[PC]Fight’N Rage

INTRIGUE : Quand un village est attaqué par des mutants, quelques combattants décident de livrer bataille et de mettre un terme à l’hégémonie du dictateur responsable de cette discorde.

GAMEPLAY : Pur Beat Them All dans la tradition du genre, avec des canons comme « Final Fight », « Double Dragon », Streets Of Rage », « Fight’N Rage est un brillant hommage qui va a l’essentiel, et propose un gameplay comme nous le connaissions à l’époque, à savoir une aventure rythmée seul ou à plusieurs, un scrolling horizontal pour arriver à un boss clôturant le niveau, une touche pour sauter, une touche pour frapper et balancer des combos, et une touche spéciale, qui ici sera le SP : un coup spécial qui se recherche après emploi, mais que vous pourrez enchainer.

Dans ce dernier cas, s’il n’est pas rechargé, il puisera directement dans votre barre de vie.

RÉALISATION : C’est du 100% nostalgique! Pas de 3D, des gros pixels comme dans le bon vieux temps, avec parfois quelques effets que n’aurait pas renié la Super-Famicon ou la Neo-Geo.

Le design des personnages est correct, avec les profils usuels : une femme, un gros balaise et un ninja. Des personnages variés, avec chacun leurs points forts et leurs points faibles.

Constat similaire pour les décors, avec des niveaux variés, et les gros classiques que sont le fief du grand méchant, la plage, les ruelles, la forêt.

La partie audio est correcte, des musiques rock avec parfois des moments un peu plus calmes. Les bruitages, eux, sont semblables à ce qu’on pouvait entendre dans les sommets du genre.

DURÉE DE VIE : Comptez 1h30 pour voir le bout du jeu, ce qui n’est qu’un début. Car votre progression vous permettra de récupérer des golden coins, et avec ces derniers acheter un nombre conséquent d’addons (comme des niveaux de difficultés supplémentaires), des costumes pour vos personnages, de nouveaux modes de jeux, et aussi des antagonistes à débloquer et à exploiter dans ces différents modes.

Autre point important, votre progression ne sera pas 100% linéaire. A plusieurs endroits du jeu (dont un subtil dès le début), vous pourrez prendre des axes secondaires.

Ces derniers bouleverserons votre progression, et auront un impact sur la fin du jeu, qui en recense un peu moins d’une dizaine.

Mais surtout, vous aurez alors accès à des niveaux inédits.

Ce qui fait que sur les 8 à 10 niveaux qui composeront votre aventure, vous aurez des ambiances différentes, des univers inédits.

Une très bonne idée, permettant au jeu de casser une certaine monotonie.

INTÉRÊT : Comment faire du neuf avec du vieux? C’est en gros la question que s’est posé le développeur de ce jeu, travaillant quasiment seul sur ce projet.

Et pour cela, il n’a pas changé drastiquement la recette qui fonctionnait à l’époque, mais joue sur la fibre nostalgique des joueurs, sur un plaisir immédiat, sur la qualité de son produit, et ajoute même quelques composantes comme les niveaux annexes pour varier, et faire en sorte que chaque partie ne ressemble pas à la précédente.

Il permet en plus de passer par des filtres bien gérés pour se rapprocher de l’affichage d’un écran CRT d’époque, propose différents rendus visuels, et des ennemis qui varient en fonction du niveau.

Si on devait parler de défauts, on peut parler de certains pics de difficulté durant quelques passages, et des checkpoints distants les uns des autres, vous obligeant à vous « retaper » certains passages corsés.

Dans l’ensemble, un très bon BTA, fortement recommandé, que ce soit seul ou à plusieurs.

14/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire