Ace of Spades: Et si Minecraft était un FPS WWI

Edit : les screenshots étaient hébergés sur feu Uppix et ont donc disparu

Ace of Spaces, tout comme Minecraft, est un jeu en voxel. La comparaison ne s’arrête pas là, puisqu’ici aussi on peut creuser et construire librement avec des petits blocs. Seulement, il n’y a pas besoin de récolter des matériaux et ce ne sont pas de belles demeures que vous préférerez construire, mais des bunkers, des tranchées et des tunnels.

La différence fondamentale avec Minecraft, c’est la guerre. Qui prend la forme d’un Capture The Flag entre les bleus et les verts jusqu’à 32 combattants dans ce monde cubique. Chaque joueur réapparait équipé de quelques grenades et d’un fusil (il est possible de passer en visée ironsight). Les sensations se rapprochent alors plus d’un Red Orchestra où la tension monte dès que l’on se met à découvert et où la moindre balle peut être fatale. Dans la tête, parce que dans le corps il faut environ 3-4 balles, ce qui permet tout de même des affrontements au corps à corps pêchus.

Imaginez prendre à revers l’ennemi en creusant un tunnel qui passe directement sous les lignes adverses ? C’est possible !
Vous voulez faire une belle entrée à votre tunnel, et dessiner une flèche par terre pour que les autres joueurs le voient sur la carte ? Pas de problème !

Le jeu est encore en beta, et il plante relativement souvent. Une seule carte est disponible, les graphismes sont un peu moches avec ces couleurs ternes, mais qu’importe ! On passe un bon moment, pour l’instant c’est gratuit, et le potentiel fait rêver. Malheureusement, des crétins sont souvent là pour ruiner les efforts de leur équipe et nous faire remettre les pieds sur terre.

Le tout pèse moins de 6 Mo, se télécharge ici et c’est d’ailleurs là que vous trouverez la liste des serveurs sur lesquels il faut cliquer pour lancer le jeu. Un descriptif des touches se trouve dans le fichier « readme.txt ». Vous pouvez changer votre nom dans le fichier config.ini.

Don’t take it personaly babe, it just ain’t your story

Ce jeu indépendant est un Visual Novel vous mettant dans la peau d’un enseignant en 2027 qui a la possibilité de lire complètement le facebook de ses élèves : messages public, mais aussi mails privés…


Les sujets principaux sont le voyeurisme de la vie privée, l’homosexualité, l’énergie et les tensions entre jeunes lycéens. Certains passages sont un peu plus chauds et s’intègrent bien dans l’ambiguïté des thèmes.
Le tout est plutôt bien écrit et amène à prendre du recul sur ces thèmes dont il est question.
La seule chose inutile est le simili-4chan que l’on peut consulter de temps en temps.

Même si derrière il y a une histoire structurée, ce n’est pas vraiment le but. Il n’y a pas beaucoup de choix à faire: le joueur est amené à choisir entre les responsabilités du prof ou aider les jeunes sur le plan personnel, parfois au détriment de leur assiduité (suivant les choix il est tout de même possible de faire sortir le héros avec un personnage).

D’une durée de 1h à 3h, j’ai trouvé le jeu assez plaisant à suivre. Au début les personnages ne paient pas de mine, mais ils prennent vraiment du relief au fur et à mesure.

A essayer aussi pour ceux qui n’ont pas franchi le cap facebook !

Uniquement en anglais, vous pouvez télécharger ce jeu gratuitement sur le site de l’auteure. Disponible pour Windows, Mac, et Linux !