[PC]Sniper Elite 4 (+DLCs)

INTRIGUE : La seconde guerre continue de faire rage, et Karl Fairburne, sniper émérite, retourne sur le front pour éliminer la menace nazie et fasciste, car cette fois, il est déployé en Italie…

GAMEPLAY : Par rapport aux précédents Sniper Elite, on reste dans quelque chose de très similaire, surtout par rapport au troisième chapitre : de grandes cartes pour chaque niveau, assez ouverte pour permettre plusieurs approches, et grouillant d’objectifs afin d’y rester le plus longtemps possible.

Vous aurez toujours le choix d’un fusil sniper, bien évidemment, mais aussi d’une arme secondaire, généralement une mitrailleuse, et d’un pistolet. D’autres accessoires seront aussi à votre disposition, comme des grenades, des mines, de la TNT, des trousses de soins, etc…

Chaque niveau comporte son lots d’objectifs principaux, nécessaires pour passer au suivant, et des objectifs secondaires intéressants et variés (sabotage, collecte d’informations, assassinats) vous permettant d’approfondir le scénario, mais aussi de collecter plus d’XP, ce qui vous permettra de monter en grade, et débloquer à certains paliers des compétences supplémentaires, allant d’une récupération plus rapide de votre souffle (idéal pour le tir et la course d’endurance), à l’augmentation de votre stock de munitions.

D’autres possibilités vous sont offertes pour personnaliser votre expérience, comme la maîtrise de votre arme, vous permettant d’améliorer des points comme le zoom, le recul…

RÉALISATION : Si le jeu n’est pas une tuerie graphique, il sait encore donner de bons résultats en terme d’esthétique, et sait parfois bluffer lors d’un paysage ou deux, surtout ceux en montagne. Les décors sont assez travaillés pour vous permettre de trouver le bon point pour guetter un convoi, de vous cacher dans un buisson, avec un rendu pas forcément photoréaliste, mais assez efficace pour qu’on s’immerge.

Même constat pour l’aspect sonore, où on retrouve les mêmes thèmes que précédemment, et toujours un sound design adapté, très claquant quand notre tir part pour faire de gros dégâts.

C’est propre, et c’est déjà ça. A noter que le titre donne parfois dans des effets très novateurs, comme certains reflets dans l’eau (voir le dernier niveau du DLC), ou encore les rayons de lumière dans un bâtiment (toujours dans les DLCs).

DURÉE DE VIE : La durée de vie est tout simplement énorme, car entre le jeu de base et ses 8 niveaux (plus deux déblocables en coop only), et les 4 nniveaux des DLCs, il m’aura fallu plus de 43 heures.

Ceci s’explique du fait que chaque carte dispose d’assez d’éléments pour vous tenir en haleine, entre les objectifs principaux, les secondaires, les défis et autres items à collecter. Chaque partie est un appel pour de longues heures à planifier sa stratégie, opter pour les bons déplacements, en taguant ces ennemis aux jumelles (comme dans les Far Cry), et en choisissant soit une approche discrète, minimale, ou tout simplement dévastatrice.

INTÉRÊT : On aurait pu penser que ce 4ème volet allait sentir le réchauffé, et même si la recette n’est pas nouvelle, on prend encore son pied à flinguer du nazi à longue distance.

Enfin, longue distance, c’est vite dit, car si les cartes sont immenses, vos possibilité de fragger un ennemi à l’autre bout de la carte sont quasi nulles, du fait que la géographie et les reliefs, les obstacles, limiteront fortement votre approche.

Vous devrez vous contenter des cibles généralement à moins de 100 mètres, au plus 200, et de rares cas à 300, même si à un moment j’ai réussi un tir à plus de 500 mètres.

Cette volonté de réduire ce facteur a une bonne raison : la trop grande facilité du titre, et cela même en difficile.

Comprendre par là que vos ennemis ne seront mortels qu’à courte distance, et au delà, c’est juste du nettoyage, le son de votre arme ne sera de toute façon pas perçu par l’ennemi.

L’IA n’est pas folichonne non plus, car une fois détecté, il vous suffit de vous planquer dans un buisson pour ne pas être inquiété.

Enfin, le système de sauvegarde est assez spécial : sauvegardes manuelles, sauvegardes automatiques, et sauvegardes rapides manuelles (le fameux F5-F9).

Étrangement, les sauvegardes automatiques interviennent très très fréquemment, limite à chaque tir, ce qui fait que si vous mourrez, ou décidez de reprendre à la dernière sauvegarde, vous n’aurez pas beaucoup perdu de votre progression.

Le titre est alors nullement punitif sur ce point. Pire, il vous avertit fréquemment de menaces avec sons, flashs pour les snipers planqués, musique dynamique, en plus de vous montrer sur la carte où se trouvent les ennemis, et même de les surligner à travers le décor dès que vous collecterez sur les officiers les listes de rondes.

Heureusement, vous pouvez modifier la difficulté et certains points pour plus de réalisme et de challenge, mais il n’empêche qu’une fois qu’on a compris le principe du jeu, c’est du gâteau.

Cela n’empêche pas le titre de rester addictif, de se sentir surpuissant au point de se confronter à un tank, de savourer chaque killcam avec ses effets gore.

Une recette certes pas nouvelle, mais faite avec amour, comme un plat italien.

15/20

JeuxVideo.com

Nofrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire