Réalité virtuelle : la vue écran vs la vue en casque.

Dans un peu plus d’une semaine sort un jeu qui, depuis son annonce, fin novembre, fait grand bruit parmi les quelques joueurs encore intéressés ainsi que la presse. Je parle bien évidemment de Half life : Alyx. Qu’on aime ou pas, il est indéniable que depuis un simple tweet et une bande-annonce, le nouveau titre de chez Valve fasse jaser les joueurs. Une des raisons les plus évidentes étant son exclusivité à la réalité virtuelle.

Certains joueurs, qui possiblement attendaient Half life 3, se sentent trahis, tandis que d’autres y voient enfin le jeu « flagship VR » tant attendu.
Personnellement, j’y vois un jeu qui proposera certainement une aventure solo solide avec de bonnes idées immersives et innovantes de chez Valve, mais surtout l’accès au moteur source 2 qui, je l’espère,  fera renaitre l’âge d’or des mods (Bien que cela semblerait être limité à un simple outil pour créer du contenu pour le workshop de HL: Alyx).

L’ouverture par Valve des vannes de la hype a également fait réapparaitre certaines réflexions qui semblaient avoir disparu avec le temps dont celle que j’ai envie de traiter ici.

La retranscription d’un jeu en réalité virtuelle sur un écran 2D.

Cela peut paraître anodin, mais le marketing et la bonne visualisation d’une expérience aussi individuelle qu’un jeu VR peut avoir une part importante dans sa promotion et actuellement, il est pratiquement impossible de vraiment saisir la VR sans l’essayer alors qu’une grosse partie de la com’ repose sur des bandes-annonces tout en image de synthèse (CGI) ou des publicités mettant en scène des joueurs qui clairement se demandent si ils n’ont pas oublié d’éteindre le four.

Tout d’abord, comment fonctionne la réalité virtuelle dans les casques actuels ?

Sur le papier, c’est simple, le PC envoi deux images légèrement décalées de la même scène au casque équipé de deux écrans magnifiés par des lentilles collés à vos mirettes, créant ainsi l’effet stéréoscopique qui reproduit naturellement notre impression des reliefs.

En pratique, tout ce que vous voyez en réalité virtuelle est en 3D.
Le casque est également capté sous tous ses angles, proposant une translation des mouvement de votre tête à 6 degrés de liberté dans un univers totalement virtuel, tous les mouvements effectués dans la vie réelle par votre tête est donc reproduit en réalité virtuelle, dans un jeu ou autres applications.

Les axes des degrés de libertés.

Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Qu’au moment où vous portez un casque, vous n’avez pas un univers 3D collé à vos yeux, vous êtes dans l’univers 3D. Vous ne regardez pas le jeu au travers d’une caméra sur un écran, vous êtes la caméra. Tout ce que vous voyez en VR, est, selon les jeux, à l’échelle 1:1, vous permettant ainsi d’apprécier la taille réelle d’un Messerschmitt BF109-G2 et de comparer l’envergure de l’aile par rapport à votre salon.

LES DIFFÉRENCES

Dans le casque :

Vous connaissez maintenant la théorie derrière la réalité virtuelle, mais concrètement à quoi cela peut bien ressembler ? Dans sa version la plus brute, à ça :


Ci-dessus, les deux images projetées côte à côte dans votre casque VR, vous remarquerez le décalage entre la gauche et la droite créant ainsi la fameuse stéréoscopie.
Les images ne sont pas envoyées aussi brutes qu’elles le sont sur cette image. Une distorsion de l’image est ajoutée afin de coller à la vision périphérique de l’œil et ainsi s’adapter aux lentilles du casque.

Ce qui est réellement envoyé dans le casque ressemble donc à ça (du moins ce qui s’en rapproche) :

 

Chaque image englobe la vision périphérique de l’œil, en dehors des limitations physique du champ de vision proposé par les casques. Vous êtes entourés par le jeu.

Dans l’écran :

Sur l’écran du PC est projeté ce qu’on appelle « l’écran miroir » qui fonctionne comme une caméra et comme toute caméra, cette dernière ne représente pas ce que voit exactement le joueur, mais une image projetée selon certains réglages.

La plupart des développeurs pensent en priorité au confort du joueur équipé du casque qu’aux éventuels spectateurs qui souhaitent voir le jeu et bride ainsi l’écran miroir afin que le jeu tourne au mieux.

C’est-à-dire, réduction du champ de vision (FOV) afin de réduire le nombre de pixels à rendre, résolution basse, zéro effet etc. Certains jeux projettent seulement l’image des deux  yeux avec distorsion, à l’instar de War thunder ou dirt Rally 2.0.

En résumé

Tout ce que vous voyez/verrez de vidéos de gameplay de jeux en réalité virtuelle n’est pas ce que vous aurez à l’intérieur du casque, je dirais même plus, vous n’aurez jamais ce que vous voyez dans un jeu VR à l’écran.

Vous pourrez vous en approcher, mais rien ne sera aussi fidèle de ce que vous verrez au travers des lentilles d’un casque de réalité virtuelle.

Les développeurs et la vue miroir

Comme précisé plus haut, les développeurs ont tendance à penser en priorité aux joueurs qu’aux éventuelles personnes qui regardent le jeu sur un écran.
De ce fait, les jeux qui proposent un miroir réglable ou du moins une option « spectateur » se comptent sur les doigts d’une main.

– L’option native :

Le meilleur élève pour moi est le jeu « Blade and Sorcery« , qui permet au joueur de régler l’écran miroir à sa guise.

Blade and sorcery propose ainsi un mode « player » : champ de vision réduit, résolution diminuée, etc. afin de donner les meilleures performances et un mode « viewer » qui permet de régler le champ de vision et d’ajouter une stabilisation de la tête afin d’offrir, non un rendu fidèle de la réalité virtuelle, mais une image confortable et agréable pour les personnes curieuses et voulant voir le jeu dans de bonnes conditions.

Ce qui en soit est parfait également pour les joueurs voulant faire des vidéos ou streamer le jeu, car tout est facilement réglable et accessible.

Deuxième exemple, Boneworks, le jeu étant développé par un mec de l’image (Corridor Digital, Node), forcément, une option « action cam » a été créé.
Celle-ci offre directement une sorte de caméra gopro sur la tête du joueur. Offrant ainsi une image avec un large champ de vision, du motion blur et une légère stabilisation. Le résultat est parfait pour montrer le jeu sous son meilleur jour, malheureusement, il n’existe pas d’options permettant de réduire l’impact sur les performances.

– Les galéri.. heu les options non natives.

Il existe d’autres bons élèves, mais malheureusement, la majorité des développeurs ne s’en soucient guère. La plupart des jeux proposent un écran miroir « témoin ». On voit que ça marche, on a une idée de ce qu’il se passe en jeu, mais on .. herp.. burp. Z’auriez un seau ?

On ne le dira jamais assez, mais un FOV réduit, ça donne très rapidement la nausée. À titre personnel, je ne ressens aucune gêne en étant en réalité virtuelle, mais parfois quand je regarde quelqu’un jouer, je me demande pourquoi j’ai pris un kebab à midi.

Mais alors ? Comment montrer ces jeux au plus grand monde ?

Que ce soit sur Oculus ou bien Steam, chacun propose un petit outil à l’efficacité variable.

Steam, propose simplement une option de vue VR sur écran accessible via SteamVR. Le FOV, bien que plutôt correct sans être excellent n’est pas réglable. Vous ne pouvez choisir que l’œil droit ou gauche ou un montage des deux (qui donne une vue centrée). J’ignore à quoi cela ressemble sur un casque HTC ou Valve Index, mais le framerate bien qu’indiqué à 60IPS par nvidia, est saccadé sans parler du fait que je n’arrive pas à le faire fonctionner sur OBS studio (outil de streaming).

L’autre option est déjà plus intéressante, mais demande de la patience et de l’expérimentation. L’oculus Mirror, de son petit nom, est un outil natif qu’on peut trouver en fouillant les fichiers oculus. Il permet ainsi de voir tout ce que voit le joueur et ce, sans filtre. Au premier abord, l’image obtenue n’est pas idéal.

Champ de vision réduit, résolution basse et on peut voir quelques éléments gênant l’image (timewarp visible qu’en mouvement).

Mais il est possible de modifier ça en bougeant quelques options permettant ainsi d’obtenir ce genre d’image :

Champ de vision plus que correct, résolution 1080P et régler ainsi les éléments visibles ou non selon le bon vouloir du joueur.
Donnant tout de suite une bien meilleure image que si j’avais seulement fait « rec » en prenant l’image de base.

Même si les mouvements de tête ne sont pas stabilisés, l’action est tout de suite plus lisible et on ressent tout de suite l’action de la personne dans un univers virtuel.

Petite aide si vous souhaitez enregistrer des vidéos de jeux VR

Créez un raccourci de l’outil oculus mirror, faites clique droit -> propriétés.
Allez dans l’onglet raccourci et entrez cette ligne de commande dans cible, après le texte, (n’oubliez pas de mettre un espace).

--Size 1920 1080 --FovTanAngleMultiplier 1.3 1.3 --DisableTimewarp --SymmetricFov --RightEyeOnly --DisableFovStencil

Mais pourquoi s’embêter avec ça ?

Comme on l’a constaté plus haut, un champ de vision réduit peut donner la nausée et n’est pas agréable pour tout le monde, sans parler du manque de lisibilité sur l’action, mais si vous êtes un lecteur de nofrag ou un joueur de FPS, ça, vous le savez déjà.

Mais surtout, un large champ de vision montre également les interactions du joueur dans ces mondes virtuels et c’est, pour ma part, très important que ce soit montré afin de faire comprendre au mieux la réalité virtuelle et l’impact de notre corps en jeu.

Les gars de chez Valve l’ont bien compris, les dernières vidéos montrent bien les pognes du joueur et les interactions avec l’univers, le champ de vision est large, l’image est stabilisé afin de rendre l’action lisible et on comprend ce qu’il se passe et les possibilités en jeu.

Pour conclure de chez conclure

Quand vous regardez une vidéo de gameplay, une bande-annonce ou un stream d’un jeu en réalité virtuelle, ne vous arrêtez pas à l’image, ou les mouvements, car celle-ci ne sera jamais ce que vous aurez en jeu. Regardez plutôt ce que le joueur fait, les actions qui lui sont possibles et les interactions qu’il effectue car au-delà de l’image qui sera toujours immersive par ses 360° et ses perspectives en 3D quasi systématique sur les jeux en réalités virtuelles, l’interaction et le gameplay sont des éléments qui affectent le plus l’immersion.

Pour celles et ceux qui n’ont pas suivi, j’ai commencé à faire des streams sur twitch de jeu en réalité virtuelle.

Twitch : https://www.twitch.tv/meurtreetbanane/

Je fais également des montages sur une chaîne youtube dédiée : https://www.youtube.com/channel/UCf78usF5Sd4HhWpI7X16brw

Si vous souhaitez me suivre, n’hésitez pas à vous abonner et vous joindre sur mes réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/meurtreetbanane/

https://twitter.com/Meurtreetbanane

 

 

 

 

 

Payday 2 – Pancake à la VR

Pancake : Petite crêpe épaisse dégustée en Amérique du nord et souvent accompagnée de sirop d’érable (très bon avec du bacon).. 
Terme désignant les joueurs et jeux sur écran plat en opposition aux joueurs en réalité virtuelle.

Vous connaissez Payday 2 ?

Mais oui, le jeu qui mélange le gameplay en coopération à quatre de Left 4 dead aux films de Michael Mann/Steven Soderberg pour en faire un jeu qui, 6 ans après, est toujours dans le top 100 des jeux steam les plus joués.

Pourquoi donc en parler en 2019 ?

Simplement, parce qu’en Mars 2018, les développeurs ont sorti un DLC  « Payday 2 VR » entièrement gratuit. Et c’est loin d’être une mauvaise idée.

Comme beaucoup de monde sur les forums nofrag, j’ai acheté Payday 2 en 2013 tant le concept me faisait de l’œil mais dont je me suis lassé aussi vite que je l’ai eu en promo (j’avais genre 7h de jeu quand je l’ai relancé cette année, j’ai passé le triple en VR depuis).


Si vous ne connaissez pas Payday 2, cet aparté est pour vous. Pour les autres, vous pouvez descendre plus bas pour continuer votre lecture.

Payday 2 : qu’est-ce-que c’est ? fafafa fafa fafafar better..

Comme expliqué précédemment, Payday 2, s’inspire des jeux Left 4 dead qui proposaient à quatre joueurs de coopérer contre une invasion zombie. Vous remplacez les hordes de zombies par les flics tout en gardant la même Intelligence Artificielle(IA) et vous avez Payday 2, voilà !
Bon, à la différence que vous ne progressez pas dans un dédale de niveaux pour fuir mais plutôt sur une zone de jeu qui varie selon les objectifs qui ont toute la même finalité :  se barrer de là vivant avec le plus gros magot. Vous pourrez choisir  votre approche entre bourrin et discrétion pendant la préparation du casse avec votre équipe ou improviser sur le tas.
L’approche bourrin sera évidemment bruyante, comprenant beaucoup de morts, de balles tirées et en ayant à disposition un très large arsenal face à des vagues de flics qui vous attaqueront sans relâche.
L’infiltration, demandera plus de sang froid, une connaissance de la mission et des mécaniques du jeu ainsi qu’une bonne coopération avec vos coéquipiers afin de réussir votre casse sans faire sonner une seule alarme.

Et là vient le premier problème. Si sur le mode bourrin, vous n’aurez aucun mal à vous allier de n’importe qui pour vider vos chargeurs à tout-va, ce ne sera pas le cas en infiltration. À moins d’une chance sur 100 de tomber sur quelqu’un de bonne volonté et qui joue la communication, il est préférable de jouer avec des amis afin de profiter du vrai potentiel du jeu.
 

À titre personnel, j’ai trouvé le mode bourrin chiant. Je m’étais très vite ennuyé en 2013, n’ayant joué qu’en public, passant complètement à côté de ce qui fait le sel de ce jeu, l’infiltration.

La réalité virtuelle a eu l’avantage de booster l’intérêt du mode bourrin mais l’infiltration reste loin devant en matière de plaisir.


Que propose donc Payday 2 VR ?

Le même jeu avec toutes les maps, les armes/DLC et toutes les missions adaptés en VR, mais surtout le jeu est jouable avec des joueurs pancakes, oui oui, à vous toute la communauté de Payday 2 et le jeu avec vos amis pancakes.

Payday 2 en VR ? Pour quoi faire ?

Si vous êtes un aficionados de la VR, vous êtes probablement du genre à vouloir essayer un tas d’expériences variés. Mais vous êtes également au courant que les jeux multi en VR, aussi grisant soient-ils, ne sont pas les plus peuplés.
  D’après le site vrlfg.net, le jeu en ligne VR le plus joué actuellement (un vendredi soir à 20h30) est Pavlov, le counter strike de la VR développé par un un seul gars et popularisé depuis peu par des youtubeurs influents malgré nous (Squeezie, Pew die Pie etc..) J’en parlerais sûrement prochainement (l’an prochain ?).
Pourtant, le jeu cumule seulement plusieurs centaines de joueurs.

Ces chiffres semblent dérisoires comparés à des titres triple A sur des supports plus communs, mais en réalité virtuelle, ça compte.
Attention, n’allez pas croire que la VR est morte née comme le laisse croire certains YouTuber en mal de visibilité, si on suit la courbe des casques achetés lors de l’année 2018, le nombre de joueurs VR est en net augmentation depuis un an. D’autant plus qu’aujourd’hui, l’oculus Quest est sorti.

Ainsi, le premier gros avantage de Payday 2, comparé aux jeux VR multi, est de pouvoir trouver une partie en multijoueur en quelques clics grâce à son cross platform exemplaire. En étant équipé, vous n’êtes pas mis à part dans un jeu construit exprès pour la VR avec si peu de contenu que vous le laisserez prendre la poussière numérique dans un coin de votre disque dur…

Snif snif Killing Floor: Incursion prometteur mais pauvre en contenu

Tous les serveurs sont accessibles pour les casques VR, vous pouvez donc rejoindre n’importe quelle partie et jouer avec vos potes pancakes ou bien même créer votre propre partie, en solo ou en multi, le jeu restant  tout de même plus intéressant à plusieurs.

Mais alors pourquoi s’emmerder d’un casque VR alors qu’on peut y jouer posé, un pack de bière au frais ?

Déjà si tu te poses cette question, c’est que tu t’es gouré de blog, ou bien que t’as voté Macron pour ensuite mettre un gilet jaune..
Mais je vais tout de même répondre parce que ça me fait plaisir de te répondre pardi !

– L’immersion: l’intégration du gameplay VR dans ce jeu est proche de la perfection. Les déplacements sont paramétrables à souhait, téléportation, free locomotion, snap turn etc… Le moteur déjà vieillissant en 2013 de Payday 2 passe parfaitement sous les lentilles d’un oculus/ vive et les divers interactions du jeu sont pour la plupart bien gérées par les wand/touch (les contrôleurs vive et Oculus). Bien que n’étant pas aussi complet qu’un jeu entièrement développé pour la VR. (Pas de rechargement complet et réaliste à la Onward, de lancer physique des grenades ou couteaux etc.).
Les éléments immersifs sont nombreux comme briser une vitrine avec la crosse de votre fusil, utiliser votre matraque pour déglinguer la nuque des gardes pendant vos phases d’infiltrations et surtout la possibilité d’interagir avec les nombreux éléments du jeu tout en calant quelques bastos dans le crâne des quelques IA qui vous arrivent dessus.

– Wait what ?

Oui oui, outre l’immersion amenée par votre casque de réalité virtuelle préféré, vous avez également un certain avantage comparé à vos compadres pancakes. Une des raisons pour lesquelles, j’ai très rapidement été soûlé par le jeu était ses mécaniques de gameplay. J’avais l’impression de passer mon temps à rester appuyer sur F pour interagir avec les différents éléments du jeu  que de réellement jouer, m’infiltrer ou même tirer sur les hordes de flics balancés par vague de 50.

« Ah bah merde, faut que j’aille réactiver la perceuse en restant appuyer sur F pendant 15 secondes pendant que des flics à l’IA d’huîtres me vident leurs bastos dans le dos. »

En VR, la question ne se pose pas, vous continuerez quand même à appuyer sur le bouton « grip » de votre touch/wand pour les diverses actions, mais le ferez cette fois avec panache à vider vos munitions dans le buffet de vos ennemis  et montrer, tel John Preston,  que le « Gun Kata » n’a aucun secret pour vous.

360 noscope boom!

Outre l’avantage évident de pouvoir regarder dans un axe différent de votre arme tout en tirant, vous pourrez également combiner vos armes. Pourquoi s’équiper seulement d’un pistolet ? Armez votre main gauche d’un couteau ou bien, rêver plus gros et prenez une masse d’arme parce que why the fuck not!?
Et quand vous êtes sûr de ne pas donner dans l’infiltration et de foncer tête baissé, équipez vous d’un akimbo (une arme à chaque main) d’AKS 74 et revivez vos scènes de film d’action préférés à la John Woo en tirant dans deux directions opposés ou en tournant sur vous-même.

D-D-D-OUBLE HEADSHOT!

– Pour vous la péter face à ces pauvres qui ne peuvent même pas danser en jeu.

Depuis une petite mise à jour en décembre 2018, vos coéquipiers peuvent maintenant vous voir vous gratter le nez et constater que vous comptez votre salaire en brut, ou bien que vous mangez des patates.
Malgré les recommandations techniques des casques revus à la baisse depuis le développement de technologies logicielles efficaces vous permettant de profiter de la réalité virtuelle avec un PC milieu de gamme, le prix des casques quant à eux, représentent toujours une somme non-négligeable.

Quoi qu’il en soit, bouger des bras et pouvoir le montrer à vos co-équipiers n’a rien de seulement esthétique. Lors des phases d’infiltrations, indiquer naturellement ce que vous voulez montrer aux personnes autour de vous, vous permettra d’être plus précis. Sauf si…

Ouiiiiiiii!!!! ahah ahahah ouiiiiiiiii aha ahaha

Serait-ce le jeu VR parfait ? 

Non, même si la VR donne un gros gain d’intérêt (en tout cas, me concernant) pour le titre D’overkill. Il n’est pas exempt de défauts.
Par exemple, vous serez obligé de vous téléporter pour passer un obstacle, sauter ou bien grimper à une échelle et vous vous retrouverez bien trop de fois dans le noir quand vous êtes trop proche d’un mur et qui sera systématiquement suivi d’un long fondu vers la réalité coupant l’action. Si comme moi, vous êtes un dur qui a l’oreille interne d’un pilote de chasse, vous utiliserez le free locomotion, et aurez souvent le pouce sur le joystick de votre touch(wand ?) ce qui fera souvent apparaître l’aide de téléportation représentée par une ligne droite bleu vive en plein milieu de votre écran.

Mais alors, ça vaut le coup ?

Carrément que oui ! Je suis peut-être biaisé du fait que je suis très enthousiaste quand il s’agit de jouer à des jeux VR, mais malgré certains défauts qui peuvent être lourd à la longue, ce DLC VR de payday 2 a été le petit plus qui m’a redonné envie de le relancer et ouais, ça vaut le coup. Le jeu est terriblement fun, vous pouvez faire votre John Wick  à décimer des vagues de flics de la manière qui vous amuse le plus ou bien faire votre John Matrix et faire tomber une pluie de balles sur vos ennemis. Et si l’action Michael Bayesque n’est pas votre truc, la variété des nombreuses missions du jeu vous permettront d’aborder comme bon vous semble vos différents méfaits. Et malgré de nombreux échecs, l’infiltration en co-op en VR a de quoi vous tenir en haleine de longues heures tant c’est prenant, fun et immersif.
Imaginez, vous êtes à quatre pattes dans votre salon, planqué derrière un meuble (en jeu), à retenir votre respiration pendant qu’un garde fait sa ronde autour de vous, attendant que votre pote au coin d’une porte, l’assomme. Ou bien, éclater de rire parce que vous êtes en panique face à l’arrivé de deux gardes dans votre direction pendant que vous vous planquez comme vous pouvez en jeu en adoptant des positions étranges devant votre chat qui vous observe d’un air médisant.

En conclusion, ce DLC VR gratuit, souffle un vent frais sur ce Payday 2 qui a l’avantage d’avoir une base de jeu solide et une communauté nombreuse.
C’est un excellent portage avec son lot de qualités, mais aussi de défauts qui, espérons le, seront corrigés.
Pour 10€, vous avez un jeu VR de qualité, moins cher que la plupart des titres VR only et avec une durée de vie quasi infini !

Et si vous n’êtes pas à 10€ près, vous pouvez vous offrir la version Ultimate contenant la collection complète de DLC, incluant objets, armes, skins, missions, etc.

Question quantité/qualité/prix, vous pouvez difficilement faire mieux.

Après, il y a Pavlov…  À suivre?

Quelques liens utiles :

MOD : 

Improvements mod : – https://steamcommunity.com/groups/payday-2-vr-mod/discussions/0/2425614539579129482/

Un mod améliorant les déplacements, le fondu au noir quand votre tête touche les objets du décors ainsi que le saut et pleins de petites options agréables en plus.

Astuce :

– https://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=1376135105

Je suis pas ta mère, du coup j’espère que tu captes la langue de Shane Macgowan parce que ce guide risque de t’être utile, à moins que t’aimes courir comme un poulet sans tête ?

– https://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=411308012

En dehors de la VR, le jeu a tout un tas de mécaniques et autre. Si t’as pas envie de te perdre lis donc ça. T’as de la chance c’est dans la langue de Thierry La France.


Vous aviez déjà remarqué le nombre de John qu’il y a dans les films d’actions ? T’en as d’autres à me faire connaître ?