Communistes, Coke et Jeux vidéo

Une nouvelle fois ce post va s’éloigner du thème principal de ce glop. Ne désespérez pas ! Je ferai un effort ces prochains jours.

Histoire de donner la réplique à La Miss qui a ouvert un blog pour archiver ces rêves (y’a du boulot !), je vais raconter l’un des deux rêves que j’ai fait la nuit dernière.
Je vous épargne le premier, il ne vous intéresserait pas : île paradisiaque, nuit d’été, filles jolies et gentilles (preuve que j’étais en plein rêve…). Je vais revenir sur le second qui mériterait le « Label NoFrag » : un dictateur communiste, du sang, une fille sexy, de la coke et des jeux vidéo.

Me voilà en compagnie de Daniel Mermet et de Thierry Scharf (ceux qui ne connaisse pas mes idoles, allumez votre radio tous les jours sur France Inter entre 17 et 18h), nous sommes entrain de gravir une petit colline de ce que j’imagine être la Corée du Nord. La route est fait de caillasses et la pente nous fait souffler, surtout Thierry Scharf qui se tape tout le matos sur le dos. On croise beaucoup de monde, principalement des paysans et quelques militaires. On tente à plusieurs reprises d’interviewer des paysans mais notre coréen n’est pas fameux.

Changement de décor. Je me retrouve sur une île-prison, vu l’ambiance je suis toujours en Corée du Nord. Mes compères ont disparu, à la place j’ai un français qui ne parle pas et me suis partout. Appelons le Bob. L’île est coupée en deux, la première partie est un complexe militaire en briques, l’autre partie est en fait une plage.
Mon arrivée dans la prison semble attendue, nous passons plusieurs points de contrôle et arrivons à l’intérieur du complexe militaire. On me présente à une femme, elle me dit qu’elle sera notre interprète. Elle est américaine, du genre des nanas qu’on voyait dans les films du début des années 90 : intrépide et avec un sacré caractère. Elle est plutôt sexy. Appelons la Rachel.

Sur la plage il y’a du monde mais impossible de savoir si ces personnes sont des gardiens ou des prisonniers (les subtilité du communisme coréen). On fait le tour de la plage, l’ambiance devient de plus en plus pesante.
Tout à coup ca s’agite ! Tous les gardiens-prisonniers se mettent en rang. On essaie de se faire discret donc on les imite. Surprise ! On voit arriver le dictateur Kim Jong-il et sa femme.
Comme mon cerveau a un peu du mal à savoir à quoi peu ressembler la femme d’un dictateur Coréen, il la remplace par une femme qui ressemble trait pour trait à Suha Arafat. Kim Jong-il fait le tour des rangs.
« – Ceux qui n’ont pas de carte d’identité « F28 » ou « G13″ seront exécutés ! »
Oups… Je fouille sur moi comme un dingue. Evidement je n’ai absolument aucun papier. Gloups.
Je me dis « Pourvu qu’ils flinguent Bob, je le sens pas ce gars là ».
La femme de Kim arrive à mon niveau, elle parle très bien français ce qui est plutôt soulagent. Je lui explique pourquoi je suis ici. Elle prends tout de même un plaisir sadique à me fouiller (beurk), je sais pas pourquoi elle s’attarde sur mes babouches trouées.
Satisfaite d’avoir mis un doigt dans mon trou (je parle toujours de la babouche), elle s’éloigne et va rejoindre son mari. Elle lui glisse quelques mots à l’oreille en nous regardant. Finalement ils s’éloignent et rentrent dans le complexe militaire.

Comment sortir de là ? Toutes les sorties sont gardées, on est entouré par une eau marron et sous l’eau il y’a forcement des mines. Forcement !
Problème : si on fait sauter une mine, non seulement on attirera l’attention des gardes, mais en plus … on sera mort.
Rachel en a rien à faire, elle saute dans l’eau et disparaît complètement quelques secondes. Elle refait surface et se dépêche de sortir de l’eau. Elle est décue elle ne peut pas voir si il y’a réellement des mines. Moi je suis pas décu : son short et son tee-shirt sont complètement trempés… mmhhhh sexy.
On retourne se mêler aux gardes-prisonniers. En face de moi je vois la porte où est rentré notre dictateur et sa femme. Cette porte est entrebâillée et j’aperçois Kim Jong-il assit en tailleur dans un coin de la pièce entrain de sniffer une ligne de Coke étalée par terre.
« – Okkkkkkkkk »
On échange quelques paroles avec Rachel, on décide de se séparer. Forcement Bob me colle toujours… Je me dirige vers la porte de notre ami Kim. J’entre. La pièce est presque vide, il y’a juste quelques fauteuils en cuir. Kim est debout devant une télé, il joue à Pong (!!). La Coke semble lui faire un effet boeuf, il est tout excité par sa partie. Je lui adresse quelques mots et lui me regarde avec un air bizarre. C’est le moment ou jamais : un couteau mon tombe dans la main droite, je le lui plante dans la gorge. Kim s’effondre par terre, Bob le tire sur un fauteuil (haaa ben voilà à quoi il servait mon Bob !). Bon là ca devient critique, il faut se tirer d’ici !
On commence à faire le tour du complexe militaire mais toutes les sorties sont gardées. On tombe même plusieurs fois sur des pièces remplies de chiens, l’une d’elle était remplie d’une cinquantaine de bébés chiens. Argggh ! Ca se complique ! On fouilles les couloirs jusqu’à se qu’on tombe sur le sosie de Suha. Elle nous pose quelques questions. A priori personne n’est au courant pour son mari… mais tout en discutant on se dirige vers la pièce où se trouve Kim.

Là, trop de pression -> réveil.

Ca fait deux nuits que je fais des rêves super longs… encore ! encore !

4 réflexions au sujet de « Communistes, Coke et Jeux vidéo »

  1. Bé dis-donc ça fait plaisir de trouver un fan de cette émission sur NoFrag.
    Sinon pour ta gouverne, Thierry Scharf n’est plus dans l’émission voilà un site qui explique le problème et par ailleurs proposais toutes les émissions en .rm et en téléchargement.
    D’ailleurs, suite à cette histoire et à celle de Joël Levert (ex-asistante de Daniel Mermet), je commence à croire que celui-ci développe justement des tendances dictatoriales à propos de son personnel.

  2. Vi vi, je le sais pour Thierry. C’est bien dommage car il a fait de sacrés reportages !
    Pour "l’affaire" en elle même je sais pas trop quoi penser… quoi qu’il en soit même si nous avons le fin mot de l’histoire nous serons décu par l’un ou par l’autre. Donc j’essais de pas y penser et je continue à profiter de l’emmission 😉

Répondre à christophe Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *