[photo]Choisir son téléobjectif pour Olympus E-510


Il y a un peu plus de six mois, j’ai investi la dedans, en remplacement de feu mon appareil argentique qui a décidé de lachement m’abandonné pendant les 24h motonautique de Rouen.

Après ces 6 mois, je considère que j’ai déjà pas mal jouer avec l’E-510, cerné ses qualités et ses défauts. Il me manque un élément important que je possédais : un téléobjectif.

La photographie numérique est un loisir onéreu dès qu’on en vient à vouloir du matériel un peu pointu, les investissements (hors filtre et carte mémoire) doivent donc être un peu réfléchi par rapport à ce qu’on veut, ce qu’on sait faire, et vers où on veut aller.
Je baserais mes reflexions sur mon matériel (Olympus E-510), mais elles devraient la plupart du temps s’appliquer à tout appareil photos.

1) L’existant

Tant qu’on parle d’Olympus, un petit mot sur le format d’optique utilisé. Lorsqu’ils ont sortis leur premier reflex numérique, l’E-330, ils ont également déployé un format ouvert appelé FourThird, spécialisé dans la photo numérique. L’idée de base était de créer un standard que tout les constructeurs peuvent utiliser, permettant ainsi de croiser les boitiers et les objectifs entre marque, et ainsi donner plus de choix à l’utilisateur. Le nom FourThird désigne également très clairement le format de l’image sortant des appareils, un joli 4/3 correspondant au ratio de la plupart des écrans de PC et télé de l’époque. Dans la pratique, ce choix est criticable car seul Panasonic, Leica (qui fait en fait les optiques de Panasonic) et Sigma ont rejoint le groupe. Criticable également, le format 4/3, plutôt pas pratique maintenant que le moindre écran PC/TV sortant d’une usine est wide.
Par contre, le gros avantage de FourThird, c’est d’avoir également défini au passage un standard pour la taille du capteur : 17.3 x 13.0 mm. Chez Canon par exemple ils sont à 22.2 x 14.8 mm depuis le 350D jusqu’au 40D. Un plus petit capteur implique un peu plus de bruit numérique (mais c’est plutôt très bien gérer par Olympus) et surtout des optiques plus petites!

La plupart des gens qui investissent dans un reflex numérique prenne un kit de base, qui se compose d’un appareil photo et d’un objectif couvrant une focal allant de 28mm à environ 85mm (équivalent 24×36 argentique). L’achat est alors contenu et permet de faire le tour de son nouveau boitier et d’être près à affronter la plupart des situations (un peu de portrait, de paysage, effets sportifs en tout genre, condition lumineuse standard). Chez Olympus, l’objectif fourni est un 14-42mm (28-88mm équivalent 24×36) 1:3.5-5.6. C’est l’entrée de gamme, ça fait son boulot sans broncher, et pour un objectif de kit, le piqué est très bon quelque soit la focal utilisée (grand angle ou zoomé). L’ouverture (f3.5 à 14mm, f4 à 25mm)est un peu juste à mon gout, mais c’est surtout que j’ai tendance à le comparer avec le 50mm que j’utilisais avec mon AE-1 (f1.8 à 50mm, à comparer donc avec le f4@25mm de l’Olympus).

Maintenant, si j’ai envi de prendre un petit lapin qui se promène dans la forêt, j’ai pas le choix. Ce con me grillant à plus de 20m, il me faut de quoi le prendre de loin. D’où mon étude sur les téléobjectifs.

2) Ya quoi chez Olympus?

Pour un premier dégrossissement, direction le site d’Olympus. Trois gammes de produit :
x Standard
x Pro
x Top-Pro
On devine au nom que ça va pas être le même prix.

Standard
On trouve ici les objectifs de base, une qualité de construction qui visiblement s’avère être la même que celle de l’objectif du kit, des ouvertures corrects, un encombrement plutôt réduit.

Pro
Les ouvertures sont plus grandes, les objectifs sont tropicalisés, on commence à trouver des focals exotiques (8mm!).

Top-Pro
Les ouvertures sont grandes et, surtout, fixes. Tropicalisés également.

Les objectifs de Leica/Panasonic se situeraient dans les gammes Pro et Top-Pro (sans blague!), et ceux de Sigma sur les 3 gammes.

Globalement, il y a du choix, même si on atteint pas l’éventail énorme proposé par Canon ou Nikon surtout si on prend en compte les optiques des constructeurs tiers (Sigma, Tamron et consort).

Spécification égoïste du besoin et solutions

C’est vrai quoi, je veux quoi, moi, au final? Jeune apprenti du CNRS, le prix de l’objectif m’importe, donc mettant hors de ma portée les objectifs Pro et Top-Pro. Je vais donc devoir choisir dans la gamme standard où Olympus nous propose 4 produits.


40-150mm 1:4.0-5.6
C’est le plus petit en terme d’encombrement, et sa focal correspond à du 80-300mm argentique, soit déjà de quoi s’amuser. Ça correspond à un niveau de zoom que je n’ai jamais encore utilisé (le télé de mon argentique allait jusqu’à 200mm).


40-150mm 1:3.5-4.5, 285 euros
Le même genre qu’au dessus, mais avec une ouverture plus grande, donc théoriquement utilisable avec moins de lumière, soit un peu plus de confort. En revanche il est un peu plus gros.


18-180mm 1:3,5-6,3, 559 euros
Le super polyvalent de la gamme. A peine plus encombrant que le petit 40-150, sa focal allant du grand angle (à peine plus serré que l’optique de base Olympus) à un niveau de zoom supérieur deux téléobjectifs précités. En revanche, les 180mm à f6.3 pourraient posé quelques soucis en faible lumière.


70-300mm 1:4.0-5.6 393 euros
Le bourrin de base, ouverture équivalente à l’objectif de base, mais appuyé par 300mm de focal au max, soit 600mm en argentique! (« De quoi abattre une puce dans le dos d’un chien à 500m! »).

Conclusion

Maintenant, quoi prendre? Sur le site de vente de matos photo www.digit-photo.com on voit déjà que le premier 40-150 n’est pas vendu. Visiblement, il est partout ou presque remplacé le deuxième.
Ensuite, il faut savoir que certain photographe conseille d’avoir une gamme de focal continue avec ses objectifs. On commence avec le 14-42 du kit, et naturellement vient le 40-150 prolonger la gamme. Mais moi dans l’histoire, ce qui m’intéresse, c’est un zoom, bordel. Un truc qui voit loin, le plus loin possible.
A mes yeux, l’ouverture du 70-300 est nettement compensée par sa longue focale. Si un jour je me dit « mince, j’ai un trou entre 40 et 70 », je me répondrai surement « Ouais, mais 300mm ça envoi du pâté! ».

A noté le cas particulier du 18-180 qui pourra combler les photographes très nomades qui ne veulent pas s’emmerder à changer d’objectifs parce que cela ne serait pas comfortable dans les situations pourries.

En définitive, je porterais mon choix sur le 70-300mm pour son niveau de zoom relativement exceptionnel et son prix plus contenu que le 18-180mm.

Et les autres?

Sigma propose :
105mm F2.8 à 440 euros
Il possède une chouette ouverture, mais pour son prix, il manque de souplesse par rapport à la gamme Olympus

55-200 mm F4-5,6 à 166 euros
Si j’avais jeter mon dévolu sur le 40-150mm d’Olympus, j’avoue que je me serais poser beaucoup de question par rapport à celui la. Il parait que les meilleurs optiques sont celles fabriquées par le constructeur de l’appareil photo lui même. En considérant que celui ci soit moins bon, en terme de piqué d’image par exemple, que la gamme Olympus, il faut lui reconnaitre son prix! Dans ce genre de cas, pas le choix, faut essayer les deux objectifs, comparer le résultat, et si différence il y a, voir le rapport qualité/prix.

Quand à Panasonic/Leica, ils ne disposent pas encore d’optique avec le niveau de zoom que je voulais.

4 réflexions sur « [photo]Choisir son téléobjectif pour Olympus E-510 »

  1. sur la baie, j’avais réussi à récupérer un 50-200 2.8-3.5 pour 600 euros, le 50-200 est sorti en version SWD, il se peut que d’autres 50-200 "classique" fleurissent sur la baie.

  2. Vraiment génial ton article !! Merci ! J’ai un E-500 et je cherche justement un bon descriptif des otpiques dispo !

    Ce que je reproche ce sont les ouvertures bcp trop petites… il me faudrait du 2 au minimum pour être pépère et je ne crois pas qu’il y ait chez Olympus.

  3. Egalement au programme, je cherchais un objectif a f2 pour faire du portrait. J’ai cherché des bagues pour coller mon f1.8 50mm FD mais visiblement, ça n’existe pas.
    Pour ça je vais probablement me tourner vers un objectif OM (l’ancien standard d’Olympus) avec bague d’adaptation (officiel ou non). Ce genre d’objectif n’est pas très dur à trouver en occaz (genre pouf, pouf et repouf).
    Bien sur on perd l’AF, mais bon, moi c’est pour faire du portrait donc de toute façon, c’est pas trop génant.

  4. pour détailler mon Olympus :

    E1 + 14-54 d’occaz
    50-200 d’occaz sur la baie
    50 macro F2 d’occaz sur la baie
    FL36 neuf (j’ai été con sur ce coup et j’aurai pu en trouvé sur la baie :/ )
    un Olympus 50mm F1.8 d’occaz + bague sur la baie

    Pour le moment y a que le 50mm F2 qui est collé dessus car je photographie que poupette (1 an) en ce moment.

    Les beaux jours arrivent, j’espère pouvoir dégainer le reste du matos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *