[PC]Shadow Of The Tomb Raider (Definitive Edition)

INTRIGUE : Lara Croft revient dans cet ultime volet de la nouvelle trilogie, et part cette fois en Amérique du Sud pour déjouer les plans des Trinitaires, à la recherche d’une relique pouvant détruire le monde.

GAMEPLAY : Par rapport à « Tomb Raider » et « Rise of the Tomb Raider« , nous sommes face à la même mécanique bien huilée, avec de grandes zones à explorer, du loot, de la progression à base d’XP, des compétences à gagner, des zones accessibles tardivement vous obligeant à cumuler les allers-retours, etc.

Quelques petites nouveautés sont pourtant au rendez-vous, et permettent d’étoffer le jeu de Lara : elle peut désormais se suspendre via son grappin, et se balancer pour atteindre certains points stratégiques.

Une nouveauté aussi concernant les combats, avec la faculté de s’imbiber de boue et de se la jouer à la Rambo 2, en se collant à un mur. Un point purement réservé pour la partie infiltration.

RÉALISATION : Sincèrement, ce titre envoie du lourd. C’est très souvent visuellement magnifique, avec des décors à perte de vue, des textures très fines et photoréalistes, un éclairage impressionnant qui donne du relief à l’ensemble.

Très souvent, car ce sentiment a tendance à disparaître dans les zones plus communes, où on constate que le titre est un peu moins majestueux, par rapport à certains tombeaux en profondeur qui vous donnent l’impression de ressentir l’humidité et le manque de clarté.

Le score audio est peu inspiré, ou alors il faut aimer le thème remanié à la sauce sud-américaine. Cela fonctionnera chez certains, tandis que d’autres auraient préféré des thèmes plus proches de ceux d’antan, où les chorales venaient se greffer à des sonorités ambiant pour une exaltation de chaque instant.

Juste un petit coup de gueule concernant un point certes futile : les cheveux de Lara. Pour les précédents volets, une technologie était employée et donnait un résultat à l’écran bluffant, avec une chevelure pour Lara impressionnante de réalisme, des cheveux suivant une physique cohérente, et surtout une technique bluffante sans aliasing. Ici, on se demande ce qui a pu se produire, car la chevelure de Lara, si elle a conservé cette malléabilité, et devenue bien plus « moche », avec un aliasing incompréhensible. Un point qu’on retrouve sur certains forums dédiés au jeu, et aucune réaction de la part des développeurs à ce sujet.

DURÉE DE VIE : A peine plus conséquente que le précédent volet, avec un peu plus de 40 heures pour boucler le jeu à 100%, DLCs inclus (des tombeaux venant se greffer à l’intrigue principale, et vous procurant de nouvelles aptitudes).

Gros hic, pour la replay value, une fois les 100% acquis, c’est mort. Contrairement aux autres volets, plus un seul ennemi dans les parages…
Il reste des défis pour s’amuser de temps en temps, comme des contre-la-montre sur des tombeaux avec différents objectifs (temps, score,…)

Heureusement, une partie New Game + vous donne droit de rejouer l’aventure sous certaines nouvelles conditions, ce qui peut être un bon point. Encore faut-il avoir envie de replonger dans l’aventure une seconde fois.

INTÉRÊT : Si on ne peut nier les qualités techniques du titre, quelque chose dérange un peu avec ce Tomb Raider.

En fait, on se retrouve très vite devant un titre extrêmement similaire aux autres, si ce n’est ce flashback bien vu qui aurait mérité plus de profondeur.

Le gros souci de ce volet, c’est donc d’une part peu innover à part le contexte (et se rendre compte que le bestiaire, les pièges, les tombeaux se ressemblent tous d’un volet à un autre), mais surtout, une volonté de laisser de côté l’aspect combat pour proposer plus d’énigmes, et cela avec un rythme très irrégulier.

Les premières heures vont mettront direct dans le bain, avec la satisfaction de retrouver Lara dans de nouvelles aventures. Après quelques heures de haute voltige, on retombe sur du plus classique, puis vient une grande phase où une zone va littéralement vous solliciter pour une très grande partie du jeu, à base de quêtes fedex secondaires, de restriction du gameplay lié à la zone et à ses conditions.

Une énorme zone qu’il faudra encaisser, et les premiers signes de lassitudes, face à un manque de combats, une frustration de ne pas utiliser des armes très correctes, voir et revoir les mêmes décors sur plus de 20 heures…

Suite à cela, le rythme enivrant des premières heures revient, pour un final certes convenu, mais qui envoie encore du lourd.

Cette trilogie se clôt ainsi sur un volet qui a trop tendance à tirer sur la corde, propose une aventure mitigée, et peine parfois à nous captiver, en imposant plus d’énigmes au détriment de combats, qui eux n’ont pas été dépoussiérés et peinent encore à convaincre du fait d’une IA parfois dans les choux (planquez-vous et tuez à la chaîne dans certains cas).

« Shadow… » n’est pas mauvais. C’est un bon Tomb Raider, mais derrière les précédents. Il souffre bien évidement de la comparaison avec les autres, de certains choix, et son final laisse présager de nouvelles aventures.

On espère que cette fois, nous aurons droit à d’autres environnements. On n’est pas contre la visite de certains musées qui cacheraient bien des trésors, et pousser le vice du fantastique, ici très souvent esquissé, pour de plus grandes perspectives. Et surtout, retrouver cette variété d’environnements qui faisant le charme des premiers épisodes, à l’image de « Tomb Raider II », un chef-d’œuvre jamais égalé.

16/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire