pas vu de différence entre les moments avec et sans barbe.

    Sir_carma – Marrant, moi je le vis de manière beaucoup moins agressive, sans me poser de questions sur comment ils me perçoivent (ou alors réponse automatique: bien, non mais ho !)

    JinRoh – Ouais mais vous êtes plus blonds aux yeux bleus que nous, et ça c’est un atout inestimable.

    Sir_carma – Moi ce qui m’arrive souvent, c’est avec les caissières de supermarché. T’en prends une petite jeune, tu lui fais un grand sourire accompagné d’un bonjour, elle finit toujours par la courbette. Et elle ne se redresse que quand tu es partie avec tes courses…

    Crazralfrill & mlv – Les questions que tout le monde pose :]. De mon point de vue, non, pas ‘facilement’. Mais en tant qu’étranger et français, oui, tu pars avec un avantage (enfin, ça dépend où tu traines. Comme précisé par Whisper: plus tu es dilué avec d’autres européens (dont certains plus beaux que toi, les enfoirés) moins tu as de succès). Pour la deuxième question: non. Enfin, les expériences doivent diverger, je suppose :]

  12. Je ne suis absolument pas blond aux yeux bleus, hein. Sinon je suis complètement d’accord avec ce que tu viens de dire, plus tu es isolé dans la communauté japonaise, et plus tu passeras pour un ovni qui intéressera les gens.

    Par contre si tu te balades à Roppongi, là, ça devient l’anonymat total…

  13. "L’individualisme, l’impatience et l’humour gaulois sont en effet en totale contradiction avec l’esprit de groupe, la timidité, la politesse et le sérieux des Nippons."

    Une amie m’avait dit que ce qui la génait surtout en France, c’est qu’on faisait tout "grosso modo", à l’arrache, sans règles bien établies.

    A cause de ça, elle pensait que les francais faisaient mal leur boulot, elle n’avait pas confiance en eux et elle évitait du coup les médecins francais, les coiffeurs francais….Pour la même raison, elle avait l’impression qu’on lui mentait tout le temps, en prenant les "peut être" et les "revenez essayer demain" pour des "oui".
    Ca la mettait très mal à l’aise, difficile de s’integrer.

    Sinon, s’imaginer que les gens disent des choses dans notre dos, c’est quelque chose qui peut toucher tout les expats aussi bien japonais que francais, ils ne devraient pas parler de «syndrome de Paris».

  14. Ayant eu l’opportunitee de travailler deux semaines a Tokyo, je confirme que le fait d’etre Francais donne de certains avantages, ou plutot des avantages certains ! Je me suis fais inviter au resto et autres une bonne dizaine de fois.

    Vivement Mai prochain, que j’y retourne (en vacances cette fois-ci!).

    Note: pas d’accents car systeme anglophone.

  15. Je bosse aux US, et passer du Francois Feldmann pour du Maupassant durant la peche au thon, c’est priceless.

    _Wow that sounds so fucking great! Who is it?

    _Danny Brillant.

    Plus drole, en Arabie Saoudite, un jaune qui parle Francais et Anglais, c’est vue d’un tres mauvais oeil.

    (resto iranien, le serveur se fout de ma gueule gentillement.)
    _Tching tching chong?
    _No thanks, just a coffee.

    Il est jamais revenu… Bizzare quand meme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *