[PC]Inside

INTRIGUE : L’aventure commence dans une sombre forêt, et vous met dans la peau d’un jeune homme, dont le seul but sera de fuir des hommes à sa poursuite, de se frayer un chemin dans d’innombrables décors tous plus glacials les uns que les autres, en dévoilant au fur et à mesure votre histoire…

GAMEPLAY : Comme « Limbo » du même studio, nous sommes face à un titre qui se la joue en quelque sorte plateformes et énigmes, le tout selon un scrolling horizontal. Le gameplay est ultra rudimentaire : avancez, sauter, actionner des boutons ou tirer des objets.

A l’heure des jeux nécessitant plus de touches qu’un clavier peut en disposer, « Inside » se concentre sur un seul bouton pour les actions, le reste n’étant que déplacement.

RÉALISATION : « Limbo » étonnait par sa direction artistique glauque et monochrome, et « Inside » n’en est que le prolongement.

Mais cette fois, la technique s’envole, et les décors semblent tout droit sortir d’une uchronie, d’un épisode de « Black Mirror », et on a plus de détails que dans leur précédente œuvre. L’animation fait aussi un bon prodigieux, et est digne des plus grands studios. Que ce soit votre avatar ou les autres humains croisés (sans oublier la surprise finale), tous disposent d’un panel de mouvements et de gestuelles étonnamment réalistes. C’est un vrai petit travail d’orfèvre, qui vient se frotter à cette direction artistique superbe, où la lumière a son mot à dire, en l’absence de couleurs (mais un peu plus que dans Limbo tout de même).

Et une fois encore, la bande son nous emporte avec elle, signée Martin Stig Andersen. Elle est à l’image des décors parcourus, à la fois envoutante, glaciale, dépressive, anxiogène et mortelle.

DURÉE DE VIE : Le titre ne s’éternise pas, et se termine du coup très vite. Comptez entre deux et quatre heures pour en faire le tour, avec cependant une petite subtilité : vous avez durant votre parcours la possibilité de récolter 14 cylindres, ces derniers vous ouvrant la voix à une fin alternative.

INTÉRÊT : Le studio Playdead reste dans son univers pour leur second titre, et accouchent une nouvelle fois d’un titre marquant.

« Inside » a quasiment une approche cinématographique, et expurge tout élément pouvant le rattacher à un jeu vidéo lambda : pas de dialogues, pas de didacticiels, le titre est muet comme une carpe et ne parle qu’à travers des paysages et des scènes impressionnantes, nous livrant alors à nos propres interprétations, dans un univers qu’on devine une métaphore du nôtre.

C’est un grand jeu, une expérience qui se vit au moins une fois, un résultat supérieur en tout point à « Limbo ».

On attend maintenant de pied ferme leur troisième bébé, connu pour l’instant sous le nom de « PlayDead³ ».

17/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire