Bilan vidéo-ludique 2019 : La genèse du JRPG, pas mal de Mass Effect et toujours des events CPC

 

 

Un article en retard pour cause d’heureux évènement n°2 et un temps de jeu global en baisse pour cause d’entrée dans le monde professionnel. 51 jeux (et DLC) finis tout de même, pour 953 heures de jeu.

Je me suis lancé dans la découverte chronologique du JRPG que j’avais prévu de faire, en faisant tous les épisodes de Dragon Quest et de Final Fantasy dans leur ordre chronologique. Bon j’ai fait que 4 jeux pour l’instant, tous sur NES, mais c’est chronophage ces petits machins-là : 148 heures de jeu. J’adore faire ce genre de voyages vidéo-ludiques qui permettent de voir les évolutions et les améliorations d’un genre ou d’une franchise.

J’ai enfin achevé la trilogie Mass Effect et tous ses DLC, et c’était un chouette voyage.

3 « events du backlog » cette année, et donc 15 jeux qui m’ont été suggérés sur le forum de CanardPC afin d’épurer mon backlog. Bon si on prend en compte le nombre de jeux que j’ai acheté cette année sur Steam le résultat doit être négligeable mais, hé, c’est l’intention qui compte !

 

C’est parti :

(cliquez sur les titres rouges pour voir ma critique sur Senscritique)

 

Mass Effect 2 : Certes le gameplay est assez basique, mais le jeu comporte suffisamment de moments de bravoures et de paysages magnifiques pour donner en permanence envie d’explorer davantage. Le final est géant et me donne furieusement envie de faire le 3 rapidement.
16/20

Mass Effect 2 – Zaeed : Les DLC de Mass Effect ont souvent des défauts assez rédhibitoires. Ici c’est l’écriture qui pèche le plus. Mais vous aurez un nouveau compagnon en échange de ces 40 minutes d’ennui.
11/20

Mass Effect 2 – Kasumi : Même deal : 1 heure de jeu barbant et moyennement intéressant pour un nouveau personnage.
12/20

Mass Effect 2 : Firewalker Pack : Encore un DLC osef pour ME2. Vous voilà aux commandes d’un véhicule moins nul que celui du 1, dans des « missions » affreusement basiques. Wahou, quel pied.
12/20

Mass Effect 2 : Suprématie : Un DLC aux relents de System Shock assez sympathique.
14/20

Mass Effect 2 : Le Courtier de l’ombre : Un DLC bien plus soigné : beau, intéressant, et qui fait progresser l’histoire.
16/20

Mass Effect 2 : L’Arrivée : Un DLC franchement pas terrible qui veut faire le lien entre Mass Effect 2 et 3 mais qui est bourré de défauts, notamment une écriture désastreuse.
12/20

Pokémon Rouge Feu : Une run nuzlocke que je n’avais pas encore faite, celle des remakes de 3ème génération. C’était plaisant de s’y replonger.

Assassin’s Creed III : J’apprécie toujours autant cette série, et ce troisième épisode aurait pu être le meilleur s’il avait été mieux fini. Énormément d’améliorations sont à noter, mais le syndrôme du jeu démoulé trop tôt est beaucoup trop présent.
14/20

Dragon Quest : C’est beaucoup, beaucoup plus simple qu’un CRPG de la même époque, et c’est à la fois un défaut et une qualité : c’est bien plus accessible mais aussi beaucoup moins ambitieux.
14/20

Axiom Verge (CPC) : Un peu surcoté peut-être ? Certes côté esthétique et musique on a droit à du très bon, et l’ambiance Metroidienne déchire, mais l’absence de fil conducteur et des boss pas folichons empêche le jeu de tutoyer les sommets du genre.
15/20

Eets Munchies (CPC) : Une heure de puzzles pas folichons.
11/20

Stealth Bastard Deluxe (CPC) : Puzzle-plateforme à l’humour sympatoche, qui sait varier les mécaniques de jeu dans la durée pour éviter les répétitions. Deux/trois passages crispants mais plutôt bon dans l’ensemble.
14/20

Oddworld : La Fureur de l’Etranger (CPC) : Une fois l’alternance FPS/TPS digérée, on a droit à un jeu franchement sympa, à l’ambiance très très soignée, et très plaisant à jouer.
15/20

Test Drive Unlimited 2 :Ayant étrenné mon premier volant sur le premier TDU, il était logique que j’étrenne mon second avec sa suite. Et j’ai bien aimé, même si j’ai trouvé que le jeu se dispersait bien trop dans des à-côtés bien moins bon que le cœur du jeu : la course sur asphalte.
14/20

Metal Gear Solid : The Twin Snakes : Je n’ai pas du tout été convaincu par ce remake. Ses seules qualités il les doit au script original de MGS (qui est toujours aussi bon), tandis qu’il ajoute des tas de défauts à un jeu qui en possédait déjà quelques-uns. Mieux vaut refaire le jeu original sur PS1 je pense.
14/20

Deus Ex : Invisible War : Bon tout a déjà été dit sur celui-ci je pense : niveaux riquiquis, univers en carton et histoire ennuyeuse. Ses rares qualités se noient dans la fadeur incroyable qu’il dégage, et il faut vraiment être complétionniste pour en venir à bout.
12/20

Inside : Un jeu extrêmement prenant, à l’esthétique impeccable, mais présentant une narration un peu trop confuse pour moi. Notamment cette fin folle qui m’aura sécoué comme rarement avant de me frustrer à mort en me refusant un quelconque eclaircissement.
15/20

The Last of Us :Encore une très très belle réussite de Naughty Dog. Pas follement original mais c’est tellement bien exécuté qu’on s’en fiche totalement. Un TPS avec un côté survival extrêmement réussi, seule la fin ne m’a que moyennement convaincu.
16/20

Dragon Quest II : S’il affiche une ambition bien plus conséquente que son prédecesseur, il souffre malheureusement de trop de défauts pénibles pour convaincre réellement. Indices abscons et fin atrocement dure risquent d’empêcher pas mal de joueur de voir les crédits.
13/20

Black The Fall (CPC) : Un sous-Inside anti-totalitarisme qui propose des énigmes un peu trop pénibles en seconde mi-temps.
12/20

The Last of Us : Left Behind : Un DLC pas vraiment intéressant qui nous ressert le mythe du « quand on est jeune on fait n’imp’ trololol ». Le gameplay reste intéressant mais qu’est-ce que l’histoire est bête…
13/20

Dark Project : Deadly Shadows : Victime du syndrôme Deus Ex 2 (développé sur Xbox puis porté sur PC), Dark Project 3 partage certains des mêmes défauts (niveaux divisés en petites zones, simplification partielle du gameplay) mais s’en sort quand même beaucoup mieux. Quand on est fan des deux premiers jeux, on trouve forcément des trucs à apprécier dans cette suite, et si les niveaux sont inégaux certains sont vraiment exceptionnels (le Berceau, quel niveau mes aïeux !)
15/20

Cryostasis : Semi-déception avec celui-là. Seule l’ambiance m’a plu, vu que les combats et la survie sont basiques en diable et que j’ai rien pigé à l’histoire.
13/20

What Remains of Edith Finch (CPC) : Un jeu narratif intéressant mais à l’histoire tellement surréaliste que j’ai eu du mal à accrocher.
13/20

Transistor (CPC) : Le jeu indé prétentieux par excellence. Un gameplay ultra-basique maquillé sous des tonnes d’effets de style plus pompeux les uns que les autres. Très rapidement insupportable.
10/20

Pokémon Vert Feuille : Une run Nuzlocke randomisée avec laquelle j’ai pas mal lutté, étant passé 2/3 fois très près de la défaite.

Subnautica (CPC) : Le jeu d’exploration/survie par excellence, addictif en diable mais qui a la mauvaise idée d’abandonner en cours de route toute volonté de guider le joueur. On se retrouve seul, le cul par terre, à devoir consulter des soluces pour finir le jeu. Quel dommage !
14/20

Stories Untold (CPC) : Un jeu d’aventure textuelle so eighties qui vaut surtout pour son premier épisode, et son ambiance délicieusement creepy distillée par trois pauvres effets de lumière et du bête texte.
13/20

Mirror’s Edge (CPC) : Le jeu est fun quand on va vite, beaucoup moins quand on doit chercher son chemin ou se battre.
12/20

Final Fantasy : Le premier FF tape fort, et parvient sans peine à surpasser les deux Dragon Quest sortis avant lui. Carte du monde ingame, système de magie plus varié, difficulté bien mieux equilibrée, et indices plus limpides. Ça pèche juste un peu artistiquement (certains sprites de monstres sont quand même bien moches), et ça manque de personnalité (c’est du medfan tout ce qu’il y a de plus générique, et il n’y a presque pas d’histoire).
15/20

Sonic (version Master System) : J’ai toujours un peu honte de l’avouer mais j’ai l’impression de préférer les déclinaisons 8-bits de Sonic. L’inventivité y est aussi folle, et le rythme plus posé me convient davantage. Seul truc qui gâche un peu le jeu : la necessité d’avoir toutes les Chaos Emerald pour accéder au dernier niveau.
14/20

No One Lives Forever 2 : Une super découverte ! Il faut dire que je suis très friand des FPS de cette époque-là, et que NOLF2 fait partie du haut du panier pour ce qui est de l’ambiance. L’humour est très réussi avec des gags qui s’enchaînent, des dialogues succulents et un scénario idiot mais très plaisant à suivre.
16/20

Steamworld Dig : Très simple mais très efficace. Une course à l’XP de quelques heures qui vous verra aller toujours plus profondément dans une mine abandonnée en accumulant des upgrades au passage.
14/20

Mass Effect 3 : Une belle conclusion à la hauteur de la série. Toujours aussi fun à parcourir et à jouer, et l’écriture se maintient à un bon niveau malgré certains passages ratés.
16/20

Mass Effect 3 : Surgi des cendres : Le DLC malsain par excellence. Un truc absolument énorme du point de vue du lore est réservé à ce DLC, et du coup ne peut pas avoir les répercussions qu’il aurait dû avoir sur l’univers du jeu. Du gâchis.
11/20

Mass Effect 3 : Omega : Plus d’action, moins de dialogue. Pas terrible niveau scénario, mais je commençais à me lasser un peu des nombreuses scènes de dialogue du jeu principal. Et ces trois heures de massacre en règle m’ont aidé à me défouler un peu.
14/20

Mass Effect 3 : Léviathan : Une bonne histoire et une bonne ambiance, avec en plus des passages assez épiques.
15/20

Mass Effect 3 : Citadelle : Meilleur DLC de la série sans peine, Citadelle joue à fond la carte de l’auto-dérision et ça marche très très bien. Ajoutons à ça un mini-jeu en arène plutôt réussi et on passe un très bon moment.
16/20

Sonic 2 (version Megadrive) : Toujours cette contradiction entre vitesse et obstacles imprévisibles. Je préfère du coup les niveaux les plus lents. Mais il faut avouer que c’est vraiment chouette techniquement et que le jeu arrive à proposer beaucoup de variété.
14/20

Hand of Fate : Un mélange de jeu narratif, de roguelite et de jeu de cartes. C’est très sympa la plupart du temps, mais un gros pic de difficulté en fin de partie vient un peu gâcher tout ça.
14/20

Castlevania II : Faisant partie des suites mal aimées proposées par Nintendo, ce Castlevania II préfigure l’évolution future de la série mais ne convainc pas pleinement. L’ambiance est toujours aussi bonne mais des indices trop cryptiques et des boss nuls gâchent un peu la fête. Heureusement une retraduction de qualité existe et rend le jeu bien plus fun à parcourir.
14/20

Thomas Was Alone (CPC) : Des carrés monochromes avec plus de personnalité que la plupart des héros d’AAA. Un jeu de Puzzle-Plateforme sympa et intéressant malgré une histoire à laquelle je n’ai pas accroché.
14/20

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater : Une bien belle proposition pour continuer la série. Même si j’ai mis longtemps à maîtriser suffisament le gameplay pour jouer de manière plaisante (j’aime bien jouer proprement quand je fais un jeu d’infiltration), je dois reconnaître que je suis assez friand de ce que fait Kojima.
17/20

Minit (CPC) : Un tout-petit Zelda-like monochrome qui vous tuera toutes les 60 secondes de jeu. A vous de trouver un moyen de progresser en contournant cette limite. Intéressant mais pas exceptionnel.
14/20

Shadow Warrior (CPC) : Une petite perle de violence et d’humour débile, associée à un gameplay des plus efficaces. On tue, on court, on tranche, on esquive, on décapite, et on s’amuse comme un débile tout le long de la campagne solo. Du fun en barre !
17/20

A Story About My Uncle (CPC) : Jeu de plate-forme tarzanesque à la première personne, à l’histoire moyennement intéressante. Mais le gameplay est sympa et les checkpoints réguliers compensent la difficulté un peu élevée des derniers niveaux.
14/20

Rakuen : Pas exactement un chef-d’oeuvre, mais un très beau jeu que je prendrai soin de recommander dès que j’en aurai l’occasion. Un jeu qui se présente comme un Zelda-like mais qui a sans doute plus de choses en commun avec Silent Hill 2. Pas pour l’horreur, mais pour les thèmes abordés et la manière d’explorer la psyché humaine.
16/20

The Saboteur (CPC) : Typiquement mon genre de jeu. Un monde ouvert super fun malgré un côté low-cost qui crève les yeux. On fait sauter des milliards de trucs ornés de croix gammées, on enchaîne les missions et on s’amuse beaucoup.
15/20

Pokémon Soulsilver : Cet opus-là a vraiment une courbe de difficulté naze. Deux run nuzlocke perdues consécutivement, je le reprendrai plus tard on va dire.

Dragon Quest III : Un jeu qui aurait pu surpasser le premier Final Fantasy s’il avait su se débarrasser de 2/3 passages un peu trop cryptiques ou s’il avait possédé une carte ingame. Là je les trouve juste à égalité, avec des forces et des faiblesses différentes.
15/20

Bilan :

Des statistiques :

Jeu le plus vieux : Dragon Quest premier du nom, 1986, 33 ans. Moyenne d’âge des jeux : 12 ans. Un vrai mélange de vieux machins et de jeux récents (voire très récent, merci l’Epic Game Store !).

30% de temps de jeu sur consoles portables, comme l’an dernier, et que du Pokémon en mode nuzlocke.

32% de jeux console, 78% sur PC.

37% d’indés, l’effet « event du backlog » CanardPC.

Mes jeux de l’année sont Shadow Warrior et Metal Gear Solid 3, soit une répétition intéressante de l’année précédente (DOOM et Metal Gear Solid 2).

Le pire jeu de l’année est sans aucun doute Transistor, qui a réussi à m’horripiler en à peine 4h30 de jeu.

Pas vraiment de déception énorme cette année, juste des petites par-ci par-là (Cryostasis, Mirror’s Edge…).

Pour l’année à venir j’ai encore un projet un peu bizarre : j’ai dressé une liste d’une vingtaine de jeux NES importants mais auxquels je n’ai jamais joué, et je vais tenter de les faire par ordre chronologique. Une sorte d’historique de la console, que je reproduirai avec d’autres consoles si ça me plaît. Et je glisserai les JRPG qui me restent à faire sur NES pour ne pas abandonner mon autre marotte du moment.

Toujours des event à venir, avec des jeux choisis par des canards sympathiques.

Et des tas de jeux qui me font envie : Ocarina of Time et Far Cry III en tête, mais aussi Metal Gear Solid Portable Ops, Gothic II, Euro Truck Simulator 2, Mad Max, Infamous ou Sleeping Dogs. Et en second choix pourquoi pas Hitman Absolution, Gears of War, RE Revelations 2, Batman Arkham Origins, Crysis 3, Borderlands 2, Super Mario Galaxy 2, Saints Row 3, Gran Turismo.

J’ai fait onze jeux qui figuraient dans mes envies de l’an dernier, c’est bien, je me discipline !

J’adorerais bien sûr tâter de Red Dead Redemption 2, mais je n’ai ni le jeu ni le PC qu’il faut, ça risque donc d’attendre un peu.

Bref encore une année placée sous le signe du jeu, et je vais essayer de continuer comme ça !

Merci Senscritique pour qui me permet d’organiser un peu tout ça :

https://www.senscritique.com/Jopopoe