L’Islande c’est beau !

Et oui, encore une fois, une session photo de là-bas, mais récente puisque datant du mois dernier. Ce qui est rigolo, c’est quand tu racontes aux gens tes vacances, ils réagissent souvent comme ça : « Attend, ya pas un arbre, de la roche brut presque partout, il fait 5°C, et toi tu aimes ? ». Ben … oui, j’aime.

L’idée de ce voyage (un peu compulsif), c’était une semaine d’hôtel à Reykjavik (contrairement aux presque trois semaines d’autotour faites 2 ans avant). Évidement on s’est pris une bagnole, une Micra automatique asthmatique, et rouler jeunesse. Beaucoup de chose vue et de balade dans la capitale, mais également quelques grandes excursions. L’intérêt de ce pays c’est qu’à partir du printemps, les journées sont longues et qu’avec un peu de volonté le temps allouer aux sorties est long, très long, parfois trop car on se retrouve malgré soit à se coucher à plus d’une heure du mat’, levé à 7h, ça fatigue un peu.

Niveau visite, Madame avait tout organisé à l’avance, pour être précis elle avait identifié plein de truc à voir, de la grosse chute d’eau au caillou avec une forme bizarre. Tout avait été rentré dans une carte personnalisé Google Maps, exportée en .kml, lisible par l’appli Orux Maps permettant de télécharger les carte maps/earth de Google pour les consulter offline avec par-dessus les points d’intérêt. Autre intérêt d’Orux Maps, faire un tracker gps pour faire des traces et ensuite admirer le résultat sous Google Earth, ou bien directement dans l’appli. Sachant cela, voilà déjà à quoi ressemblent les 1500km parcouru en une semaine :

Le premier jour à globalement été dédié à de la balade dans Reykjavik, l’occasion de voir :
1)
L’Harpa, salle de conférence toute neuve

2)
Le musée du Phallus, avec par exemple une bite de morse, et un livre d’or très chouette !

3)
Des magasins qui vendent des cools t-shirts bro

Le lendemain, nous faisons, enfin tentons de faire le tour de la péninsule de Reykjanes
4)
On retrouve nos routes bien pourries pour aller voir Keilir, grosse colline

5)
On s’aventure un peu plus loin, pour finalement se retrouver au milieu de nulle part. Grand sentiment de quiétude.

6)
Retour sur la route qui va à Keflavik, où trouve Kalfatjarnarkirkja, une petite église avec son cimetière, comme il y en a des paquets, mais au milieu d’un golf.

7)
Instant « cuisine » avec le séchage de poisson. Ça pue. Mais c’est rigolo.

8)
Hvalsneskirkja, une petite église très appréciée, et dans laquelle par chance nous avons pu rentrer.

9)
La Power Plant Earth, visitable dans un but pédagogique sur la génération d’électricité géothermique. A ce moment-là, il comme à faire tard, on a fait à peine la moitié de ce qu’on avait prévu.

10)
Un autre puits de vapeur pour canaliser un peu d’énergie

11)
12)
Passage à Geysir, parce que t’as beau l’avoir vu une fois, tu aimes revoir ce spectacle naturel.

13)
14)
Tant qu’à être à Geysir, poussons donc jusqu’à Gulfoss ! Les deux sites sont un peu éloignés de Reykjavik (le trait qui part vers le nord est sur la carte) mais valent clairement le détour.

Je vais m’arrêter là pour le moment, sinon ça va être un peu indigeste. Ces premiers jours de visite furent très chouette, même si nous avons moins eu l’impression d’être seul au monde comme lors du premier séjour. Il faut dire qu’on est resté dans la région la plus peuplée du pays, et aussi qu’il faut le reconnaitre, en deux ans, les deux éruptions volcaniques (Eyjafjallajökull et Grímsvötn) ont donné un coup de fouet au tourisme.

[Photos] Islande, encore, toujours…

Y retournant dans moins de 2 mois, et travaillant un peu sur mes photos en ce moment, les photos me repassent sous le nez en ce moment. Et puis comme certains bons photographes font du teasing sur le sujet, ça m’a donné envi de partager quelques clichés.

1)
Le Sud, sur la N1, sous les cendre, au soleil pas couchant, mais tout comme. Avoir été sur place pendant le bordel monstre reste un de mes meilleurs souvenirs. Je me dis que d’ici fin Avril, peut-être qu’un coquinou de volcan se remuera !

2)
Un marche sur le glacier Svinafellsjokull, où fut tourner un morceaux de Batman Begins. Avec un guide et sa panoplie 66°North trop classe.

3)
La route entre les montagne, près d’Egilsstadir. Calme, douce, reposante.

4)
Région de Bakkafjordur, exemple de ferme avec son élevage de mouton, coincé entre la mer et la montagne.

5)
6)
Baie d’Husavik, qui outre son musée de la bite (qui a migré à la capitale) propose d’aller faire du Whale Watching. Et voir que les baleines puent de la gueule (enfin de l’évent.

7)
Non loin du lac de Myvatn, tu comprends que le dessous de la croute terrestre n’est qu’un cocotte minute.

8)
Le cheval islandais, qui aiment ta voiture et son capot tout chaud.

9)
Illugastadir, où nous avons dû franchir quelques enclos pour s’approcher de la plage et constater que les phoques ont l’air d’avoir une vie assez compliqué…

10)
Sur le volcan Grábrók, un truc qu’on avait pas vu depuis longtemps : des touristes.

11)
Geysir. Franchement tu peux pas test tant que tu ne t’es pas approché d’un machin pareil. Ce geyser s’appelle Strokkur.

12)
A faire avec Geysir, Gulfoss. En ce moment c’est à moitié gelé et enneigé, c’est très chouette.

13)
La péninsule de Snæfellsnes, dans laquelle Jules Verne a situe l’entrée qui permet d’aller au centre de la terre. Et accessoirement, un coin où se trouve un arc en ciel qui fait du rase motte…

Pour les curieux, ils existent des webcams bien fluides sur Gulfoss, Geysir et pas mal d’autres sites. Elles sont parfois éteintes, mais ça fait un bookmark sympa.

Vivement les vacances !

Nouvelle éruption islandaise, quelques détails

Pour ceux que ça intéresse, la situation s’officialise, et m’est avis qu’on entendra p’t’être parler rapidement des faits.

Descriptifs : pour ceux qui ont dormi pendant les 15 derniers mois, je rappelle qu’un joli volcan, Eyjafjallajökull, a foutu son merdier l’année dernière. Ci dessous, l’emplacement géographique du coquin.

Son nouveau copain, au nom un ptit peu plus humain niveau prononciation, Grímsvötn, se trouve dans l’énorme pâté blanc au milieu, le glacier Vatnajökull.
Le Vatnajökull est un des plus grand glacier d’Europe et Grímsvötn est le volcan le plus actif d’Islande.

Comme on peut le voir sur cette carte, niveau géographique on change complètement de zone, mais on reste sur le même genre de volcan que l’année dernière : un volcan sous glacier, qui en cas d’éruption fait un grosse réaction avec la glace, entrainant inondation et grosse fumée.

Ce matin l’aéroport de Keyflavlick a fermé pour des raisons similaires à celle de l’an passé.

A part ça, voici un petit lien pour se rendre compte en presque temps réel des multiple secousses qui secoue le glacier en ce moment. L’Islande n’est pas un pays réputée pour sa tranquilité géologique, mais en ce moment on dirait qu’une fête se prépare ! D’après Iceland Review, c’est la plus grosse eruption que Grímsvötn ai connu.

It is much larger with much more magma flow and much more emission of ash than what we witnessed in the volcanic eruption in Eyjafjallajökull last year. The ash scatters widely and the ash cloud stretches over a large part of the country.

Si vous voulez en savoir plus, le site Iceland Review qui diffuse régulièrement des infos en anglais sur la situation, et sinon, Google actu eventuellement.

Up 1 : Quelques photos

[Updated] Du nouveau en Islande…

.

Bon, ben nouvelle éruption sur l’île. Un p’tit bordel aérien en vue ?

It is now confirmed that an eruption has started in Grímsvötn in Vatnajökull Glacier. The smoke from the eruption can be seen from many places in south Iceland according to RÚV television.

Geologists have been expecting an eruption in Grímsvötn this year and hence the eruption will not be a surprise. Sveinbjörnsson said that a flood in Skeidarársandur was to be expected following an eruption. Before any further predictions would be made on a flood, the exact location of the eruption would have to be figured out.

The public safety commission has been notified. “We have sent a warning to England so that flight routs can be adjusted if necessary.”

Eruptions in Grímsvötn are quite frequent, every ten years on the average and are generally short and small.

Update :



The eruption as seen from Kirkjubæjarklaustur at 8 PM. Phjoti: Sigurveig Linnet/mbl.is

A guide in the Lómagnúpur area Örlygur Sigurjónson told mbl.is that he saw the smoke coming up from the volcano at 7.15 PM Saturday evening.

Sigurjónsson said that it quite clear that the eruption was very powerful. “This is something very grand in the evening sun.” He said that the smoke is growing fast and may be up to three kilometers high already. He was coming down from a climb to the top of Hvannadalshnjúkur, Iceland’s highest mountain in the south of Vatnajökull, with a ten man group.

[Video] Iceland Road Trip

Dans un moment de nostalgie, j’ai tenté de mettre bout à bout quelques vidéos que nous avions fait lors de notre voyage. C’est sans réelle autre prétention que de partager quelques images prises sur la route.

Histoire de ne pas laisser les images sans rien, j’ai mis quelques morceaux de la musique de Sunshine, parce que John Murphy saybonmangézan.

Ca dure un peu plus de 10 min, ça tremble parfois beaucoup, certains passages passent en accéléré, ya des morceaux de volcans dedans, c’est à voir en HD histoire d’en profiter un peu.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QCCKhjM4GtU?hd=1[/youtube]

[Photos] Il y a un an, en Islande..

Un grand moment de lol pour l’Europe, de très bons souvenirs pour moi.

Vu de la face sud d’Eyjafjallajökull :

1)Image hosted by uppix.net

2)Image hosted by uppix.net

3)Image hosted by uppix.net

4)Image hosted by uppix.net

Vu de la face nord :

5)Image hosted by uppix.net

6)Image hosted by uppix.net
Le plus impressionnant, c’est d’entendre le grondement qui va avec, un grondement sourd qui te fait te sentir tout petit petit. Alors que ce n’est pas particulièrement un gros volcan.

[Photos] Colin Macré Dirt 4: Islandic Corsa Edition

J’ai repris il y a quelques jours le tri de mes photos de vacances. Mon premier gros morceau de l’année, c’est deux semaines en Islande au mois de mai dernier. Mais si, rappelez vous, l’Islande, la petite ile qui a foutu un tel bordel que Tata Jeanine s’est retrouvée bloquée à l’aéroport. Et certains s’étaient vaguement moqué. Pour info j’avais prévu depuis février 2010 d’y aller, et le facétieux volcan Eyjafjallajokull a foutu son gros bordel au mois d’avril, deux semaines avant que je parte.

Et bien m’en fous, parce que finalement je suis parti là-bas, j’ai pris ma bagnole de location, et zou sur la route no 1, la route principale qui fait le tour de l’ile, et découvrir ce pays merveilleux.

Grosso merdo de tête fait sous Google Map, ça donne ça. Il manque à peu près 1000 bornes de route je crois. Pour cet article je voulais rendre hommage à l’Opel Corsa qu’on a loué, voiture pas tout à fait adapter à la situation, vous comprendrez vite fait pourquoi.


1) : Les plaines du Sud, région assez plates, avec le majestueux nuage de cendres au dessus de la tête, celui qui coutât des millions d’euroboules aux compagnies aériennes. A ce moment du voyages, j’ai bien rigolé en pensant au aéroport. A ce endroit, la route N1 est en très bon état, comme on peut le voir.


2) : Un petit côté Madmax au pied des grandes langues des glaciers. (enfin à plusieurs dizaines de kilomètres, mais comme ya rien entre la voiture et eux…). Toujours les plaines du Sud, des champs de laves suffisamment vieux pour avoir un peu d’herbe/mousse dessus).


3) : Jökulsárlón, toujours le même sentiment de solitude dans l’immensité.


4) : Les premières montagnes à l’est de l’île. A partir d’ici on commence à s’arrêter n’importe comment sur le bord de la route pour contempler le décor ou la faune locale.


5) : Passage dans le nord-est de l’île ! Toujours la route N1, mais tracé en jaune sur la carte. Jaune = route de merde (on passe de l’asphalte au gravier et à la poussière. Et la carrosserie commence à se souvenir de ça, sans parler des multiples impacts sur le pare-choc/pare-brise.


6) : Le guide papier disait « Vous allez arrivé dans une zone qui peut être difficile d’accès, agissez en conséquence en partant avec le plein d’essence et pas trop tard ». Et bien c’est pas faux. Vous voyez les poteaux jaunes ? C’est la suite de la route. La coulée de neige s’étant sur quoi… 8 ou 10m de long, même pas ? Et ben on a rebroussé chemin, et fait un détour de 150km pour passé le col.


7) : Pendant les 150 km, on a traversé des plateaux montagneux tout plat. Mais qui avait l’avantage certain de mettre à dispo une vraie route.


8) : Celle ci je vais la vendre à Opel pour leur prochaine campagne de pub.


9) : Petite route pour accéder à une phare. Le plus rigolo c’est quand tu dois faire demi tour sans te bouffer un caillou.


10) : Petit arrêt photo, pour cause que la route qui devait nous amené à la cascade de Detifoss était bloqué par un panneau monté sur trois palettes et deux cageots de bois. Toutes les routes ne sont pas ouverte toutes l’année, et celle ci ouvrait 2 semaines plus tard. La tache grise au fond est un nuage chargé de glace et de flotte venant du pole nord (qui n’est plus très loin quand on est en islande….) qui nous est tombé sur la glace 2 heures après.


11) : On cherchait un raccourci… et puis non.


12) : Ce qui m’amuse sur cette photo, c’est le côté farwest. Ce qui m’embête, c’est que je ne me rappelle plus du nom du site…


13) : Dans l’entrée des fjords du Nord-Ouest, se trouve un ptit bled, Holmavik, auquel on accède avec des routes un peu crade, surtout avec du mauvais temps…


14) : … mais on y trouve un hôtel avec un accueil chaleureux, une putain de bouffe, et une piscine d’eau chaude naturelle (mais genre piscine municipale de 25m de long. Et surtout, on était les seuls clients de l’hôtel, et donc de la piscine.


15) : Les fjords du Nord Ouest, sur une route de rallye.


16) : La même pris de plus haut.


17) : Pour finir, le dernier exploit de la voiture, probablement le plus violent, dans la péninsule de Snæfellsnes. Un guet à passer avec une montée derrière. Pour le coup on a bien poké le pare-choc sur fond du ruisseau, en sortie du ruisseau, et pendant la monté. D’habitude dès que c’est caillouteux, on se dit qu’il faut ralentir. Ici hors de question de rester bloqué, donc j’ai pas vraiment chercher à comprendre.

Au final on a eu un peu de chance quand même, car on s’est rendu compte qu’il y avait dans la voiture une liste des routes qui sont considéré comme non praticable par les voitures de catégorie A, et donc fortement charger en cas de problème ou dépannage. Et malgré le nombre important de pèt’ sur le pare-choc, je n’ai pas été surfacturé. Ouais, faire le malin avec une voiture loc’ c’est une chose, mais le faire alors qu’Avis à votre numéro de carte c’est encore mieux !

L’Islande c’est fnu

C’est quand même bien la merde. Lundi je pars pour un voyage de 2 semaines, tout est prêt, les billets de train pour aller à la gare, les billets d’avion, la location de la voiture sur place, les hôtels sur tout autour de l’île, trois jours supplémentaires à la capital.

Mais voilà, 2012 approche, et mardi dernier le volcan d’Eyjafjallajokull, en eruption depuis un mois, s’éteint, et se rallume hier soir de façon bien plus violente. La fumée et le vent sont tels que le traffic aérien britanique, suédois et norvégien est perturbé. En revanche, l’aéroport de Reykjavic reste ouvert. Le point le plus perturbant pour moi est que je dois passer au sud du volcan mardi ou mercredi.

En Islande, grosso modo, il n’y a qu’une route, la National 1 qui fait le tour de l’île. Et comme le volcan, dont l’eruption précédante remonte à 1823, est aussi un glacier, ça fond, et la route est coupé à plusieur endroit (la photo au dessus). N’étant pas encore un riche bourgeois, la voiture qu’on va louer n’est pas un 4×4, mais une Punto. Impossible donc prendre les pistes de montagne, les gués et autres joyeustés.

Entre la SNCF en grève et le volcan, je serre les fesses très fort en espérant pouvoir partir.

Mais une fois sur place, ça va être la fête!

Edit de dernière minute : l’espace aérien français pourrait être fermé… FUUUUUUU