Mon expérience sur un RPG Chinois 九州寻仙记

« Vient jouer avec moi, » me propose une copine. Elle ne parle pas de son corps, mais d’un jeu Chinois populaire sur mobile, 九州寻仙记 ou Kyushu: À la Recherche des Immortels.

Je n’ai peur de rien et j’essaye de récupérer le jeu. Je pensais que le premier obstacle allait être de créer mon compte.

Heureusement, les éléments sont placés dans le même ordre que d’habitude : pseudo, mot de passe, confirmation du mot de passe, captcha. J’ai juste rencontré un souci avec plusieurs messages d’erreur indéchiffrables pour moi, mais on me glisse à l’oreillette que ça ne prend pas les chiffres et caractères spéciaux. Et à force de faire des bêtises j’oublie de mettre à jour le captcha.

Une fois le compte créé, je mets le jeu sur mon téléphone (bouton orange), puis le lance. Et là c’est très louche : le développeur de l’appli n’a pas été certifié par Apple, il faut donc autoriser une exception de sécurité. Le petit bonhomme mignon explique la marche à suivre, même sans comprendre le Chinois c’est facile à faire.

Le jeu se lance, et me laisse choisir entre 4 personnages. Je veux prendre un personnage féminin, mais ma copine me dit que je suis censé jouer un homme pour la protéger correctement. Soit, je prends le bonhomme jaune, son épée est très longue.

Je me retrouve dans un camp de base. Les contrôles me surprennent un peu, il n’y a pas de croix directionnelle et je dois cliquer sur chaque endroit où je veux aller. Dès que je fais quelques pas, des marchands m’accostent pour me donner de l’équipement et des ressources. En faisant le tour de l’interface, je vois des poses très choupis qui ont l’air chères. Ma conseillère me dit qu’il est aussi possible de se marier dans le jeu, pour environ 40 €, rien que ça. Je suggère de laisser cette fonctionnalité de côté tout en sentant un regard noir dans mon dos. Déjà, il faudrait commencer par se retrouver dans le jeu. « Il faut que tu sois de niveau 40. » Ah, ok. Je suis quel niveau moi ? Niveau 7, il va falloir grinder (faire une activité encore et encore pendant pas mal de temps).

Au vu de l’avalanche d’icônes à l’écran, je mets un peu de temps à saisir les subtilités du combat. C’est comme un MMO, il y a des tonnes d’attaques différentes sous cooldown (temps de rechargement), je les localise en bas à droite. C’est très pénible de devoir sélectionner une attaque puis viser un monstre pour chaque attaque, mais en explorant les icones je me rends compte qu’il y a un bouton de pilotage automatique.

Et là, magie, le jeu joue tout seul. Mon personnage combat automatiquement les monstres nécessaires pour les quêtes et va parler aux PNJ (Personnages Non Joueurs, du genre les marchands ou ceux qui font progresser l’histoire). Et je me rends compte que tous les dialogues ont un petit timer avant de disparaître, ce qui fait que quelqu’un en pilote automatique n’est pas bloqué par le jeu. Aussi affligeant que ça puisse paraître, c’est un jeu qui se joue tout seul, sans avoir besoin de moi.

Au fur et à mesure que je passe des niveaux, je reçois un fidèle destrier, des ailes, une fée, une épée. Un autre joueur me défie, et je le défonce en deux secondes. J’ai mal pour lui, je ne comprends rien au jeu et je ne joue pas, mais je suis plus fort que quelqu’un qui sait au moins comment améliorer son équipement.

Surtout, c’est du bon gros P2W (Pay-to-win, payer plus pour gagner plus comme dirait Sarkolol). Il y a tout un tas de choses à acheter pour booster son personnage, ses familiers, monter en niveaux avec le statut VIP, etc. En fait, je ne comprends pas tout alors je ne sais même pas ce que le jeu veut me faire acheter, ni comment je devrais m’y prendre. Mon portefeuille me remercie avec un gros soupir de soulagement, il était déjà plutôt pâle ces jours-ci.

Il y a des combats de boss. J’ai mis du temps à comprendre qu’à partir d’un certain moment pour passer les niveaux il faut lancer une instance dans un donjon pour taper sur des cerfs innocents. Tout un pan du jeu que je n’ai pas exploré permet de former des groupes pour jouer ensemble et faire des instances dans des donjons ou contre des boss. Je vous passe les détails sur toutes les possibilités du jeu et sur les ressources à récupérer pour améliorer chaque boulon de mon incentaire. De toute façon, ce n’est pas moi qui joue.

Sans comprendre les trois quarts du jeu, j’ai quand même réussi à atteindre le niveau 44 en quelques heures ! Et j’ai peur de comprendre que je ne peux pas passer au niveau 45 sans acheter le status de VIP. Je crois que je vais en rester là, tant pis pour les espoirs de marriage.

Mais je sais que vous aimez les détails croustillants et que vous vous demandez à quoi sert un jeu où on ne joue pas, et je vais joindre les deux bouts avec la capture d’écran qui suit.

Impressionnée par mon paladin ailé, cette elfe des bois de la ZAD veut me contacter. Il y a même sa photo, on ne voit pas souvent les jeux permettre ça. Malgré les petits coeurs je n’ai jamais vraiment su ce qu’elle me voulait, ma conseillère juridique m’ayant très fortement déconseillé d’entamer la discussion avec une autre conseillère qu’elle. J’ai préféré éviter un conflit diplomatique de 15 sur l’échelle de Poutine.

On en arrive à ma conclusion : ce n’est pas un jeu à proprement parler, c’est avant tout un espace social. J’ai beaucoup de mal à en saisir l’intérêt, mais bon, je n’ai jamais accroché aux MMORPG occidentaux non plus. Ce que je vois là, c’est un endroit mignon où des gens viennent passer du temps, se retrouver entre amis ou faire des connaissances, jouer à la poupée et se prendre à la quête du toujours plus (ce qui entraîne des dépenses, forcément). Et la partie qui intéresse le moins, à savoir jouer de manière prenante et impliquée, a été reléguée aux oubliettes. Ça serait trop accaparant et fatiguant. On se met en pilote automatique et on se contente de cliquer sur des icônes pour socialiser et améliorer sa poupée. Une belle métaphore.

D’un naturel curieux, j’ai été intéressé par cette découverte culturelle. Hélas, ce n’est pas pour moi. Je retourne sur Clash Royale, où le coeur du jeu est excellent même si, encore une fois, on a affaire à une progression lente si on n’achète pas cette maudites gemmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*