Les vieux rats

Un jeune ça tient dans la main, et il suffit de dix secondes d’anesthésique volatile pour l’endormir. Un vieux est trop résistant, il faut le piquer en IP et il te fait savoir qu’il n’aime pas ça. Un vieux il faut le peser pour connaitre la dose d’anesthésique, et tu risques de le tuer par arrêt cardiaque si tu as trop forcé la dose. Un jeune ça n’a pas encore de dents, parfois ça n’ouvre pas encore les yeux et n’a même pas de poils. Un vieux c’est rapide, robuste, et quand tu te trompes ça mord à te transpercer la main de part en part. Un vieux nécessite d’être perfusé pour atténuer la mort neuronale, et ça rajoute une manip pas forcément simple. Un vieux parfois ça se réveille alors qu’il a la cage thoracique ouverte et le cœur au bout des doigts.

Un jeune à décapiter, ça se fait avec une paire de ciseaux, les mêmes que ceux qui vous servent à couper du papier. Un vieux il faut aller chercher la guillotine, celle dont personne ne se sert et qu’il faut tout le temps aiguiser. Mais une fois, elle était tellement émoussée que tu as été obligé de finir le rat au ciseau, et du coup tu l’aiguises. Toujours. Un jeune ça ne saigne presque pas, une goutte sur le papier absorbant. Un vieux tu peux repeindre l’évier et le mur en face si tu n’es pas assez rapide, et encore laisser quelques gouttes sur le sol. Un crâne de vieux c’est très dur, tu risques tout le temps d’abîmer le cerveau en l’ouvrant. Et si la pince rippe et que l’os se rabat, tu prends du sang plein la figure. Réflexe apprit très vite : ne pas se passer la langue sur les lèvres lors de ces manips. Jamais.

Un jeune tu peux faire tes tranches sur le cerveau entier, ça résistera. Un vieux il faut d’abord disséquer la région cérébrale d’intérêt, sinon l’oxygénation n’est pas suffisante. Un jeune c’est tellement solide que tu peux faire ça vite sur un coin de paillasse, dans des conditions pas top, presque aller boire un café entre les étapes. Les tranches seront bonnes et les neurones vivants. Un vieux il faut réfrigérer tout, couper les tranches en milieux sucrose ou choline, vérifier pH et osmolarité, recommencer, faire des chambres d’incubation compliquées pour que l’oxygénation soit parfaite. Voire même couper en APV, mais c’est trop cher. Et les tranches sont mortes, les neurones survivants se comptent sur une main alors qu’il devrait y’en avoir des milliers.

Putain, je hais les vieux rats, quand est ce qu’on fait enfin un projet sur du jeune ? Je veux du 12 jours, pas un de plus. Mais pas trop jeune non plus, car quand il faut ouvrir la mère, c’est pire -_-

Bienvenue dans la réalité de la science expérimentale \o/ Le prochain article sera kawaï voire mièvre, c’est promis.

20 réponses sur “Les vieux rats”

  1. la branche "Ingénieur" ? c’est pas une branche ca, ingenieur ca peut etre ne chimi, bio, electricité, informatique … plien de chose et y a meme des ingé qui bosse sur des vieux rats

  2. J’avoue, j’en rajoute un peu :] Rien n’est inventé, mais c’est l’accumulation qui est impressionnante. Ensuite, en général ça se passe bien.

    ZotZ – Interaction neurones – astrocytes

    Arkan – Tout raté, ce sont des neurones pyramidaux remplis d’une sonde calcique à gauche, (et ils sont très brillants indiquants qu’ils sont morts) et d’un traceur physiologique à droite.

  3. Je peux faire un article sur de la dissection ? (avec images)

    Edit : oh, c’était juste pour voir si des gens sont intéréssés, mais sur le chan on me dit que oui!

  4. Question: les prelevements sanguins sur les rats, vous les faites comment ? (Je n’ai jamais travaille qu’avec (qu’au depend) de souris). La pipette pasteur derriere l’oeil ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *