Cosmopolisme

Ca avait très bien commencé, c’est à dire que je n’avais que deux heures de retard (putain de réunion) et que je ne m’étais perdu que trois fois. Mais la carte était très mauvaise, si si si. Et la sortie de métro qui m’aurait fait déboucher au bon endroit était fermée.

Je parviens enfin au resto, où je retrouve une bonne quarantaine de personnes. On reconnait tout de suite les japonais parmi les autres asiatiques: ce sont ceux en costard-cravate. C’est que pour la soirée de départ d’Annalisa, il y a vraiment tous les horizons réunis. Entre les allemands de passage, les philipins qui n’en ont que la nationalité, les japonais de souches, les américains qui parlent mieux qu’eux (avec les ‘ééééééé’ de circonstance), quelques français reconnaissables à l’accent, un québecquois qui fait tout pour perdre le sien (mais il le retrouve dès qu’il est bourré, haha). Y’avait de la science et de la montagne en présence, parfait pour prendre des contacts pour l’alpinisme cet hiver. Me suis même fait chambrer par un anglais à cause de la défaite Marseille-Liverpool.

Bref, très bonne soirée, un peu confuse, très cosmopolite, ça s’est fini très tard, j’ai évidemment raté le dernier train et de toute façon pas dormi chez moi.

Annalisa – Akiko – Kaori, We are small but we are cute

5 réponses sur “Cosmopolisme”

  1. -"Me suis même fait chambrer par un anglais à cause de la défaite Marseille-Liverpool."

    Ils n’ont pas de honte ces anglais. Tu lui as parlé de l’euro 2008 ?

    Sinon, moi, j’ai pelleté de la neige toute la matinée… C’était juste pour dire.

  2. -V- – Certainement pas. My Precious ! Et on met des -desu et des -masu quand on parle de Kaorisan, espèce de malappris. Plus sérieusement, oui, on s’appelle tous par nos prénoms. Je ne fréquente que de la japonaise éduquée, question de choix 😉 Je ne sais pas trop quel est ton boulot (tu fais quoi, d’ailleurs ?), mais dans le milieu de la science et des hautes études, la plupart ont pas mal voyagé et ne se vexent pas du tout de se faire appeler simplement par leurs prénoms. Annalisa, Kaori et Haute Comme Trois Pommes, je peux même les chatouiller sans problème (quand même pas essayé dans la rue).

    caroline – Mon flash déconne un peu, voyons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *