[PC]Close To The Sun

INTRIGUE : Rose part à la recherche de sa sœur Ada sur l’Hélios, un immense navire en pleine mer, développé par Nikola Tesla.

Sur place, elle ne croise personne, et se retrouve sur un bateau abandonné, sans la moindre âme. Mais elle se rendra vite compte que ce n’est pas le cas, et que plusieurs menaces sont à sa poursuite…

GAMEPLAY : « Close To The Sun » vous met donc dans la peau d’une jeune femme frêle, à bord d’un immense bateau. Empruntant un gameplay issu des FPS, vous allez donc explorer cette demeure en apparence vide, jusqu’au moment où la voix de votre sœur (mais aussi celle de Tesla et d’autres personnages) va vous guider. Vous ne pourrez pas vous battre, mais vous pourrez par contre enjamber des obstacles, manipuler des objets en vue de résolutions d’énigmes.

Et c’est tout : « Close To The Sun » privilégie avant tout l’ambiance, avec de temps en temps des courses poursuites cassant le rythme d’une exploration lambda.

RÉALISATION : Il est vrai, le jeu fait fortement penser à « Bioshock » pour son ambiance steampunk, le tout dans une ambiance maritime. On retrouve les mêmes décors démesurés, l’impression de grandeur et de luxe, et le jeu sait envoyer quelques visuels vraiment pas dégueux du tout, avec de bonnes textures, un souci du détail, et quelques effets vraiment sympa comme du raytracing sans raytracing, autrement dit des reflets réalistes sur certaines surfaces.

Sur ces dix niveaux, nous allons explorer une bonne partie du vaisseau, de la salle des machines au cabines, à l’opéra en passant par la réception, et ainsi de suite.

Niveau sonore, de belles compositions viennent agrémenter l’ensemble, et la localisation française est excellente, de très bons doubleurs, une vraie implication. On tiquera juste sur une voix un peu trop caricaturale, dévoilant un peu trop vite la personnalité du personnage.

DURÉE DE VIE : Donc dix niveaux, et certains vraiment très courts (les premiers en l’occurrence). Afin de gonfler la durée de vie, sachez que vous pourrez partir à la recherche de documents disséminés un peu partout dans le décor, et les phases de poursuites peuvent vite vous mettre un bon « game over » dans les dents.

Mais même avec tout cela, le jeu est très court, comptez de 3 à 4 heures en standard, et plus de 6 heures comme moi en fouillant tous les recoins.

INTÉRÊT : « Close To The Sun » souffle un peu le chaud et le froid. D’un côté, on lui reproche d’être similaire à un Bioshock, mais de l’autre, il possède sa propre identité, joue avec la renommée d’un inventeur, et propose une aventure avec quelques frissons.

Il est visuellement et techniquement correct, voire parfois beau, et sait nous emporter dans cet univers qu’on découvrira progressivement, qui prendra alors une tournure malsaine dès qu’on saura ce qui est arrivé à l’équipage (et là c’est un festival, âmes sensibles s’abstenir).

Mais ses plus gros défauts est de survoler par certains moments son sujet (certains niveaux auraient largement pu être rallongés), de proposer des courses poursuites peu plaisantes (avec un personnage un peu trop rigide et lent, très lent), et surtout un des maux du développement de jeu vidéo actuel : l’absence de suivi par les développeurs.

Difficile de dire d’où cela vient (certains parlent d’une exclu Epic qui aurait freiné le support post-sortie), mais il en est que le jeu n’a plus donné signe de vie après sa sortie, et que certaines fonctionnalités (comme la sacrée réassignation des touches) manquent singulièrement.

Et c’est vraiment dommage, car on peut trouver ce jeu plus que correct, avec un certain hommage au genre et de bons moments, sabordés par certains choix.

Si seulement cela pouvait être corrigé dans une suite, car on a bien évidemment la possibilité d’en faire une vu la fin (un peu brutale) proposée.

15/20

JeuxVideo.com

Fiche Nofrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire