[PC]Devil’s Hunt

INTRIGUE : Vous, c’est Desmond, un beau gosse pour qui tout réussit, une belle carrière de boxer, une belle villa, une charmante fiancée…
Mais votre monde va basculer quand tout ce à quoi vous teniez vous est brutalement retiré, et dans un excès de colère, vous voilà à songer au suicide, à passer à l’acte, et à vous réveiller en enfer, où Lucifer vous propose un deal. Armé de super pouvoirs, vous allez combattre des hordes d’anges, et de démons…

GAMEPLAY : Le premier volet d’une possible trilogie (ce qui est de moins en moins probable avec le temps) vous place dans un beat them all, ou plus précisément dans un clone de « Devil May Cry » de Capcom : ici aussi, on incarne un humain capable de se transformer en démon, on latte des démons à coups de poings, et plus tard avec des armes virtuelles comme une épée une fois d’autres techniques de combat acquises.

c’est la petite subtilité du jeu, vous débloquerez au fur et à mesure de votre progression 3 styles de combat, tous possédant des combos et autres bottes secrètes à débloquer en échange d’âmes que vous collecterez sur vos victimes, ou cachées dans le décor.

Une idée intéressante, permettant de varier les plaisirs, mais qui finalement ne sera pas trop utile : un des styles est quasi inutile, celui de base convient pour tout le bestiaire, mais le second vous donne la faculté de vous régénérer, ce qui est très utile lors de certains combats, et vous permet aussi de sortir une sorte d’épée/extension de votre bras, pour des coups plus distants.

On peut aussi compter sur 3 pouvoirs à sélectionner, permettant de faire subir de gros dégâts à vos ennemis.

Enfin, vous aurez la possibilité de parer les coups (le même système que dans les « Batman Arkham… » ), mais aussi de dasher, une bonne idée pour vite passer dans le dos d’un ennemi ou esquiver, mais qui ici se révèle être peu pratique et un poil pénalisante.

RÉALISATION : Pour une petite société et un titre loin des AAA, le studio Layopi Games envoie par certains moments du lourd de chez lourd niveau décor. L’enfer est une vraie réussite, avec des décors et des textures qui forcent le respect.

Ce sera moins élogieux concernant la modélisation des personnages, ou les décors dans le monde « réel ».

Côté ambiance sonore, rien de bien folichon, le titre propose des voix en V.O., et certaines sont assez comiques pour propulser le titre dans le rang des nanars (on pense au principal antagoniste de l’histoire et son accent allemand prononcé » Ziss iz Zi End for you!!!! »)

DURÉE DE VIE : 13 chapitres, avec des collectibles, mais franchement, une fois bouclé, ben on passe vite à autre chose. Comptez entre 5 et 7 heures pour en faire le tour, en sachant que les premiers niveaux sont bourrés de cinématiques à se farcir, qu’on combat peu.

Heureusement, la tendance s’inverse par la suite…

INTÉRÊT : La comparaison avec « Devil May Cry » porte un sévère préjudice à « Devil’s Hunt », qui ressemble à un remake sous forme de nanar.

Pourtant, le titre s’avère parfois visuellement superbe, surtout en enfer…Mais hélas, cet environnement revient un peu trop souvent, comme les autres, où on passe le plus clair de notre temps dans l’appart’ de Desmond, dans des immeubles vides de personnel…La monotonie de certains niveaux porte un sacré coup, et ce n’est pas le seul.

Car le point crucial de ce genre de jeux, ce sont les combats. Ici, et bien on constate quelques incohérences.

D’une part, le jeu peut s’avérer un peu trop facile, surtout quand votre personnage gagne en puissance. Si en plus on vous accorde deux chances de revenir à la vie en tapotant la touche action à toute vitesse, vous allez rarement être bloqué, hormis un ou deux boss bien costauds.

Mais les combats ne sont pas vraiment gratifiant, et cela à cause d’un élément primordial, ici supprimé et remplacé par autre chose : le saut!!!

Sauter dans un beat them all vous permet d’accéder à de nouveaux coups, d’esquiver plus facilement des ennemis, là où le dash n’est pas optimisé (et c’est le cas ici, où on déplore une trop grande latence), mais surtout, vous permet de traverser les niveaux sans avoir à déplorer la redondance d’un mécanisme tout con : appuyer sur un bouton pour monter sur un endroit précis du décor pour avancer. C’est d’une part très dirigiste, mais surtout, ça n’épargne pas les bugs (comme celui de ne plus pouvoir revenir en arrière après avoir visité une salle secondaire, bloqué par un demi mur que le personnage refuse de gravir sans l’invite).

Et des bugs comme cela, y’en a d’autres, comme un au troisième chapitre où votre personnage reste bloqué dans le décor suite à une cinématique (tips : passez la cinématique pour pouvoir avancer), sans compter une optimisation parfois dans les choux, où le framerate chute parfois sans explication logique (heureusement, rarement durant les combats).

D’ailleurs ces derniers sont parfois corrects, et on finit par s’y faire. Mais en comparaison avec d’autres titres, c’est un constat de vache maigre.

« Devil’s Hunt » s’est fait démonter par le public et par la presse, mais n’est pas si mauvais que cela. Il a quelques atouts, il faut un peu s’accrocher pour vouloir continuer l’aventure.

Tentez l’aventure à vos risques et périls, seulement si vous êtes fan du genre et que vous n’avez rien à vous mettre sous la dent.

09/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire