Mon expérience sur un RPG Chinois 九州寻仙记

« Vient jouer avec moi, » me propose une copine. Elle ne parle pas de son corps, mais d’un jeu Chinois populaire sur mobile, 九州寻仙记 ou Kyushu: À la Recherche des Immortels.

Je n’ai peur de rien et j’essaye de récupérer le jeu. Je pensais que le premier obstacle allait être de créer mon compte.

Heureusement, les éléments sont placés dans le même ordre que d’habitude : pseudo, mot de passe, confirmation du mot de passe, captcha. J’ai juste rencontré un souci avec plusieurs messages d’erreur indéchiffrables pour moi, mais on me glisse à l’oreillette que ça ne prend pas les chiffres et caractères spéciaux. Et à force de faire des bêtises j’oublie de mettre à jour le captcha.

Une fois le compte créé, je mets le jeu sur mon téléphone (bouton orange), puis le lance. Et là c’est très louche : le développeur de l’appli n’a pas été certifié par Apple, il faut donc autoriser une exception de sécurité. Le petit bonhomme mignon explique la marche à suivre, même sans comprendre le Chinois c’est facile à faire.

Le jeu se lance, et me laisse choisir entre 4 personnages. Je veux prendre un personnage féminin, mais ma copine me dit que je suis censé jouer un homme pour la protéger correctement. Soit, je prends le bonhomme jaune, son épée est très longue.

Je me retrouve dans un camp de base. Les contrôles me surprennent un peu, il n’y a pas de croix directionnelle et je dois cliquer sur chaque endroit où je veux aller. Dès que je fais quelques pas, des marchands m’accostent pour me donner de l’équipement et des ressources. En faisant le tour de l’interface, je vois des poses très choupis qui ont l’air chères. Ma conseillère me dit qu’il est aussi possible de se marier dans le jeu, pour environ 40 €, rien que ça. Je suggère de laisser cette fonctionnalité de côté tout en sentant un regard noir dans mon dos. Déjà, il faudrait commencer par se retrouver dans le jeu. « Il faut que tu sois de niveau 40. » Ah, ok. Je suis quel niveau moi ? Niveau 7, il va falloir grinder (faire une activité encore et encore pendant pas mal de temps).

Au vu de l’avalanche d’icônes à l’écran, je mets un peu de temps à saisir les subtilités du combat. C’est comme un MMO, il y a des tonnes d’attaques différentes sous cooldown (temps de rechargement), je les localise en bas à droite. C’est très pénible de devoir sélectionner une attaque puis viser un monstre pour chaque attaque, mais en explorant les icones je me rends compte qu’il y a un bouton de pilotage automatique.

Et là, magie, le jeu joue tout seul. Mon personnage combat automatiquement les monstres nécessaires pour les quêtes et va parler aux PNJ (Personnages Non Joueurs, du genre les marchands ou ceux qui font progresser l’histoire). Et je me rends compte que tous les dialogues ont un petit timer avant de disparaître, ce qui fait que quelqu’un en pilote automatique n’est pas bloqué par le jeu. Aussi affligeant que ça puisse paraître, c’est un jeu qui se joue tout seul, sans avoir besoin de moi.

Au fur et à mesure que je passe des niveaux, je reçois un fidèle destrier, des ailes, une fée, une épée. Un autre joueur me défie, et je le défonce en deux secondes. J’ai mal pour lui, je ne comprends rien au jeu et je ne joue pas, mais je suis plus fort que quelqu’un qui sait au moins comment améliorer son équipement.

Surtout, c’est du bon gros P2W (Pay-to-win, payer plus pour gagner plus comme dirait Sarkolol). Il y a tout un tas de choses à acheter pour booster son personnage, ses familiers, monter en niveaux avec le statut VIP, etc. En fait, je ne comprends pas tout alors je ne sais même pas ce que le jeu veut me faire acheter, ni comment je devrais m’y prendre. Mon portefeuille me remercie avec un gros soupir de soulagement, il était déjà plutôt pâle ces jours-ci.

Il y a des combats de boss. J’ai mis du temps à comprendre qu’à partir d’un certain moment pour passer les niveaux il faut lancer une instance dans un donjon pour taper sur des cerfs innocents. Tout un pan du jeu que je n’ai pas exploré permet de former des groupes pour jouer ensemble et faire des instances dans des donjons ou contre des boss. Je vous passe les détails sur toutes les possibilités du jeu et sur les ressources à récupérer pour améliorer chaque boulon de mon incentaire. De toute façon, ce n’est pas moi qui joue.

Sans comprendre les trois quarts du jeu, j’ai quand même réussi à atteindre le niveau 44 en quelques heures ! Et j’ai peur de comprendre que je ne peux pas passer au niveau 45 sans acheter le status de VIP. Je crois que je vais en rester là, tant pis pour les espoirs de marriage.

Mais je sais que vous aimez les détails croustillants et que vous vous demandez à quoi sert un jeu où on ne joue pas, et je vais joindre les deux bouts avec la capture d’écran qui suit.

Impressionnée par mon paladin ailé, cette elfe des bois de la ZAD veut me contacter. Il y a même sa photo, on ne voit pas souvent les jeux permettre ça. Malgré les petits coeurs je n’ai jamais vraiment su ce qu’elle me voulait, ma conseillère juridique m’ayant très fortement déconseillé d’entamer la discussion avec une autre conseillère qu’elle. J’ai préféré éviter un conflit diplomatique de 15 sur l’échelle de Poutine.

On en arrive à ma conclusion : ce n’est pas un jeu à proprement parler, c’est avant tout un espace social. J’ai beaucoup de mal à en saisir l’intérêt, mais bon, je n’ai jamais accroché aux MMORPG occidentaux non plus. Ce que je vois là, c’est un endroit mignon où des gens viennent passer du temps, se retrouver entre amis ou faire des connaissances, jouer à la poupée et se prendre à la quête du toujours plus (ce qui entraîne des dépenses, forcément). Et la partie qui intéresse le moins, à savoir jouer de manière prenante et impliquée, a été reléguée aux oubliettes. Ça serait trop accaparant et fatiguant. On se met en pilote automatique et on se contente de cliquer sur des icônes pour socialiser et améliorer sa poupée. Une belle métaphore.

D’un naturel curieux, j’ai été intéressé par cette découverte culturelle. Hélas, ce n’est pas pour moi. Je retourne sur Clash Royale, où le coeur du jeu est excellent même si, encore une fois, on a affaire à une progression lente si on n’achète pas cette maudites gemmes.

Trespassers

Français

Je profite de Trespassers pour dépoussiérer mon blog. Je ne pense pas que ça valait le coup de l’infliger à la page d’accueil de Nofrag, et puis ça me manquait de poster ici. Donc vous voilà prévenus, je ne conseille pas du tout Trespassers. Pourtant il avait de bonnes briques de bases, mais une des plus importantes et des plus difficiles à quantifier était manquante.

English

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.

Playlists des derniers tests

Nouvelle mouture des blogs, nouvelles possibilités ! Vu que l’intégration des vidéos précédentes est cassée, le temps de réparer tout ça (Edit : c’est fait), je teste l’intégration de playlists. C’est beau la technologie !

Tests en Français

 

English reviews

Think of the Children – voilà ce qui arrive si vous faites des enfants

Français

Rom1 m’avait recommandé Think of the Children, et il a eu raison ! C’est tout simplement l’un des meilleurs jeu en multi local, à alterner avec Overcooked.

Me voilà donc de retour pour les vidéos, et je vais essayer de poster un peu plus quitte à faire de simples Let’s play pour découvrir de nouveaux jeux sans les approfondir.

English

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.

Freaky Awesome – Isaac x Crawl

Français

Freaky Awesome est le meilleur jeu dans la veine de The Binding of Isaac que j’ai pu tester (les autres sont souvent soporifiques et mal animés). Et comme en plus les graphismes sont bien dégoûtants, on ne peut que passer un bon moment ! (testé avec Crocoii, merci !)

English

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.

Icycle: On Thin Ice – coup de coeur

Français

Icycle: On Thin Ice est un petit vent de fraîcheur après les derniers jeux testés un peu moyens. Le pire c’est que je pensais justement être blasé de la plate-forme avec tous les jeux identiques et inintéressants qui sortent sur Steam à la pelle, mais en fait non.

English

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.

Graphs de mes vues Youtube, réflexions et bilan.

Voici un petit bilan, après pas mal de temps à faire des vidéos (302 au total sur ma chaîne actuelle). Je vais principalement compter à partir du moment où j’ai trouvé ma formule actuelle de faire un test en français et un test en anglais (faisant suite à l’horrible période où les deux langues étaient sur la même vidéo – je suis désolé). Pour les tests, ça courre à partir de Darkest Dungeon en janvier 2016. Ça fait donc pratiquement deux ans que je fais ça, et j’en suis maintenant à 505 abonnés.

La première leçon à en tirer, c’est que mon audience n’a pas augmenté. Au contraire, il y a un aplatissement catastrophique sur la fin. Sur les vidéos en français, je passe de plus de 200-400 vues à 20-40, soit 10% de ce que j’avais avant.
Les raisons de ce nombre dérisoire de vues sur la dernière période sont assez simples à trouver :
– depuis la nouvelle formule, les blogs ne sont plus représentés sur la Home de Nofrag, et donc ça fait moins de vues. Il faut vraiment le vouloir pour tomber sur les blogs maintenant, et globalement ils ne sont pas très actifs. (J’en profite au passage pour remercier drloser et le reste de l’équipe pour nous laisser nous exprimer à travers ces blogs, et en plus d’avoir mis à jour la partie « NoGame », c’était très utile)
– sur la fin, beaucoup de jeux qui n’intéressent pas grand monde.
– ces derniers mois ont été difficiles pour moi, j’ai déménagé puis bougé plusieurs fois, j’avais beaucoup de travail et moins de temps à consacrer aux vidéos… et à leur « marketing ». Des fois je poste ici ou là pour augmenter leur visibilité, mais je n’avais plus le temps. D’ailleurs le reste de Novembre va à nouveau être très difficile pour moi.

L’autre leçon à tirer c’est à propos des pics. Les pics arrivent soit quand une de mes vidéos est une exclu, soit quand je suis parmi les premiers à sortir quelque chose sur un jeu qui va devenir un peu plus populaire. Vous pouvez voir le carton qu’on faites mes vidéos sur Overwatch (grâce à cet article sur la Home de Nofrag – merci !), Hello Neighbor, Mr Shifty, puis Moonwalkers de Zombie Night Terror. Ces deux derniers cas sont intéressants aussi car ce sont une des rares fois où les vues en anglais dépassent les vues en français. Les fois où ça arrive c’est quand je poste sur Reddit et que j’y obtiens une traction positive, mais ce n’est jamais gagné. Reddit est un endroit vraiment toxique où poster, je fais ça avec des pincettes car ça peut très rapidement se retourner contre moi. Il s’y trouve bien sûr des gens biens, mais aussi des gens particulièrement énervés et mauvais. Pour Overwatch, il y a l’effet Home Nofrag, et pour Moonwalkers il y a l’effet d’être boosté par l’éditeur du jeu. Donc la leçon c’est que mes succès sont liés au jeu (exclusivité/popularité), et à des efforts « marketing » pour capitaliser sur cette étincelle de base (en gros, être exposé dans des endroits plus vus que ce blog).

Outre la fin catastrophique, on ne peut pas dire que mes vidéos aient fait progressivement plus de vues dans le temps malgré l’augmentation de mon nombre d’abonnés (j’en avais 123 en août 2016, 502 en août 2017). Là je vais donner deux coupables : moi, et vous, mon audience. Non pas que je vous reproche quoi que ce soit, mais mon audience est principalement celle de Wefrag/Nofrag.

Alors ça change quoi cette audience ? Bon, tout d’abord regardons-la en graphs.
Vidéos de tests en français

Vidéos de tests en anglais

Mon audience francophone a majoritairement entre 25 et 44 ans (et plus de 65 ans ??). Pour la plupart, des adultes posés et sérieux, pas des accros des réseaux sociaux ou des posteurs avides dans d’autres communautés. Vous n’allez donc pas partager mes vidéos et l’audience ne va pas s’accroître. 🙁
L’audience anglophone est légèrement plus hétéroclite (il y a de grandes chances que mon audience féminine soit à 99,999% des ex-copines) (dans la portion 20-30 ans ! je vous voyais venir à regarder la barre des 13-17), mais je soupçonne soit des visiteurs plus ponctuels par Reddit soit d’autres adultes qui ne sont pas des as du partage sur réseaux sociaux.
Car oui, pour bénéficier d’une audience qui partage très facilement son contenu à tort et à travers, il faut principalement toucher les enfants ou des adolescents. Ou alors que la vidéo partagée par des adultes soit particulièrement réussie/intéressante/unique/marrante. Et c’est là que ça devient moi le problème.

Je traite le plus souvent de jeux obscurs qui n’intéressent pas grand monde, et à une fréquence assez lente. Mais surtout, quelle différence je fais moi ? Je ne suis pas un excité qui hurle ou surjoue derrière sa caméra, donc ce n’est pas très intéressant pour le public plus jeune. Je ne prépare pas trop mon script et je suis pas un as du montage, ce qui rend mes vidéos trop longues par rapport aux testeurs plus pros. Au passage, c’est un choix conscient. D’une part je ne suis pas pro, je ne suis pas payé par mes vidéos, donc je ne peux qu’y consacrer un temps limité et je fais sauter les montages compliqués (en l’état il me faut déjà un ou deux jours de travail exclusif pour sortir une vidéo). Mais surtout, c’est un « choix éditorial ». Quand on regarde un trailer (ou les vidéos de ggmanlives), on ne voit que des bouts d’action. On n’a pas le temps de se faire à la géographie des lieux ni au rythme du jeu, et du coup je ne trouve pas ça très informatif pour voir comment le jeu se joue vraiment. C’est pour ça que je préfère montrer des séquences de jeu plus longues qui sont plus représentatives de l’expérience utilisateur plutôt qu’un montage effréné (aussi, j’aimais beaucoup regarder les vidéos de TotalBiscuit). Outre mes choix de présentation, je n’apporte pas grand chose en termes d’humour. Je suis assez sérieux et mes rares pointes d’humour sont pince-sans-rire (d’ailleurs j’ai un projet sur ça en production). La seule chose que je me vois apporter, c’est parfois une analyse un peu plus pointue que les autres sur ce qui ne marche pas dans les mécaniques de jeu, et d’ailleurs ça aide souvent les développeurs. Mais bon, ce n’est pas très flashy ni assez mis en valeur pour en faire un « argument marketing ».
Ensuite, je voudrais montrer ce graph qui regroupe une sélection de vidéos diverses et variées autres que des tests.

Ma vidéo sur le boss final de Clustertruck domine tout le reste avec plus de 45.000 vues, et en complément de ma vidéo sur les tourelles de Portal avec plus de 20.000 vues et l’alpha exclusive de Zombie Night Terror (merci Link !) avec plus de 30.000 vues ce sont mes sources de revenu pour un montant faramineux de $30.49 (total, depuis que ma chaîne existe, dont $1.78 de France). Même pas de quoi me payer le nouveau Wolfenstein. Les vues sur Clustertruck sont pour beaucoup dues à un Youtuber populaire qui surjoue. Il n’arrivait pas à passer ce niveau, alors son audience a cherché à voir ce que le niveau réservait à l’énergumène.
Mais on remarquera surtout que mes vidéos sur comment compléter les challenges/speedruns de Zombie Night Terror, Worms W.M.D, Clustertruck et Gun Godz font quelques bons milliers de vues. Tout ça m’a coûté beaucoup moins d’efforts que mes vidéos de test (pas d’audio à gérer en deux langues). Disons que la réelle difficulté est de faire ça très très rapidement au moment de la sortie d’un jeu, car si quelqu’un d’autre fait plus vite il y a de grandes chances que les vues restent chez cette personne (« Rich get richer »- particulièrement vrai avec les algorithmes).
Petite parenthèse, je suis très heureux que ma vidéo sur les meilleurs jeux en multi local ait fait plus de 2.500 vues en français et plus de 3.000 vues en anglais. Ça m’a demandé tellement d’efforts en temps, en montage, en logistique de capture vidéo, que ça aurait été dommage que ça ne fasse que quelques dizaines/centaines comme mes tests. Au passage, je pense un jour faire une v2, il y a tellement de jeux en multi à 4 qui sortent ces temps-ci !

Voilà donc une nouvelle leçon à tirer : je peux faire la différence avec mon « skill » en sortant des vidéos de « tricks » ou des speedruns sur des jeux semi-populaires. Si je veux faire du chiffre, il faut que je me dirige dans cette voie là et réoriente ma chaîne. Fini les tests, place aux guides de jeu.

Sauf que non. Si je fais ces tests, c’est parce que j’aime ça. J’adore les jeux indé, et ça me pousse à en essayer plein, notamment beaucoup de nouveautés et parfois avant même leur sortie. Je n’aime pas rester sur un seul jeu, j’aime bourdonner à droite à gauche, découvrir, expérimenter, analyser, m’émerveiller. Et j’aime aussi influencer le développement de certains jeux avec mes retours aux développeurs. Ça arrive relativement souvent en plus de pas mal qui me demandent en privé de leur donner mon avis sur leur jeu en développement. Faudrait peut-être que je devienne consultant ! Je me demande combien je pourrais demander. Enfin bon, je m’égare. Autre avantage c’est que je ne dois pas payer pour les jeux vu que je reçois une clef, donc c’est quand même une forme de payement invisible qui n’était pas compté dans les $30.49 de Youtube (mais quand vous me voyez tester un jeu plus ancien, c’est que je l’ai acheté, souvent en soldes – j’achète aussi quelques nouveautés en Day 1 si le prix est raisonnable et que le jeu m’attire énormément). Et c’est une petite fierté quand mes tests (écrits) se retrouvent sur la page Steam d’un jeu (store anglophone) alors que je suis pourtant très critique !

Vis à vis de mon audience, je suis aussi très content quand mon test, mon analyse ou la vidéo plaisent, et je remercie ceux qui me regardent et plein de bisoux pour ceux qui prennent la peine de commenter. Ça aide à garder la motivation ! (Dur en ce moment.) Je reste ouvert aux critiques, c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à améliorer jusqu’à la formule actuelle et une meilleure qualité sonore (depuis, plus de critiques alors j’imagine que ça va). J’espère que je vous fais découvrir des jeux, ou que vous appréciez tout simplement voir ce qui se fait en-dehors du monde des blockbusters. Si vous voulez me soutenir en douceur sans commenter, juste une vue est suffisante, voir même si vous pouviez pousser jusqu’à mettre un pouce bleu. Je ne le demande pas dans les vidéos car ce n’est pas le plus important pour moi, mais ça aide pour que les algorithmes de Youtube me repêchent (« Rich get richer », encore une fois), et si j’arrive à avoir plus de vues j’aurai plus de poids face aux devs/éditeurs/boîtes de com afin de récupérer plus de clefs qui m’intéressent, voir plus d’exclus. Ils regardent le nombre de vues, le nombre d’abonnés et le nombre de gens qui suivent sur les réseaux sociaux (ce dernier point est difficile à gérer pour moi, je ne suis pas très sociable).

Évidement, je n’ai pas beaucoup d’espoirs de faire de mes vidéos une activité rentable et je ne m’estime pas particulièrement intéressant dans le paysage vidéo-ludique, alors je ne me tourne pas vers Patreon/Tipeee

Je vais donc clore ce petit bilan, qui ne débouche sur aucun changement d’orientation (juste un petit démarrage de ma chaîne sur vid.me parce que Youtube commence à faire froncer les sourcils). Je continue sur le même chemin. Peut-être que j’arrêterai tout ça ou changerai un jour, mais ce n’est pas au programme du moment.

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.

No Heroes Here, entre Overcooked et Lovers in a Dangerous Spacetime

Français

No Heroes Here est un jeu de multi local et en ligne pour 4 joueurs qui propose de coopérer. Je l’ai trouvé plus accrocheur que Lovers in a Dangerous Spacetime, mais largement en-dessous de l’excellent Overcooked. Pour du gameplay avec la voix des différents joueurs·euses (pratique ce point, ça tease qu’il n’y a pas que des gars !), regardez vers la fin de la vidéo anglaise.

English

Vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter, ou vous abonner à ma chaîne.