Bilan vidéo-ludique 2018 : L’event du backlog Canard PC en force !

62 jeux cette année, pour un temps de jeu honorable : 1070 heures. Ça fait plus de jeux que l’an dernier, mais un temps de jeu global légèrement inférieur.

En fait c’est parce que j’ai découvert ce que les gentils canards de chez Canard PC nomment « l’event du backlog » ! Un événement communautaire où chaque participant choisit cinq jeux pour un autre participant afin que celui-ci en finisse de un à cinq sur une période d’un mois. Le but étant de réduire le backlog, cette fameuse quantité de jeu que vous avez accumulé sur Steam sans jamais y toucher si vous êtes un tant soit peu friand de soldes. Et ça m’a permis de découvrir des tas de petits jeux sympas, car c’est pas moins de 23 jeux qui m’auront été suggérés par le biais de cet event. Ça permet de sortir (un peu) de la fameuse zone de confort, et puis c’est toujours sympa de découvrir un jeu parce qu’on nous l’a recommandé.

A côté de ça, ben comme d’hab’ je dirais : du vieux, du moyen-récent, des jeux cultes et encensés, et des jeux moins connus.

 

C’est parti :

(Cliquez sur les titres rouges pour voir ma critique sur Senscritique)

 

 

Dead Island Riptide (PC) : Copier-coller du premier jeu. Très très loin d’être indispensable, vu qu’il ne propose quasiment rien de nouveau.
13/20

Portal 2 (PC) : Un jeu qui ne vit que grâce à GLaDOS. L’humour lié à son caractère si particulier est extraordinairement réussi, tandis que celui lié aux nouveaux venus tombe bien trop souvent à plat. Et les énigmes ? Euh, en ce  qui me concerne, elles sont surtout prétexte à côtoyer GLaDOS.
16/20
Oh, et j’ai vraiment trouvé le mode coop anecdotique. Ça se laisse jouer mais on perd une grande partie du charme.
14/20

Hitman : Blood Money (PC) : Très très bon jeu d’infiltration, que j’ai tout particulièrement apprécié faire de manière parfaite (0 victimes inutiles, 0 détection et 0 témoin). Difficile juste comme il faut, un vrai plaisir.
17/20

 

 

Super Amazing Wagon Adventure (PC) : Shoot’em Up minimaliste qui joue sur son côté foufou pour faire rire. Ça marche pas mal mais on en a très vite fait le tour.
14/20

Antichamber (PC) (Ev1) : Premier jeu tenté dans le cadre d’un event(d’où le Ev1), et on va dire poliment que ça n’est pas toujours une très bonne idée de sortir de sa zone de confort. Bien trop compliqué pour moi, je n’ai pas réussi à le finir.
11/20

You Have To Win The Game (PC) : Hommage à une période que je n’ai pas vraiment connu (les jeux PC des années 80), YHTWTG est tout de même très plaisant. De la plate-forme pas trop difficile, agréable à prendre en main, et en plus c’est gratuit.
14/20

 

 

This War of Mine (PC) (Ev2) : Jeu de gestion glauque qui m’a bien plu alors que je n’ai pas du tout l’habitude de ce genre de jeu. Peut-être un peu trop simple une fois certaines mécaniques assimilées.
14/20

Shank 2 (PC) : Beat’em All 2D qui tente d’être méga-cool et d’avoir une classe folle. Des fois ça marche, des fois pas.
14/20

Mark Of The Ninja (PC) (Ev3) : Jeu d’infiltration aux mécaniques très très bien finies, mais au système de scoring bizarre. Contrairement à un Hitman, le but ici est plutôt de massacrer tout le monde, ce que je trouve un peu malvenu dans un jeu d’infiltration.
16/20

 

 

Wolfenstein : The New Order (PC) (Ev4) : Un bon FPS dont l’histoire vient un peu castrer le fun. En gros le gameplay fonctionne très bien quand on a plein d’armes et plein d’ennemis, mais les niveaux servent trop souvent l’histoire plutôt que le gameplay.
15/20

Hydrophobia (PC) (Ev5) : Un vieux truc bof qui sent bon les débuts de la 360 avec son bloom atroce. RAS.
11/20

Stranglehold (PC) : Celui-là me faisait de l’œil depuis sa sortie. J’ai re-maté A toute épreuve histoire de me mettre dans le bain, puis j’ai descendu des dizaines et des dizaines de chinois dans ce sympathique sous-Max Payne.
14/20

 

 

Outlast (PC) : En tant que fan d’horreur, Outlast m’intriguait. Vrai jeu ou bricolage sous Unreal Engine visant les youtubers qui aiment montrer qu’ils ont peur ? Un peu des deux en fait. Un sous-Amnesia qui nous fait prendre conscience qu’avec un gameplay aussi basique, si le lore ou l’histoire ne suivent pas, ben on s’ennuie quand même un poil.
13/20

Outlast : Whistleblower (PC) : Plus vite lassant car aucune nouveauté côté gameplay, mais l’ambiance encore plus malsaine rattrape un peu tout ça.
13/20

Pokémon Platine (DS) : Première tentative de Nuzlocke de la génération IV, et un parcours extrêmement fastidieux. J’ai été quasi-wipé plusieurs fois, ce qui a énormément ralenti ma progression. Les sueurs froides avant d’affronter le conseil des 4 (enfin surtout Cynthia et son Carchacrok), je vous raconte pas !

 

 

Grow Home (PC) (Ev6) : Sympathique surprise que ce Grow Home. La maniabilité n’est pas parfaite, l’esthétique est spéciale mais il possède beaucoup de charme, notamment parce qu’on participe à la création du monde dans lequel on évolue.
14/20

Gunpoint (PC) (Ev7) : Alors là très bon surprise, pour un jeu d’infiltration pixelisé dont je n’avais jamais entendu parler (à vue de nez je dirais que je l’ai eu dans un bundle). L’histoire est sympa à suivre, le gameplay très réussi et jamais trop difficile, et le mode fantôme (0 détection) est un vrai plaisir.
15/20

Torchlight II (PC) : Commencé il y a une éternité, j’ai enfin pris le temps de le finir. Et si j’avais adoré le premier, ce second opus m’a un peu moins convaincu, la faute à un univers moins cohérent (le 1 jouait l’unité de lieu à la Diablo 1, et ça marchait mieux je trouve), et à une trop grande facilité. Pas grand chose à redire côté gameplay par contre (sauf peut-être un peu trop de loot), c’est rôdé et ça marche très bien.
14/20

 

 

Hell Yeah ! La Fureur du lapin mort (PC) (Ev8) : De la plate-forme très basique dont l’intérêt principal est son enrobage gore et débile, et ses finish him improbables et fendards.
14/20

Brothers : A Tale of Two Sons (PC) (Ev9) : Plate-forme/énigme dont l’originalité est de nous faire contrôler deux personnages à la fois, Brothers tentera également de vous émouvoir avec plus ou moins de succès.
14/20

 

 

Fallout 3 (PC) : Pari forcément casse-gueule (le roi du RPG générique tente de donner une suite à deux des RPG les plus forts en gueule de tous les temps), Fallout 3 n’existe que par son monde fabuleux. Tableau déprimant, dépaysant et dévasté, le monde post-apo proposé par Bethesda nous plonge dans une ambiance incroyable, et nous aide du coup à supporter ses quêtes moyennement intéressantes et son gameplay bof.
15/20

Fallout 3 : Operation Anchorage (PC) : Ahaha la blague. Utiliser le moteur de Fallout 3 pour faire du COD, fallait oser. Evidemment, ça ne marche pas du tout…
10/20

Fallout 3 : The Pitt (PC) : Bethesda sert régulièrement des DLC ratés à ses fans. C’est linéaire, la carte n’est pas ouverte, et le seul choix moral vous fera penser à South Park. A éviter.
10/20

 

 

Fallout 3 : Broken Steel (PC) :Enfin un DLC appréciable ! La suite de la quête principale, la possibilité de dépasser le niveau 20, de nouveaux perks, c’est plutôt cool. Deux-trois ennemis sacs à PV cassent un peu le fun toutefois.
14/20

Fallout 3 : Point Lookout (PC) : Encore un DLC sympa, avec un environnement très sympa à explorer, même si on s’éloigne un peu trop du post-apo.
14/20

Fallout 3 : Mothership Zeta (PC) : La purge totale. Fainéant de bout-en-bout (histoire moisie, quêtes moisies à bas d’interrupteurs, level design atrocement nul), ce DLC vous rappelera les heures de gloire de Davilex.
07/20

 

 

Owlboy (PC) (Ev10) : Un des plus beaux jeux en pixel-art de tous les temps. Et un jeu de plateforme basique. On peut pas tout avoir j’imagine.
14/20

Papo & Yo (PC) (Ev11) : Encore un jeu qui cherche à émouvoir son public, mais dont le twist m’a été divulgué avant même que je pose mes pattes dessus. Dommage. Reste un jeu de plate-forme/puzzle 3D pas foufou.
12/20

Home (PC) : Jeu d’horreur en 2D minimaliste, le jeu propose une ambiance qui fonctionne bien au début, mais qui s’effondre malheureusement super rapidement.
12/20

 

 

Beyond Good & Evil (Xbox 360) (Ev12) : Un open-world contemporain de GTA III, donc à échelle réduite et avec des limitations évidentes, mais ça marche quand même très très bien. Notamment parce que l’histoire est très prenante, les personnages charismatiques et parce que le dernier acte est hyper réussi et superbement bien écrit !
17/20

 

 

Borderlands (PC) : Un univers générique, une histoire quasi inexistante, et des armes allant du pistolet à eau à la pétoire franchement cool. 6/7 heures de coop ne m’ont pas fait l’apprécier davantage, ça reste sympa sans plus.
13/20

Borderlands : The Zombie Island of Dr. Ned (PC) : Ambiance mieux réussie et humour plus présent (même si c’est pas hyper subtil). Globalement mieux ficelé que le jeu de base.
14/20

Borderlands : Mad Moxxi’s Underdome Riot (PC) : Des combats en arène sans XP dans un ARPG ? Euh merci mais non merci.
6/20

 

 

Kingdom : Classic (PC) : Encore un de ces jeux qui refuse d’expliquer ses mécaniques de jeu. J’ai pas envie de consulter un wiki en jouant, merci bien ! En plus c’est trop lent et la permadeath ne sert à rien du tout, puisqu’il n’y a pas quinze milles approches variées.
8/20

Borderlands : The Secret Armory of General Knoxx (PC) : La vilaine chenille sortirait-elle de sa chrysalide ? Si le gameplay est identique, ce DLC bénéficie d’une identité plus forte et surtout d’un humour bien plus réussi.
14/20

Borderlands : Claptrap’s New Robot Revolution (PC) : Un dernier DLC qui confirme que les développeurs vont vraiment dans la bonne direction. C’est fun, décalé, et on passe un bon moment à dézinguer des robots fans de Che Guevara.
14/20

 

 

Wolfenstein : The Old Blood (PC) : Ça ressemble beaucoup à The New Order au début (avec globalement les mêmes qualités et les mêmes défauts), puis l’histoire part en cacahuètes et on s’amuse encore plus !
15/20

Onimusha 2 : Samurai’s Destiny (PS2) : Des années que je voulais faire cette suite, ayant bien aimé la formule Resident Evil/Hack’n’Slash du premier. Mais celui-ci est un poil moins bien : l’écriture est nanardesque au possible, et la difficulté est bien trop importante en début de jeu, avec notamment un enchaînement de boss complètement abusé.
14/20

Ico (PS3) : Je l’avais fait il y un bail sur émulateur avec plein de bugs partout, du coup une vraie partie propre de bout en bout n’était pas du luxe. C’est extrêmement immersif, et si le gameplay un peu simpliste ne casse pas trop pattes à un canard, l’ambiance excellente et l’onirisme de l’histoire vous porteront jusqu’à sa conclusion.
15/20

 

 

Assassin’s Creed : Revelations (PC) : S’il commence à y avoir un peu trop de répétitions dans ce troisième opus de la trilogie « italienne », je suis toujours aussi friand de ce genre d’open-world. Et puis on s’attache mine de rien à cet Ezio qu’on aura connu à tous les âges de sa vie.
14/20

Superhot (PC) (Ev13) : Mouais. Concept amusant mais qui ne se renouvelle jamais. Et l’histoire est bidon.
12/20

Retour vers le futur : Le Jeu (Xbox 360) : Ça faisait quelques temps que le jeu m’intriguait, alors quand j’ai appris que Tom Wilson avait doublé des voix pour la version « 30ème anniversaire » ça m’a décidé à le faire. Bon vu le peu de voix qu’il double c’était peut-être pas l’idée du siècle, et en plus le jeu oscille entre le bof et le sympa-mais-sans-plus.
13/20

 

 

Tetrobot And Co. (PC) (Ev14) : Suite très différente de son prédécesseur, j’ai bien aimé le début malgré un manque d’explications. Mais l’augmentation de la difficulté jusqu’à un niveau trop élevé à mon goût a vraiment tué le fun.
12/20

Renegade Ops (PC) (Ev15) : Twin-stick shooter à inertie, assez beau et très fun à prendre en main. Quelques défauts de maniabilités mais on s’éclate quand même à tout faire exploser.
14/20

Renegade Ops : Coldstrike (PC) (Ev15 bis) : La même chose, une heure de plus.
13/20

 

 

Doom 2016 (PC) (Ev16) : Un très bon jeu, très réussi, dont le seul défaut est sans doute d’inciter à l’exploration alors que c’est dans l’éviscération de démons qu’il brille le plus. Le gameplay est hyper varié, et quand on meurt on prend un malin plaisir à réessayer d’une autre manière jusqu’à ce que ça passe !
17/20

Life is Strange (PC) (Ev17) : Bilan très mitigé. Au début je trouvais ça bof (des clichés en veux-tu en voilà…), puis j’ai fini par vraiment accrocher à l’histoire et aux personnages pour finalement être terriblement déçu par le dernier épisode. Il me laissera un goût amère en bouche pendant longtemps celui-là…
13/20

The Nomad Soul (PC) (Ev18) : Un jeu d’aventure sympa mâtiné de phases FPS atrocement nulles et de phases de jeux de combat inutiles. Quand le jeu se concentre sur ce qu’il fait bien on passe un bon moment, mais les passages ratés sont très très prises de tête.
12/20

 

 

Shadow of the Colossus (PS3) : Si je ne l’ai pas forcément perçu comme un chef-d’oeuvre intemporel qui domine les autres jeux vidéo de la tête et des épaules, reste que SotC propose une aventure unique en son genre. Les combats de boss sont marquants, la sensation de gigantisme extraordinairement bien rendue, seule l’histoire pêche un peu à mon goût.
16/20

Resident Evil 6 (PC) : Monstre ambitieux et difforme, ce Resident Evil 6 est meilleur que ne le suggère sa réputation. Sans doute trop long car généreux en diable, il possède de vraies qualités émaillées il est vrai par de nombreux défauts. Mais rien que pour sa narration entremêlée, qui vous offrira l’histoire en strates de plus en plus profondes, il vaut le coup d’être parcouru.
14/20

Onimusha 3 : Demon Siege (PS2) : Suite logique du 2, au ton plus sérieux et à la difficulté plus raisonnable. Niveau histoire c’est toujours un nanar par contre, et ça n’est pas la présence de Jean Reno qui va changer ça !
14/20

 

 

Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty (PS3) : Je continue ma découverte de la franchise Metal Gear Solid, et ma foi j’aime vraiment beaucoup. C’est très paradoxal parce que ça raconte n’importe quoi, mais ça le fait très très très bien. Un super jeu.
17/20

Prototype (PC) : Un open-world de pauvre. Le scénario est une blague, les missions secondaires dignes de la PS2, seul le gore sauve un peu tout ça.
12/20

The Stanley Parable (PC) (Ev19) : J’ai encore l’impression de ne pas apprécier un chef-d’oeuvre autant que je le devrais. C’est fun mais pas exceptionnel, parce que c’est un jeu sans réellement être un jeu. J’ai trouvé ça sympa mais pas indispensable.
14/20

 

 

To the Moon (PC) (Ev20) : Encore un jeu narratif dont la conclusion ne me convient pas. Trop de facilités scénaristiques pour permettre à la mayonnaise de prendre réellement.
13/20

Super Mario Galaxy (Wii) : Sacré coup de balai après la déception Sunshine ! C’est novateur, fun, varié, et un vrai plaisir à finir à 100%.
17/20

Gothic (PC) (Ev21) : Bien moins difficile que ne le veut la légende. Car si les premières heures de jeu sont effectivement rudes (notamment à cause d’une interface imbitable), au final on est en présence d’un RPG de très bonne facture et tout à fait jouable.
15/20

 

 

SOMA (PC) (Ev22) : Un jeu qui commence mollement mais qui devient de plus en plus intéressant au fur et à mesure que l’on avance, jusqu’à un final quasi-exceptionnel. De la SF de haute volée.
15/20

Dungeon Master (Atari ST) : Un jeu qui a marqué une génération entière de joueurs tant il était novateur, mais qui a quand même pas mal vieilli. C’est fun mais les énigmes super retorses et le manque d’info sur l’équipement écornent un peu le plaisir de jeu.
14/20

Pokémon version Noire 2 (DS) : J’ai passé l’année sur cette deuxième partie de sixième génération Pokémon, et ça ne relève pas vraiment le niveau du premier jeu. Trop peu de nouveautés, et seul mon amour pour le système de combat sauve réellement le jeu.
11/20

 

 

Commandos : Derrière les lignes ennemies (PC) (Ev23) : Mais qu’est-ce que c’est dur ce truc ! Le gameplay est franchement sympa, mais j’aurais préféré une difficulté plus raisonnable qui aurait permis de jouer de manière plus linéaire, sans charger la partie toutes les trente secondes.
14/20

Crysis 2 (PC) : Une suite qui lorgne du côté de Call of Duty sans toutefois perdre son identité. Le gameplay reste sympa même si la liberté du premier jeu a été en partie sacrifiée, et que j’en ai marre des jeux qui me donnent des armes qui me plaisent beaucoup avant de me les reprendre à cause du scénario !
14/20

 

Bilan :

Quelques stats :

Jeu le plus vieux : Dungeon Master, 1987, 31 ans. Moyenne d’âge des jeux : 8 ans. Un vrai bond dans la modernité en ce qui me concerne, cinq ans de moins que l’année dernière !

30% de jeu sur console portable, que du Pokémon en l’occurrence.

Retour en force du PC, grâce aux events Canard PC évidemment, avec seulement 20% des jeux faits sur console.

45% d’indés dans mes jeux faits, pour la même raison, et 11 FPS.

Mon jeu de l’année ça doit être Doom. Ou Metal Gear Solid 2, je sais pas trop. Deux écoles de jeux différentes, mais deux jeux que j’ai adoré, et dont j’attends de faire les suites avec impatience.

Le pire jeu hors DLC c’est Kingdom Classic, mais si on regarde du côté des DLC l’arène pourrie de Borderlands rivalise de nullité avec le vaisseau spatial pourri de Bethesda. Bethesda a quand même le chic pour pondre des DLC moisis.

Pas vraiment de déception de l’année, puisque j’ai fait pas mal de jeux dont je n’attendais rien, et que les jeux dont j’attendais quelque chose ont été à la hauteur de leur réputation.

 

Pour l’année à venir je prévois au moins deux open world de chez Ubisoft, à savoir Assassin’s Creed III et Far Cry III. Je me lasserai peut-être un jour mais pour l’instant c’est pas le cas. Metal Gear Solid 3 me tente énormément aussi, mais j’ai envie de jeter un oeil à Twin Snakes avant. En second choix j’ai Hitman Absolution, Gothic II, Resident Evil Revelations 2, Batman Arkham Origins ou encore Crysis 3 qui m’attendent. Mais également Borderlands 2, Super Mario Galaxy 2, Saints Row 3, Deus Ex 2, Gran Turismo, Cryostasis, et quelques Sonic et/ou Megaman.

Mais j’ai aussi un projet un peu fou, c’est de faire un historique du JRPG en partant de Dragon Quest 1 et en passant par tous les épisodes principaux des séries Dragon Quest et Final Fantasy. Je suis pas vraiment familier avec le genre, et j’ai envie de découvrir un peu tout ça en partant du début. Et de tâter de Mother, Earthbound et Mother 3 au passage. On verra si je tiens le coup sur la durée.

Et je veux aussi continuer les events Canard PC parce que ça m’éclate pas mal comme manière de jouer.

Bref des tas d’envies diverses et variées, pour une année à venir que j’espère riche en jeux sympathiques !

J’utilise Senscritique pour organiser mes jeux :

https://www.senscritique.com/Jopopoe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *