Unreal Tournament 99 + 10 = 2009

Ce sont les 10 ans d’Unreal Tournament !
Ce jeu m’avait totalement conquis à l’époque. L’ambiance générale du titre, déjà, avec ce mélange de châteaux gothiques et de vaisseaux spatiaux/science-fiction. Les musiques aussi plongeaient bien dans l’ambiance. Le level design des maps était vraiment très réussi, surtout celles de CTF (Capture de drapeau) qui étaient particulièrement bien conçues. Un autre point positif du jeu, c’était la customisation à outrance. Il était possible de régler tous les paramètres de chaque partie, des réglages de l’IA des bots, aux armes sur la map, en passant par la gravité, et directement dans les menus du jeu sans passer par une obscure console. Il y avait même un menu de communication très élaboré pour donner différents ordres ou commentaires à son équipe. De nombreux mutators (options de modification) permettaient de choisir par exemple tout le monde au Flak Cannon (une espèce de gros fusil à pompe qui lance des particules de métal en fusion). Les armes étaient plutôt originales, et disposaient toutes d’un mode de tir secondaire. Le jeu était particulièrement violent et jouissif (rien que le sniper qui permettait de décrocher les têtes à une cadence de tir folle, tellement puissant qu’il n’a pas survécu aux épisodes suivants). J’avais aussi apprécié le fait de pouvoir faire des esquives avancées (les « dodges ») en pressant deux fois une touche de déplacement.
Bref, que du plaisir, un jeu très complet, bien fichu, avec un bon feeling et une bonne ambiance.

Après avoir retourné sans jamais me lasser le jeu en solo, c’est aussi la première fois que j’ai joué à un FPS sur internet, malgré les faibles connections de l’époque. J’ai joué à un niveau compétitif en instagib, c’est-à-dire le Shock Rifle (fusil laser) modifié pour tuer en un coup. Tous les joueurs apparaissaient avec cette arme, et c’était le skill pur (visée, esquive/déplacements, anticipation) qui déterminait le résultat d’un affrontement, sans se préoccuper de connaître les maps et timings des emplacements d’armes par coeur.

Puis il y a eu UT2003. Le look egyptien, les maps trop grandes (« jolies » mais mal conçues) et le feeling globalement mauvais du titre en ont fait une grande déception pour moi, d’ailleurs ça n’est pas pour rien qu’il n’est même plus compté dans les épisodes de la série et remplacé par son successeur, UT2004. UT2004, c’est une version +++ de UT2003, avec un feeling corrigé, des maps d’abord conçues pour être fonctionnelles avant d’être jolies, et surtout, le mode de jeu Onslaught, mode de jeu avec des véhicules pompé sur Halo mais bien plus nerveux. Les armes étaient retravaillées pour être équilibrées et donc plus aussi jouissives, mais ça ne m’a pas trop dérangé vu que je jouais en instagib. Par contre j’ai pris beaucoup de plaisir en Onslaught, les véhicules étant particulièrement puissants et variés (tanks, aéroglisseurs et même vaisseaux spatiaux).

Et maintenant nous avons UT3. Niveau ambiance/look on quitte la science-fiction spatiale et l’élégance pour un monde tout en rondeur et en couleurs sombres pleines de shaders dérivé de Gears of War, qui fait tâche avec l’univers de UT. Les améliorations de gameplay de UT2004 ont globalement été enlevées pour un jeu plus proche de UT99. C’est dans ce UT3 que j’ai le plus aimé les sensations de tir de la plupart des armes, entre leur nouveau design, leurs effets graphiques et le fait que certaines (Bio Rifle et sa grosse boule de goo verte, Rocket Launcher et son tir rapide) soient à nouveau puissantes et jouissives (au détriment du Flak Cannon malheureusement, un peu faiblaird dans cet opus). Le mode Onslaught, renommée pour l’occasion Warfare, est par contre assez décevant, avec des véhicules trop peu nombreux qui transforment cet opus en infanterie vs véhicules alors que dans UT2004 tout le monde pouvait être motorisé. Mais surtout, contrairement aux précédents UT qui savaient reprendre ce qui existait, y apporter de nouveaux éléments et en faire quelque chose de mieux, UT3 n’a pas su s’adapter à son époque, et n’a strictement rien apporté de nouveau, au contraire. Si au moins il y avait autant de bonnes maps fournies à la sortie du jeu qu’il n’y en a eu dans le mode CTF de UT99 !

UT a fait un temps, et le jeu multi qui a pris sa relève dans mes préférences est maintenant Team Fortress 2.
Mais j’adore toujours UT99, et pour fêter ses dix ans j’ai enregistré la vidéo d’intro en HD. Une autre vidéo avec un petit tour des maps lui fait suite, c’est un peu artisanal avec le texte présent à l’écran, et je me suis rendu compte après-coup que j’aurai dû augmenter le gamma pour éclaircir les couleurs, mais ça rappellera sans doute quelques souvenirs à certains ! Et permettra aux autres d’avoir une idée de la tête des maps.


37 commentaires à propos de “Unreal Tournament 99 + 10 = 2009”

  1. idem. J’avais méchamment accroché à UT que je trouvais vraiment bon (fusil de snipe et shock rifle) et les suivants m’ont toujours semblé lourds et lents …

  2. [EDIT] Rien dit pour CS, my bad.

    Ah, UT99, j’y joue quasiment sa sortie et je ne parviens pas à m’en lasser ! Le feeling des armes est tellement parfait, c’est du bourrinage pur, un plaisir primaire ! J’ai commis l’erreur d’y initier les gens de l’IUT, maintenant c’est deux (sinon trois) parties par jour dans les salles PC…
    C’est un jeu où il n’y a pas de surprises: t’as du skill, tu gagnes. Il ne vieillit absolument pas pour moi, le feeling est resté intact et parfait.

  3. UT99 ! Le must absolu =) Tout le monde montait Quake III et Unreal Tournament l’un contre l’autre, mais les deux jeux sont indispensables car chacun a ses qualités.

    Avec UT, ce qui m’a plu c’est surtout le côté poli et léché de tout le jeu : menus complets, grand nombre de cartes, possibilités de tout régler, finition impeccable, bande son au top (Alexander Brandon, Michiel Van Den Bos, Skaven, etc.), feeling d’enfer, etc. Et surtout, n’ayant pas une bonne connexion à l’époque, j’avais vraiment apprécié de jouer en solo contre des bots pas cons du tout.

    Il y a une magie dans l’univers Unreal, que l’on joue au tout premier, à UT99 ou 2004 : l’alliance des cartes à l’architecture originale, avec la musique et le gore speed du jeu, forme une alchimie unique. Malheureusement UT3 a un peu perdu cet aspect avec la next-gen, même si ça reste un bon jeu.

    Bref c’est nostalgique de fêter les 10 ans, mais il ne vieillit pas : c’est un des rares jeux qui se retrouvent systématiquement sur mon disque dur à chaque nouveau PC. Même mes soeurs adorent Unreal et on se tape souvent des LAN ensemble quand on se voit, c’est dire si ce titre peut conquérir tous les publics.

  4. En même temps, pour peu que tu regardes, tu te rends compte qu’une bonne partie des maps d’UT3 sont des repompes de celles d’UT.

    Mais pas seulement les Face-X, Deck-X, Curse-X, ils trichent aussi en changeant changeant totalement l’ambiance graphique et en virant complètement le nom les cochons.

  5. Ut99 j’aimais bien, enfin.. c’etait un petit apero entre quelques quakes.

    puis j’ai commencé a le detester d’une force rare le jour ou je me suis fait meuler la gueule par un gars qui avait 400 de ping (moi 0) sur deck16 il faisait que des predict shots au rocket launcher et des barrages au bio rifle.

    Je pouvais rien, je parle meme pas des combos au ASMD.

    Le starcraft des fps.

  6. rgk a dit :

    Delva a dit :
    Je viens de verser ma larme et dire que sur ufr on a rien prévu pour les 10 ans.

    Oooh ! Si tu veux tu peux me piquer l’intro pour faire une news 🙂

    Merki !!!
    du coup on va se servir de tes vidéos , petit link vers ton article et on va essayer de faire un qqch , enfin essayé, ufr c’est un peu ralentie , surtout que la plupart du staff est récente maintenant et je ne pense pas qu’elle ai joué au premier volet comme ceux qui ont démarré le site.

  7. 1999 –> Kingpin, UT, Q3.
    2009 –> Euuh… Heureusement Shattered Horizon remonte le niveau. (Call of Prypiat aussi si on ne tient pas compte de la localisation française 2010)

  8. Tu oublies de préciser qu’à l’époque, il était surtout vu comme le pack multijoueur d’Unreal qui péchait sévèrement.

    Et que finalement aujourd’hui, y a toujours des UT et plus de Unreals 😉

  9. ut99 reste pour moi mon plus gros fps multi
    Débuté le multi sur GOA 😀
    Je suis resté longtemps en iCTF sur clanbase ( iDM 1on1 aussi remarque), avec une team et plus de 700 matchs comptabilisés en league (et tellement d’autres non repertorié)
    et comme d’autres , quelques parties vite fait pendant les lan encore et toujours ^^

    [.LJF.]~Devil OUT

  10. UT garde l’ambiance exotique et onirique de Unreal. C’est ça qui est génial, les combats sont rapides, violents, atroces, gore, avec des cris de souffrance, mais cela se fait dans un univers original, beau, parfois planant… Les concepteurs se sont lâchés en concevant les cartes (tant d’un point de vue technique qu’artistique).

    Je conseille à tout le monde d’acheter le pack Unreal Anthology, tout y est sauf UT3 (Unreal Gold, UT99, Unreal II et UT2004). Dès le menu d’installation la musique originale donne des frissons 😉

  11. Delva a dit :
    On va essayer de voir pour monter un serveur dédié, on est en train de voir pour organiser une soirée ut99 , merci RGK pour ton article ça nous à tous motivé ^^

    Ce serait bien qu’il soit accessible aux anonymes. 🙂

  12. Pauvre de moi : j’ai commencer avec UT2003, que j’ai énormément squaté, résultat, je trouve UT99 pas bien. : (
    Je me le suis acheté avec Unreal anthology, et même s’il est plaisant, j’ai jamais retrouvé ce qui faisait me plaisait dans UT2003.

    Il doit tourner sur mon portable, faudrait que je l’installe, ça me changera de la démo de quake III.

  13. Spinoza a dit :

    Delva a dit :
    On va essayer de voir pour monter un serveur dédié, on est en train de voir pour organiser une soirée ut99 , merci RGK pour ton article ça nous à tous motivé ^^

    Ce serait bien qu’il soit accessible aux anonymes. 🙂

    le serveur ?
    je comprend pas nos serveurs sont joignable « sans inscription » ce sont des verygames

  14. Ah UT99, un de mes premiers FPS. Je crois que c’est l’ambiance qui m’a scotché et qui me scotche toujours d’ailleurs. Les musiques sont géniales (celles dans les Maps « spatiales » rendent très bien ce sentiment de vide, d’immensité et cie…).
    Les insultes à tout va, les mutators pour de bons gros délires en tous genres…

    J’ai surtout joué en Solo, ça fait plaisir d’avoir des Bots assurant un minimum. Forcément, quand on tombe sur Internet contre des joueurs qui ne font que ça depuis des années, la confrontation fait mal. :p

    J’ai bien fait de le racheter.

  15. Meilleur opus de la série, sans conteste. Cette vitesse et boucherie restent inégalés. D’où la bonne vieille gueguerre UT vs QIII. Perso, c’est UT et j’y rejoue encore avec plaisir. Et pis ça tourne sur le chip intel de mon mac/bootcamp 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*