[Photos] 2 : Fête des Lumières, Lyon

Deuxième volée sur la Fête des Lumières, et après j’arrête!


De l’eau, mais pas la même que dans l’article d’avant, et la rosace de la Primatiale Saint-Jean, la même que dans l’article d’avant, mais vue de près.


La place des Terreau


Une ruelle en montant vers la Croix Rousse, avec un Tetris géant.


Fourvière, vue de loin.

PS : Grâce aux remarques constructives de Starflam, et über générateur de CSS de McPoulet (grand merci à lui), je pense que ma CSS est finie! \o/

[CSS/Photos]Fête des Lumières, Lyon

J’ai passé ma soirée a faire joujou avec ma CSS, et je suis pas mécontent du résultat.
Pour marquer le coup, quelques photos de la Fête des Lumières, qui a eu lieu à Lyon le week-end dernier, et même que c’était vachement bien.


Si vous avez des commentaires à faire sur la CSS (bug divers, affichage chelou, etc.) ou sur les photos, je vous écoute!

[Geek/Photos]Overclocking et petit chat

Bon, décidemment, je n’arriverai pas à battre mon record personnel à superpi.

Oui c’est con, mais voilà, c’est trippant de jouer avec le FSB pour tenter d’arracher les quelques millièmes de secondes pour passer sous la barre des 14s pour calculer la millionième décimal de PI (1M, donc).
Pour info j’ai fait ça avec un E6750 @ 3750mhz, un FSB à 468MHz, un P5Q Deluxe, et de la Ram A-Data PC-6400 pas chère acheté en décembre.

sinon comme je suis sympa, je vous ai ramené des photos de mes vacances.

[Photos] Concert de L’Armada de Rouen 2008

Pour compléter un peu le poste de chtitelarve sur l’armada, voilà quelques petits souvenirs ramenés lors des concerts où j’ai été. Concerts gratuits, donc pour tout les goûts. Ca m’a permis d’apprécier certains artitstes qui n’avait pas vraiment mes faveurs au départ!

Samedi 5 Juillet :

Radio Sofa

Alain Bashung

Dimanche 6 Juillet :

Foumagnac

Whiskey Still

Hugues Aufray

Jeudi 10 Juillet :

Rose

Ridan

Samedi 12 Juillet :

La Maison Tellier

Cali

Dimanche 13 Juillet :

Marteen

Iggy and the Stooges

[photo]Choisir son téléobjectif pour Olympus E-510


Il y a un peu plus de six mois, j’ai investi la dedans, en remplacement de feu mon appareil argentique qui a décidé de lachement m’abandonné pendant les 24h motonautique de Rouen.

Après ces 6 mois, je considère que j’ai déjà pas mal jouer avec l’E-510, cerné ses qualités et ses défauts. Il me manque un élément important que je possédais : un téléobjectif.

La photographie numérique est un loisir onéreu dès qu’on en vient à vouloir du matériel un peu pointu, les investissements (hors filtre et carte mémoire) doivent donc être un peu réfléchi par rapport à ce qu’on veut, ce qu’on sait faire, et vers où on veut aller.
Je baserais mes reflexions sur mon matériel (Olympus E-510), mais elles devraient la plupart du temps s’appliquer à tout appareil photos.

1) L’existant

Tant qu’on parle d’Olympus, un petit mot sur le format d’optique utilisé. Lorsqu’ils ont sortis leur premier reflex numérique, l’E-330, ils ont également déployé un format ouvert appelé FourThird, spécialisé dans la photo numérique. L’idée de base était de créer un standard que tout les constructeurs peuvent utiliser, permettant ainsi de croiser les boitiers et les objectifs entre marque, et ainsi donner plus de choix à l’utilisateur. Le nom FourThird désigne également très clairement le format de l’image sortant des appareils, un joli 4/3 correspondant au ratio de la plupart des écrans de PC et télé de l’époque. Dans la pratique, ce choix est criticable car seul Panasonic, Leica (qui fait en fait les optiques de Panasonic) et Sigma ont rejoint le groupe. Criticable également, le format 4/3, plutôt pas pratique maintenant que le moindre écran PC/TV sortant d’une usine est wide.
Par contre, le gros avantage de FourThird, c’est d’avoir également défini au passage un standard pour la taille du capteur : 17.3 x 13.0 mm. Chez Canon par exemple ils sont à 22.2 x 14.8 mm depuis le 350D jusqu’au 40D. Un plus petit capteur implique un peu plus de bruit numérique (mais c’est plutôt très bien gérer par Olympus) et surtout des optiques plus petites!

La plupart des gens qui investissent dans un reflex numérique prenne un kit de base, qui se compose d’un appareil photo et d’un objectif couvrant une focal allant de 28mm à environ 85mm (équivalent 24×36 argentique). L’achat est alors contenu et permet de faire le tour de son nouveau boitier et d’être près à affronter la plupart des situations (un peu de portrait, de paysage, effets sportifs en tout genre, condition lumineuse standard). Chez Olympus, l’objectif fourni est un 14-42mm (28-88mm équivalent 24×36) 1:3.5-5.6. C’est l’entrée de gamme, ça fait son boulot sans broncher, et pour un objectif de kit, le piqué est très bon quelque soit la focal utilisée (grand angle ou zoomé). L’ouverture (f3.5 à 14mm, f4 à 25mm)est un peu juste à mon gout, mais c’est surtout que j’ai tendance à le comparer avec le 50mm que j’utilisais avec mon AE-1 (f1.8 à 50mm, à comparer donc avec le f4@25mm de l’Olympus).

Maintenant, si j’ai envi de prendre un petit lapin qui se promène dans la forêt, j’ai pas le choix. Ce con me grillant à plus de 20m, il me faut de quoi le prendre de loin. D’où mon étude sur les téléobjectifs.

2) Ya quoi chez Olympus?

Pour un premier dégrossissement, direction le site d’Olympus. Trois gammes de produit :
x Standard
x Pro
x Top-Pro
On devine au nom que ça va pas être le même prix.

Standard
On trouve ici les objectifs de base, une qualité de construction qui visiblement s’avère être la même que celle de l’objectif du kit, des ouvertures corrects, un encombrement plutôt réduit.

Pro
Les ouvertures sont plus grandes, les objectifs sont tropicalisés, on commence à trouver des focals exotiques (8mm!).

Top-Pro
Les ouvertures sont grandes et, surtout, fixes. Tropicalisés également.

Les objectifs de Leica/Panasonic se situeraient dans les gammes Pro et Top-Pro (sans blague!), et ceux de Sigma sur les 3 gammes.

Globalement, il y a du choix, même si on atteint pas l’éventail énorme proposé par Canon ou Nikon surtout si on prend en compte les optiques des constructeurs tiers (Sigma, Tamron et consort).

Spécification égoïste du besoin et solutions

C’est vrai quoi, je veux quoi, moi, au final? Jeune apprenti du CNRS, le prix de l’objectif m’importe, donc mettant hors de ma portée les objectifs Pro et Top-Pro. Je vais donc devoir choisir dans la gamme standard où Olympus nous propose 4 produits.


40-150mm 1:4.0-5.6
C’est le plus petit en terme d’encombrement, et sa focal correspond à du 80-300mm argentique, soit déjà de quoi s’amuser. Ça correspond à un niveau de zoom que je n’ai jamais encore utilisé (le télé de mon argentique allait jusqu’à 200mm).


40-150mm 1:3.5-4.5, 285 euros
Le même genre qu’au dessus, mais avec une ouverture plus grande, donc théoriquement utilisable avec moins de lumière, soit un peu plus de confort. En revanche il est un peu plus gros.


18-180mm 1:3,5-6,3, 559 euros
Le super polyvalent de la gamme. A peine plus encombrant que le petit 40-150, sa focal allant du grand angle (à peine plus serré que l’optique de base Olympus) à un niveau de zoom supérieur deux téléobjectifs précités. En revanche, les 180mm à f6.3 pourraient posé quelques soucis en faible lumière.


70-300mm 1:4.0-5.6 393 euros
Le bourrin de base, ouverture équivalente à l’objectif de base, mais appuyé par 300mm de focal au max, soit 600mm en argentique! (« De quoi abattre une puce dans le dos d’un chien à 500m! »).

Conclusion

Maintenant, quoi prendre? Sur le site de vente de matos photo www.digit-photo.com on voit déjà que le premier 40-150 n’est pas vendu. Visiblement, il est partout ou presque remplacé le deuxième.
Ensuite, il faut savoir que certain photographe conseille d’avoir une gamme de focal continue avec ses objectifs. On commence avec le 14-42 du kit, et naturellement vient le 40-150 prolonger la gamme. Mais moi dans l’histoire, ce qui m’intéresse, c’est un zoom, bordel. Un truc qui voit loin, le plus loin possible.
A mes yeux, l’ouverture du 70-300 est nettement compensée par sa longue focale. Si un jour je me dit « mince, j’ai un trou entre 40 et 70 », je me répondrai surement « Ouais, mais 300mm ça envoi du pâté! ».

A noté le cas particulier du 18-180 qui pourra combler les photographes très nomades qui ne veulent pas s’emmerder à changer d’objectifs parce que cela ne serait pas comfortable dans les situations pourries.

En définitive, je porterais mon choix sur le 70-300mm pour son niveau de zoom relativement exceptionnel et son prix plus contenu que le 18-180mm.

Et les autres?

Sigma propose :
105mm F2.8 à 440 euros
Il possède une chouette ouverture, mais pour son prix, il manque de souplesse par rapport à la gamme Olympus

55-200 mm F4-5,6 à 166 euros
Si j’avais jeter mon dévolu sur le 40-150mm d’Olympus, j’avoue que je me serais poser beaucoup de question par rapport à celui la. Il parait que les meilleurs optiques sont celles fabriquées par le constructeur de l’appareil photo lui même. En considérant que celui ci soit moins bon, en terme de piqué d’image par exemple, que la gamme Olympus, il faut lui reconnaitre son prix! Dans ce genre de cas, pas le choix, faut essayer les deux objectifs, comparer le résultat, et si différence il y a, voir le rapport qualité/prix.

Quand à Panasonic/Leica, ils ne disposent pas encore d’optique avec le niveau de zoom que je voulais.

Vrac de tout et n’imp [+edit pour Rider]

Ma copine m’a quitté….

En fait non pas du tout, ça va très bien et j’emmerde les nouveaux célibataires forcés et les puceaux. Rire sardonique, mais pas trop sardonique quand même parce qu’il sait pas ce que ça veut dire.

Musique
Muse
Mi-juillet je suis allé voir Muse en concert à Wembley. J’avais déjà vu à Bercy au mois de décembre, et j’avais trouvé ça déjà très bon. Je ne suis pas fanboy du groupe, mais je dois bien reconnaître que j’aime beaucoup. Le concert de Wembley était relativement énorme dans tout les sens du terme : taille de la « salle », prestation des bonhommes, effets spéciaux divers et variés, vidage du stade et engouffrement de dizaine de milliers de personnes dans le métro. J’avais déjà vu un concert en stade, l’Europe 2 Live Tour de 2005 (M, Luke, Garbage, Moby et les mous de Tears for Fear) au Parc des Princes, mais à coté de Wembley, ça reste « petit ». NME s’est auto parodié la semaine d’après « Muse fills Wembley… and his pocket ». Ce concert était mon cadeau de Noël, ma copine est génial de m’avoir offert ça.

The Smashing Pumpkins
Egalement, je me suis vu offrir le dernier Smashing Pumpkins, Zeitgeist. Version spéciale avec gros booklet. Ce CD est très bon. Je me considère plus comme un fanboy des Smashing Pumpkins que de Muse, j’ai d’ailleurs tout les CD en vrai, des MP3 à plus savoir quoi en foutre. Fanboy vieux con vous savez, genre « on fera jamais mieux que Mellon Collie and the Infinite Sadness ». D’ailleurs c’est vrai, on fera jamais mieux. Mais faut reconnaître que Zeitgeist tend vers l’album de 1995. Je-sais-plus-qui disait qu’a part les 2 ballades un peu molle, le reste était excellent. Spa faux. Il suffit d’entendre les premières secondes de l’album (Doomsday clock) pour être immédiatement emballé. Enfin moi ça m’a fait cet effet. Le style renoue clairement avec les début du groupe, mais plus sombre, plus envoûtant, mais dans le même style de technique de travail. Là je pars en couille façon critique Inrock’, ce que je ne suis pas. L’album prend aux tripes, c’est ce que je voulais, je suis content. Finalement pas besoin de détails supplémentaires.

Série Télé
J’en ai regardé trois pendant les derniers mois.
David Nolande
Série française, visiblement une mini saison pilote de 6 épisodes avec la Diefenthal/Montoute team (que j’aime vraiment bien). Le pitch : après avoir accidentellement tué une gitane, un zoupayr technomarketeu de la parfumerie est victime d’hallucination concernant des gens qui vont mourir dans le futur. Le but du jeu est de sauvé ces gens, sinon ses proches passent l’arme à gauche. Deux ou trois épisode se ressemble et sont légèrement relou, mais ça se laisse regarder gentiment. Le coté « Malédiction gitane dans la vie de tout les jours » rend la chose un peu inquiétante, mais le ton reste légé, quelques pointes d’humour (Montoute oblige?). Mais quand même, les épisodes se suivent et se ressemblent.
Bien mais pas top.
A suivre? Seulement si ça passe à l’antenne à un moment où j’ai rien à foutre.

Prison Break S1 et S2
Blabla Machin se fait emprisonné volontairement pour sauver son frère d’une peine de mort injuste.
C’est plein de trucs tirés par les cheveux, de clichés gros comme des Gabe Newell, mais… On accroche, parce que justement, les trucs capilotractés sont excellents. Enfin, on accroche la première saison. Et on regarde la deuxième pour 1) connaître la suite 2) pour dire « j’ai vu les deux saisons » 3) parce que certains personnages secondaires dissuadent de zapper. La deuxième saison est longue et nettement moins intéressante que la première, déjà parce que ça se passe pas vraiment en prison, et ensuite parce qu’à l’image des détenus évadés, la série par dans tout les sens. Comme je le disais au dessus, ceux sont les personnages secondaires qui intéressent le plus : plus particulièrement Paul Kellerman le mercenaire du président et l’agent pourri du FBI Mahone. La « conspiration » politique de la série (dans la veine des Patriotes de Metal Gear, que je suppose être une repompe du jeu) m’a également permis de ne pas trop me lasser.
Mais à la fin de la saison 2 on est content parce que 1) c’est fini 2) (spoil) Blabla Machin retourne en prison avec l’agent pourri du FBI. Ca peut laisser présager d’une saison 3 un peu plus fraîche, au risque qu’elle reprenne trop d’élément de la saison 1.
A suivre? Probablement, je me replongerai dans les aventures des bonhommes, je demanderais sûrement a mon cousin américain d’enregistrer la saison sur un VHS (ou autre……) pour que je puisse regarder ça en même temps que lui.

Grey’s Anatomy S1 S2 et S3
Alors la je vois venir le nofragé de base : ouais çay de la mayrde je m’endors devan bouuuu çay pour les payday.
Soit.
Moi dans ma jeunesse j’aimais bien regarder Urgences le dimanche soir à la télé. Ca charcute, et des intrigues secondaires sur la vie des différents personnages.
Au départ je pensais que c’était l’inverse pour GA. Mais on ne voit pas l’hopital du point de vue des urgences, mais du point de vue des internes en chirurgie (Grey étant une des 5 internes de l’histoire, souvent au centre des intrigues mais pas suffisamment pour que cela deviennent chiant). La version de l’internat proposé ici est la version « Je suis interne, donc j’ai pas vraiment de vie privé » donc les histoires se passent entre les gens de l’hôpital, et ça augure de la charcuterie à proximité.
Jusque là vous me direz « ouais çay de la mayrde je m’endors devan bouuuu çay pour les payday ». Ces petites intrigues sont encapsulées dans un style qui m’a fait rire. L’humour utilisé reste relativement fin et la plupart du temps, ce qui fait rire ou sourire est une simple réplique ou un comportement décalé par rapport à l’environnement. J’ai trouvé le jeu des acteurs convaincant frôlant parfois le « cul-cul » mais emballé dans le reste, ça colle bien, ça m’a ému parfois, et souvent fait marrer.
Prendre la série en cours de route est assez relou, le mieux étant de commencer par la première saison, courte (neuf épisodes) et efficace. D’abord juste curieux, j’ai accroché avec seulement 2 ou 3 épisodes.
Les saisons 2 et 3 exploitent plus en profondeur les personnages, qui se découvrent petit à petit, les chirurgiens devenant humains et les intrigues secondaires se renouvellent suffisamment pour ne pas se lasser.
Elément important également, la BO de la série colle parfaitement aux situations et à une large part dans mon attrait pour la série.
A suivre? Oui, sur les trois séries, c’est celle là que je veux voir. J’espère que mon cousin américain me les enverra rapidement par la mul… poste.

Flims
Spygame
Meilleur musique de film, des cools acteurs qui font la paire (Bradd Pitt & Robert Redford), l’histoire est bien, les images sont belles, je l’ai vu je sais pas combien de fois, je le connais par coeur, je m’en fous, j’aime ce film. Et en plus le DVD n’étant plus distribué (d’après un vendeur de la fnac), les scrupules sont moindres.

Borat
Hi, My name is Borat.
I like you, and I like sex.
Niiiiice
This is my town, Kussec.
And this is my country, Kazakhstan.

C’est aberrant d’enfantillage et d’innocence concernant Borat, c’est affligeant de bêtise concernant les Etats-Unis. C’est génial. En plus c’est très compréhensible en VO non sous-titrée.

Dans la peau de Jacques Chirac
Bidonnant à souhait. Le montage des archives est impeccable, les commentaires sont « pertinent » et font mouche à chaque fois. Certes, les images montrées ne sont pas le reflet complet de notre cher ex président et la plupart du temps le présente comme un menteur arriviste. Mais second degré oblige, ça rend le bonhomme tellement génial! Ce film est un excellent hommage à Monsieur le Président.

La machine à explorer le temps
Je connaissais même pas de nom. Le film je parle. Evidemment que je connais HG Wells. Concernant le film.. ba… c’est pas trop mal. Mais ça va trop vite. Ca manque de détails. C’est… grossier. Voila. Genre qui se laisse regarder vite fait. Et puis on oublie. Vite fait.

C’est tout
Sinon les roumains c’est des cons, Vista c’est pas au point, Bioshock à l’air bien mais je peux pas y jouer, la DS dans le train pendant 3h ça poutre (hqhq devant le type qui a jouer a la PSP mais qui a pourri sa batterie alors que moi j’ai pu jouer pendant encore une demi heure de métro derrière (et j’ai la console en veille depuis dimanche soir)), le homebrew Colors paie sa chatte, utiliser son ordi sur un écran de télé LCD de 32′ ça gère (sauf que l’entrée son couplé avec l’entrée VGA de l’écran est une SPDIF et que j’ai pas ça sur ma carte mère), je vais bientôt partir en vacances au soleil, Londres c’est cher mais bien, j’ai arrêté de nié le réchauffement climatique (même si je pense que si l’homme détruit la planète et lui avec, la vie continuera) et prout.

Edit pour Rider : Quelques photos avec mon Olympus E-510

Pour avoir les exifs, cliquez pour voir la photo en grand (et click droit >> propriété (avec opéra))

edit2 pour que c’est plus lisible.

1

iso100
f8
1/90s

2

iso100
f5.4
1/1000s

3

iso100
f8
1/90s

4

iso100
f13
1/3s

5

iso800
f11
1/750s

6

iso800
f5.6
1/30s

7

iso200
f3.8
1/6s

8

exif:
iso100
f4.6
1/90s

9

exif:
iso100
f3.6
1/6s

10

exif:
iso200
f9.5
1/250s