[Photos] C’est l’été

Dans le petit jardin que ma compagne et moi, enfin surtout elle, entretenons, il y a une jolie et énorme lavande qui sent le sud et surtout attire tout un tas de bestiole.

En fait c’est un peu l’openbar de ruche, la lavande contient facilement une vingtaine de machin qui font bzzz même temps. J’ai donc sorti mon appareil, ma bague allonge et mon 135mm.

En temps normal, j’aurai fait mon frimeur en disant « T’as vu ? il ouvre à F2.8 et pèse rien du tout ! ». Mais j’ai plutôt fermé comme un bourrin car la profondeur de champs est si courte que la plupart des photos sont mal mises au point. Entre ça, l’insecte qui se ballade et le vent qui fait bouger les feuilles, c’est pas gagner de base.

Moralité : 50 photos, 2 retenues. Et je suis sur que je peux faire mieux, et d’ailleurs je compte bien persévérer!.

Les photos sont prises à F11 il me semble, pour le reste, tout est dans les exifs.

Devoir pour la prochaine fois : fabriquer un guide pour le flash à base de carton et de papier alu pour flasher tout en macrotant, histoire de voir ce que ça donne. Retenter avec d’autres objectifs (j’ai fait un peu avec le 50mm, mais je devais trop m’approcher et ça faisait fuir les abeilles. Mettre un truc par terre parce que ça use les genoux ces conneries.

[Video] Iceland Road Trip

Dans un moment de nostalgie, j’ai tenté de mettre bout à bout quelques vidéos que nous avions fait lors de notre voyage. C’est sans réelle autre prétention que de partager quelques images prises sur la route.

Histoire de ne pas laisser les images sans rien, j’ai mis quelques morceaux de la musique de Sunshine, parce que John Murphy saybonmangézan.

Ca dure un peu plus de 10 min, ça tremble parfois beaucoup, certains passages passent en accéléré, ya des morceaux de volcans dedans, c’est à voir en HD histoire d’en profiter un peu.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QCCKhjM4GtU?hd=1[/youtube]

[Photos] Il y a un an, en Islande..

Un grand moment de lol pour l’Europe, de très bons souvenirs pour moi.

Vu de la face sud d’Eyjafjallajökull :

1)Image hosted by uppix.net

2)Image hosted by uppix.net

3)Image hosted by uppix.net

4)Image hosted by uppix.net

Vu de la face nord :

5)Image hosted by uppix.net

6)Image hosted by uppix.net
Le plus impressionnant, c’est d’entendre le grondement qui va avec, un grondement sourd qui te fait te sentir tout petit petit. Alors que ce n’est pas particulièrement un gros volcan.

[Photos]Gouttes d’eau

Faire des photos, genre « moi j’m’y connais », c’est fastoche. Suffit de prendre trois trucs qui trainent chez-soi, traficoter vite fait une lampe avec un rouleau de scotch et deux bâtons de sucette pour avoir une ambiance, prendre un sujet immobile pour pouvoir prendre son temps, et zou ! Avec un peu de patience on peut faire un truc potable, et je suis sûr qu’en prenant son temps on arrive à un truc bien. Mais j’avais envie de ne pas y passer ma nuit.

1)

2)

3)
Une vraie fausse neige à base poussière d’enduit de cale à poncer.

4)
C’est moi Françooooooooooiiiiiiiissssss le Françaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiis!

5)

6)

Matériel photo :

  • Olympus E-30
  • Bague macro EX-25
  • OM Zuiko 50mm f1.4
  • un trépied

Matériel divers :

  • tournevis
  • rouleau de scotch marron
  • cale à poncer utilisée
  • CD gravé de X-Wing Alliance
  • lampe de bureau
  • téléphone Android
  • gouttes d’eau
  • chemises cartonnées
  • feuille de papier blanc
  • un rammequin

[Photos] Le Sixième Pont

Le Sixième Pont. C’est comme ça que pas mal de gens l’ont surnommé quand il était en construction. Le plan de départ, c’était de faire un pont qui permette au voitures de contourner le centre ville et ainsi le désengorger, tout en pouvant laisser passer les bateaux un peu grand genre trois mat pour aller se garer un gros kilomètre plus loin, à coté du pont Guillaume Le Conquérant, premier pont fixe sur la Seine empêchant le passage des bateaux « un peu haut ».

Il a été nommé en 2006 Pont Gustave Flaubert mais honnêtement, tout le monde s’en fout, parce que ça fait vieillot et qu’il lui aurai fallu un nom qui tape, genre Pont Barrack Obama ou bien pont Brian O’Conner. Surtout que merde, c’est quand même plus le plus grand pont levant d’Europe.

Toujours est il que ce pont, il a la classe, déjà parce qu’il fait « tout neuf », il est encore propre, et personnellement, il a été construit pendant que je faisais mes études, donc je l’ai vu grandir, j’ai vu des trois mats passé dessous, des essais de levage, et évidement comme tout le monde dans le coin, je l’utilise assez souvent. Mais là ou il a la classe international, c’est la nuit, avec une petite brume. Et encore plus quand il est en mouvement.

1)

2)

3)

Petit jeu pour le lolz : en estimant la hauteur du tablier entre les 3 photos et en se basant sur les exifs des photos, sauras tu calculer la vitesse ascensionnelle du tablier ?

[Photos] Lapin Panoramique HD et de la bite

On refait un petit tour mais pas en Corsa, seulement avec Lapin Orange, mon ami depuis 2007. Il me suit dans mes aventures ordinaires et extraordinaire de la vie. Je vais en Islande, il est là, je vais au ski, il est là. Je nettoie les carreaux chez moi, il est là.


1) : Admiration devant la vue sur la baie et la montagne à Reykjavik


2) : La même vue, mais au travers des yeux de Lapin (au travers de ses yeux mec ! FPL : First Person Lapin !)


3) : Dans une guesthouse au sud de Kirkjubæjarklaustur , lieu très confortable malgré l’isolement.


4) : FPL again. Au loin, le Vatnajökull


5) : Time to swim !


6) : Une grande piscine d’eau bleu laiteuse, le Blue Lagoon,  dont l’eau est entre 39 et 41°. L’endroit qui inspire la glande (et le souffre un peu, mais pas trop). L’eau chaude sort un peu plus loin (au fond, les usines thermiques), brulante, et est deversée tranquilou dans la piscine.


7) : Bien arrimé, dans ma poche à Jökulsárlón


8) : Mais avec le droit de faire un tour près de l’eau


9) : Encore un FPL; dis donc c’est un concept d’avenir. A droite la route de la photo no3 d’hier (mais je vous fais grâce de la Corsa).


10) : Musée du Phallus à Húsavík. Je n’ai pas pu y entrer, car pas ouvert à cette période de l’année. Et accessoirement ça justifie le titre racoleur de cet article.

[Photos] Colin Macré Dirt 4: Islandic Corsa Edition

J’ai repris il y a quelques jours le tri de mes photos de vacances. Mon premier gros morceau de l’année, c’est deux semaines en Islande au mois de mai dernier. Mais si, rappelez vous, l’Islande, la petite ile qui a foutu un tel bordel que Tata Jeanine s’est retrouvée bloquée à l’aéroport. Et certains s’étaient vaguement moqué. Pour info j’avais prévu depuis février 2010 d’y aller, et le facétieux volcan Eyjafjallajokull a foutu son gros bordel au mois d’avril, deux semaines avant que je parte.

Et bien m’en fous, parce que finalement je suis parti là-bas, j’ai pris ma bagnole de location, et zou sur la route no 1, la route principale qui fait le tour de l’ile, et découvrir ce pays merveilleux.

Grosso merdo de tête fait sous Google Map, ça donne ça. Il manque à peu près 1000 bornes de route je crois. Pour cet article je voulais rendre hommage à l’Opel Corsa qu’on a loué, voiture pas tout à fait adapter à la situation, vous comprendrez vite fait pourquoi.


1) : Les plaines du Sud, région assez plates, avec le majestueux nuage de cendres au dessus de la tête, celui qui coutât des millions d’euroboules aux compagnies aériennes. A ce moment du voyages, j’ai bien rigolé en pensant au aéroport. A ce endroit, la route N1 est en très bon état, comme on peut le voir.


2) : Un petit côté Madmax au pied des grandes langues des glaciers. (enfin à plusieurs dizaines de kilomètres, mais comme ya rien entre la voiture et eux…). Toujours les plaines du Sud, des champs de laves suffisamment vieux pour avoir un peu d’herbe/mousse dessus).


3) : Jökulsárlón, toujours le même sentiment de solitude dans l’immensité.


4) : Les premières montagnes à l’est de l’île. A partir d’ici on commence à s’arrêter n’importe comment sur le bord de la route pour contempler le décor ou la faune locale.


5) : Passage dans le nord-est de l’île ! Toujours la route N1, mais tracé en jaune sur la carte. Jaune = route de merde (on passe de l’asphalte au gravier et à la poussière. Et la carrosserie commence à se souvenir de ça, sans parler des multiples impacts sur le pare-choc/pare-brise.


6) : Le guide papier disait « Vous allez arrivé dans une zone qui peut être difficile d’accès, agissez en conséquence en partant avec le plein d’essence et pas trop tard ». Et bien c’est pas faux. Vous voyez les poteaux jaunes ? C’est la suite de la route. La coulée de neige s’étant sur quoi… 8 ou 10m de long, même pas ? Et ben on a rebroussé chemin, et fait un détour de 150km pour passé le col.


7) : Pendant les 150 km, on a traversé des plateaux montagneux tout plat. Mais qui avait l’avantage certain de mettre à dispo une vraie route.


8) : Celle ci je vais la vendre à Opel pour leur prochaine campagne de pub.


9) : Petite route pour accéder à une phare. Le plus rigolo c’est quand tu dois faire demi tour sans te bouffer un caillou.


10) : Petit arrêt photo, pour cause que la route qui devait nous amené à la cascade de Detifoss était bloqué par un panneau monté sur trois palettes et deux cageots de bois. Toutes les routes ne sont pas ouverte toutes l’année, et celle ci ouvrait 2 semaines plus tard. La tache grise au fond est un nuage chargé de glace et de flotte venant du pole nord (qui n’est plus très loin quand on est en islande….) qui nous est tombé sur la glace 2 heures après.


11) : On cherchait un raccourci… et puis non.


12) : Ce qui m’amuse sur cette photo, c’est le côté farwest. Ce qui m’embête, c’est que je ne me rappelle plus du nom du site…


13) : Dans l’entrée des fjords du Nord-Ouest, se trouve un ptit bled, Holmavik, auquel on accède avec des routes un peu crade, surtout avec du mauvais temps…


14) : … mais on y trouve un hôtel avec un accueil chaleureux, une putain de bouffe, et une piscine d’eau chaude naturelle (mais genre piscine municipale de 25m de long. Et surtout, on était les seuls clients de l’hôtel, et donc de la piscine.


15) : Les fjords du Nord Ouest, sur une route de rallye.


16) : La même pris de plus haut.


17) : Pour finir, le dernier exploit de la voiture, probablement le plus violent, dans la péninsule de Snæfellsnes. Un guet à passer avec une montée derrière. Pour le coup on a bien poké le pare-choc sur fond du ruisseau, en sortie du ruisseau, et pendant la monté. D’habitude dès que c’est caillouteux, on se dit qu’il faut ralentir. Ici hors de question de rester bloqué, donc j’ai pas vraiment chercher à comprendre.

Au final on a eu un peu de chance quand même, car on s’est rendu compte qu’il y avait dans la voiture une liste des routes qui sont considéré comme non praticable par les voitures de catégorie A, et donc fortement charger en cas de problème ou dépannage. Et malgré le nombre important de pèt’ sur le pare-choc, je n’ai pas été surfacturé. Ouais, faire le malin avec une voiture loc’ c’est une chose, mais le faire alors qu’Avis à votre numéro de carte c’est encore mieux !

Marathon Photo Fnac – Résultat

Après un peu de cafouilli, la Fnac de Rouen a rendu son verdict (pour le marathon photo dont je parlais ici). Alors… ben on a pas gagné ! Et oui, exit le 500D, le compact et l’imprimante.

Les gagnants sont les photos suivantes, tous thèmes confondu :

1er :
Thème « Avec ou sans »

2eme :
Thème « Rouen Impressionniste »
Note : c’est une copie d’une sculpture qui a squatté un pont à Rouen tout l’été 2010

3eme :
Thème « Rouen Impressionniste »

Alors oui, pour satisfaire mon égo, j’aurai bien aimé gagner. Mais à défaut d’avoir eu un lot, 2 de nos 6 photos ont eu le privilège de faire parties des 30 photos exposées à la Fnac. Les deux « gagnantes » sont les deux photos suivantes :

Thème « Avec ou sans »


Thème « Petit recoin »

Si le marathon vous intéresse mais que vous l’avez loupé, vous pouvez toujours aller voir les résultats à la Fnac.

Marathon Photo Fnac – Rouen

Ce week-end, ma compagne et moi même avons participer au Marathon Photo de la Fnac de Rouen. Qu’est ce que donc?
Et bien c’est très simple, c’est comme un Pix-o-matic de Mr Caroline, sauf qu’on a pas deux mois pour faire une photo, mais deux heures, et qu’il faut rendre deux photos. Trois thèmes couvrent la journée, qui sont annoncé à 10h, 14h et 16h. Ensuite deux plombes pour trouver une idée, la mettre en scène, faire la photo, trouver une deuxième idée, rebelote, et on rend la copie directement de la carte mémoire à un stand Fnac.
Ah oui, dernière différence avec Pixo : il y a une bouffe au début de la journée (café croissant) et à la fin (p’tits fours champagne), et également un 500D à gagner.

Thème 1 : Avec ou sans

Thème 2 : Petit recoin

Thème : Rouen impressionnisme

Autant nous étions motivés pour le premier thème, relativement ouvert, autant les autres nous ont moins inspirés. Dans tout les cas, il faut savoir que le jury (des photographes et des journalistes) a parfois des goûts… assez bizarres. Les exemples de gagnant sont parfois surprenant quand on regarde comment ce la c’est passé sur le site des autres villes. Dans tout les cas, l’exercice est vraiment sympa. Prendre une photo sur commande va un peu à l’encontre des habitudes de la photo « de tourisme », où on se dit plutôt « je vois un truc sympa, je le prends », tandis que là, il faut chercher son thème, sa réalisation, et sa technique.

Concert M au Zenith de Rouen

Tentative supplémentaire de faire des photos pendants un concert.

Je commencerais presque à avoir l’habitude. Prendre un objectif lumineux, faire attention à la configuration du stabilisateur d’image sur les optique argentique, trouvez un spot photo pas trop mal, pas trop loin, mais pas trop voyant. Seulement cette fois, ça a failli être bien foireux. Déjà, pas de places assises. J’ai déjà fait des photos de concerts dans fosse, collé au grille devant la scène, mas c’était des concerts gratuits où la population est plus « familiale » que pogoteuse (sauf Iggy Pop). Mais ici je le sentais moyen. Ensuite la sécurité a été nettement plus zélé à l’entrée de la salle. Quand j’ai été voir Muse, j’avais établi un plan de ouf pour planquer mon matos. Je l’ai retenté ici, mais en arrivant devant la fouille j’ai fait demi tour pour planquer mon merdier autrement. En temps normal, je démonte mon objos du boitier, et ils finissent dans des contenants de bouffe (paquet de gâteaux, emballage de sandwich, etc). Sauf que là, la bouffe était interdite dans la salle, donc les videurs faisaient ouvrir les bouteilles, mais également demandaient au gens de jeter leur sandwich. En plus je n’avais planqué que mon boitier. Mes objectifs étant petit se contentaient d’être planqué dans le fond d’une poche de mon sac. Le videur les a vu, mais comme il n’y avait pas de boitier avec, j’ai pu pipoter un « je viens de les acheter en centre ville… ». Il a ensuite fouillé ma sacoche bandoulière dans laquelle j’avais mon compact (le samsung de mon fond de page de blog, pas vraiment compact), sans succès, heureusement pour moi.

Je pensais enfin être peinard, mais une fois dans la salle, des vigiles partout, donc les photos doivent se faire discrètement. Puis au milieu du concert, un vigile passe entre moi et ma copine (équipé également). Sueur froide. Il était parti confisqué un caméscope à une bonne fois à 5 personnes de nous. On a alors fait une petit pause, histoire de se faire discret.

Au final, je suis encore une fois très satisfait de mon OM 135 f2.8. Sa taille réduite et son ouverture en fond le compagnon idéal pour un concert. J’ai tout pris a f2.8, en me disant que si je me débrouille bien, je devrais arriver à faire mes mises au point de façon décente. Et je dois dire que sur 146 photos, j’en ai quand même 39 d’exploitable, ce qui n’est pas si mal pour de la mise au point manuelle dans une fosse de concert, en cherchant à échapper au regard des vigiles.

.
1/

2/

3/

4/

5/

6/

7/

8/

9/