Equipe russe

L’avantage (ou l’inconvéneint, je sais plus bien) d’être dans une équpe russe c’est l’alcoo. Sayonaraz party pour un gars de Nijni Novgorod, ça DEVAIST être conséquent.
Donc on a commencé à la vodka (40 degrés), on a continué au KnagLiao (c’est ta£iwanais et ça titre du 58 degrés fillette), on a fini à l’avsinthe (c’est beaucoup trop,de degrés, je m’éatais promis de jamais recommencer, raté). Bref, je suis dans un état de décomposition avancé.

Mais très sympa. J’en ai profité (y’avait des chinophones et des nippophones) pour leur delmander des kanjis pour mon nouveua nom japonais. J’en ai besoin pour les signautures japonaises, en kanjis exclusivement. J’ai trouvé deux combinaisons assez sumpas, je vous expliquerai et montrerai à quoi ça ressemblre dés que je pourais afficher des kanjis ici.

Bref, il est 21h et je ne tiens plus ndebout (pour information, je me sius amusé à écrire ce billet sans correction, ça vous donne une idée de mon état). Mais mon état n’est rien à cîté de celui du chef.

Ah, cadeau, une image pas prise par moi mais par un pote au Matsuri de Chchibun lors du feud ‘artifice.

Je sens que demain va être très difficile /o\

7 réponses sur “Equipe russe”

  1. Lors de la soirée, j’ai pu apprendre les secrets du cocktail Laborantsky (je n’invente rien). Il parait que dans un de leur ancien labo, un étudiant avait passé du temps à calculer les doses parfaitement.

    * Remplir un bécher d’éthanol (pas de l’alcool, hein, de l’éthanol de labo, du vrai du pur).
    * A l’aide de la table de dilution des alcools présente au-dessus de la paillasse, préparer de l’alcool à 70 degrés.
    * Mettre le tout sur un agitateur magnétique, faut que ça tourne.
    * Dissoudre du glucose dans le mélange, jusqu’à saturation du liquide. C’est pour ça qu’on a besoin d’eau: le glucose ne se dissout pas dans l’alcool.
    * Rajouter un peu de potassium pour éviter le mal de tête du lendemain. C’est le plus dur, car si trop de potassium c’est pas bon, si pas assez tu vas avoir du mal à bosser le lendemain.

    J’ai refusé de tester ce truc, c’est vraiment des malades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *