Foule, Pubs et Chansons

Je profite de ma réalité temporelle décalée de plein d’heures… Et puis le 25 n’est pas férié ici, au boulot !
Shibuya était tout à fait ‘intéressant’ hier soir vers 16-17h.

Joyeux noël !

6 réponses sur “Foule, Pubs et Chansons”

  1. merii kurisumasu!
    Sinon je vais aller visiter le marché de tsukiji, qu’est-ce que tu recommandes pour l’heure, 5h ? T’as pu assister à la criée ou c’est vraiment fermé au public? Et Shibuya c’était quoi le trip?

  2. Pour l’heure, ça dépend de ce que tu veux voir à Tsukiji. Si tu veux assister à la vente aux enchères des thons, à la criée, voir le maximum d’activité et tout, il faut en effet y aller à 5h. Je recommande la nuit en boite ou en bars avant d’y aller, parceque se lever à 4h c’est pas forcément évident. Sinon, tu peux très bien y aller pour 8-9h: il n’y aura pas la vente aux enchères, mais tu verras l’essentiel et c’est déjà pas mal. Il y a quand même plein d’activité à cette heure là. Ca ferme vers 10h30 si je me souviens bien. N’oublie pas d’aller manger des sushis après :]

    On m’a dit que la criée était fermée au public, oui, mais j’y étais allé sans savoir et on ne ma pas viré, pareil pour d’autres personnes. Alors que j’étais assis sur les bancs comme tout le monde. Donc dans ce cas là, tu fais le Gaïjin ignorant: ‘Ah mais c’est interdit ? oÔ Oh pardon, je ne savais pas, toutes mes excuses !’.

    Et Shibuya, c’était le monde et le bruit… C’est marrant, on sentait que c’était un jour férié: plus de monde dans les transports, ils dormaient très peu et beaucoup de conversations joyeuses et bruyantes.

  3. J’aimerais bien assister à la criée mais comme je serai pas le seul gaijin on passera difficilement inaperçu. On essaiera, merci pour les détails, on ira manger les sushis bien frais.

    Hier j’étais à Shinjuku et Ueno, c’est clair que c’est la frénésie un peu partout. Entre les vieux qui poussent dans les escaliers roulants et les bronzées qui se baladent par paires en criant des kaawaaaaaiiiiiiiii devant chaque carte de Noël, jusqu’à péter les tympans, on se demande ce qu’on fout là parfois. Ha!

  4. Twist – C’est possible de partir au Japon sans connaitre un mot de japonais, mais il vaut mieux en connaitre un peu en effet. Personnellement, la première fois que j’y suis allé je connaissais uniquement les hiraganas et katakanas, plus quelques kanjis (les chiffres, très utile) et évidemment quelques phrases et morceaux de grammaire. Hé bien, rien qu’être sur qu’on est à la bonne station de métro, c’est énorme :] Et puis les japonais sont adorables dès qu’on montre qu’on essaie d’apprendre leur langue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *