[PC]Battlefield V (Mode Stories)

INTRIGUE : Si Battlefield 1 optait pour des intrigues durant la première guerre mondiale, l’opus V prend place pendant la seconde, et vous invite durant quatre chapitres (et une introduction) à découvrir des histoires peu connues de ce conflit. Des flancs enneigés de Norvège à la création du SBS, en passant par des tirailleurs sénégalais et enfin à bord d’un char Tigre, vous allez voir la guerre sous un autre angle…

GAMEPLAY : Par rapport au précédent volet, cela n’a pas beaucoup changé, nous sommes toujours face à un FPS où la rigueur est de mise, surtout en difficulté élevée.

Les quelques innovations résident dans des emprunts à d’autres licences, comme Far Cry, avec cette possibilité de marquer les ennemis avec des jumelles, ou en les fixant en vue iron sight, ce qui vous permet alors de suivre leur halol umineux en mode infiltration, même derrière un mur.

Le titre favorise plutôt l’infiltration à la force brute, et certaines armes, bien cachées vous permettront de profiter de cette approche.

Par contre, contrairement au précédent jeu, les véhicules ne sont plus du tout imposés. Vous pouvez certes les emprunter, mais hormis le dernier chapitre du mode histoire à bord du Tigre, vous allez vous retrouver à pied…

…ou à ski, c’est la petite originalité du chapitre en Norvège, où il sera possible de chausser ses petits accessoires pour glisser d’un point stratégique à un autre.

RÉALISATION : Encore un énorme claque, car visuellement, c’est tout simplement magnifique…

Le souci du détail, l’éclairage, l’ambiance, les animations…Nous sommes dans ce qu’on pourrait qualifier de haut du panier.

Le souci du détail est omniprésent, et une fois encore, on s’arrête parfois pour souffler un peu, et admirer le paysage au loin, car c’est encore la cas, la profondeur de champ est hallucinante.

DURÉE DE VIE : Plus de 15 heures passées sur ce mode solo de « Battlefield V »…

Bien évidemment, la plupart vous diront que l’essence même du titre est son expérience multi, mais Dice a su aussi gratifier ceux qui aiment le hors-ligne avec une campagne finalement bien plus consistante que la précédente, avec encore des défis et items à débloquer, mais surtout des cartes plus grandes, donnant droit à de vraies excursions en milieu ennemi.

Et bien évidemment, si vous optez pour une avancée en mode infiltration (et en difficulté élevée), de nombreux passages vont vous donner des sueurs.

INTÉRÊT : EA délivre une seconde fournée de son mode Stories pour son FPS blockbuster, et améliore grandement la durée de vie et plusieurs autres pointss.

Mais surtout, il était difficile de faire un énième FPS solo sur une période de l’histoire qui a été vue et revue on ne sait combien de fois.

Les développeurs ont cherché l’originalité, non pas du côté du gameplay qui vous semblera très proche de tout ce qui peut se faire (quitte à piquer des idées aux autres), mais au niveau de la narration.

Le combat d’une mère et d’une fille, d’un loser prêt à redorer son image, ou encore d’un officier allemand aux commandes d’un tank, constatant l’absurdité de cette guerre, sans oublier le segment « Tirailleur »…

Ce dernier a beaucoup fait parler de lui, car il met en avant des soldats sénagalais venus combattre pour la France, et qui vont fouler pour la première fois son sol pour sans doute y mourir…

Si vous ajoutez à cela le racisme de l’époque, où ces hommes sont considérés comme des boucliers humains, supprimés des photos officielles, jamais remerciés (avant 2017) pour leur acte…

Tout le long de cette histoire, on découvre ces hommes, leur sacrifice, et on tombe sur ce final plus que poignant.

C’est rare les FPS qui délivrent de l’émotion, et pour ce coup, Dice à fait fort.

Certaines personnes crieront à un opportunisme indécent, d’autres à un racolage putassier et orienté…Bref, les haters seront toujours de la partie, mais il s’avère que le jeu vidéo s’exprime une nouvelle fois et prouve qu’il peut être plus qu’un média de divertissement.

16/20

JeuxVideo.com

Fiche NoFrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire