Rétrospective 2019

NB : Les précédents bilans sont disponibles ici

Un clic sur la couverture vous renvoie à l’avis complet.


LES JEUX

2019 Sera finalement une année charnière, avec un regain pour le jeu vidéo, en nombre d’heures.

Cela s’explique du fait de l’émergence de concurrents à Steam, assez généreux. On parle bien évidemment du tant décrié Epic Game Store, mais aussi de Twitch Prime (pour les abonnés). De quoi compléter une bonne ludothèque à moindre coût, plus d’une centaine de titres récupérés gratis…Et comme on le lit très souvent : si c’est gratuit, c’est que c’est vous…, ben c’est gratuit!

Plus d’une centaine de titres joués, un gros ménage entre ceux qui valaient le coup de s’attarder dessus, et quelques gros coups de cœur, totalement surprenants (dans le sens où jamais vous auriez mis un kopeck là dedans). Mais aussi de grosses déceptions, des jeux aux avis dithyrambiques qui finalement vous laissent de marbre et finissent par (re)prendre la poussière sur votre disque dur.

Alors, 2019 côté jeux vidéo finalisés, cela donne un total de 19 jeux (petite progression de +2 par rapport à l’an dernier), ce qui peut sembler peu, mais j’ai eu droit à gros kif chronophage de 85 heures sur Far Cry 5, ce qui en fait mon second jeu le plus joué derrière Final Fantasy VII et ces 100 heures).

 

Les titres joués :

 

Hormis deux trois exceptions, c’est vraiment du très bon, avec le tant attendu Resident Evil 2 (j’en parlais dans mon précédent bilan), de la pure nostalgie sur ce titre qui fut mon premier jeu Playstation, fini un nombre incalculable de fois. Grosse éclate sur Far Cry 5, plus mature, mieux conçu que les précédents, dans un environnement que j’affectionne particulièrement, ce qui nous change des îles et autres « trous perdus ».

Mais la vraie claque, c’est Rime. J’en dis pas plus, mon avis est disponible plus haut, mais quelle prise aux tripes…Ca fait vraiment du bien de tomber sur des jeux de ce genre…

Des coups de gueule maintenant, avec des jeux comme « Darksiders ». J’ai tenté de remettre les doigts dessus, avec la version Remastered, mais pas possible, je me lasse au bout de 20 minutes. Ces jeux sont donc condamnés à rester encore quelques années.

Autre coup de gueule, les jeux mal finis, ou optimisés au hachoir. Je veux parler des titres qui ne vous permettent pas de configurer les touches, ou de modifier les paramètres graphiques comme vous le souhaiteriez.

Enfin, carton rouge pour EA, et « The Saboteur ». Je remets les mains dessus, histoire d’avancer, et le jeu est truffé de bugs. EA a fermé le studio Pandemic après la sortie de leur jeu, les privant de futurs patchs. « The Saboteur » EA est à éviter. Il faut se tourner vers la version GOG, patchée et infiniment plus jouable. Inconcevable de devoir repasser à la caisse pour le même jeu.

L’année 2020 s’annonce aussi riche, se profile à l’horizon de grosses pointures comme la suite de Doom et de Resident Evil 2…

L’année en captures d’écrans home made, c’est ici.


LES FILMS

202 films en 2018, 192 en 2019 (-10). Ça reste pas mal, et encore cette année, des films d’une belle qualité. Voici le palmarès :


























Des super-héros, de l’animation, des thrillers, une montée en puissance des films Netflix…On gardera à l’esprit « Klaus », magnifique conte de Noël loin d’être niais, et deux petits bijoux que sont « The Perfection » et « Serenity », au scénario vertigineux et aux surprises multiples.
Si vous aimez l’ambiance « Call Of », Operation Red Sea est fortement recommandé.


SÉRIES

On mixe séries et animation. 2019, de belles surprises, et comme on le sait, certaines risquent de se prolonger. Alors, quelles sont ces oeuvres qui ont marqué cette année écoulée. Sans nul doute « Love Death and Robots », c’est des courts de S.F., avec parfois une claque esthétique ou narrative, entre comédie noir, frisson, et contemplation.

Pour le reste, ce fut la fin de « Games Of Throne », de « Punisher », ou encore « Umbrella Academy », une énorme déception…

…rattrapée par début 2020 de « The Boys », qui fera sans nul doute partie du panel 2020, au même titre que « The Man In The High Castle » et ses 2 dernières saisons.

D’un point de vue animation, de belles surprises avec « Violet Evergarden », « Zombieland Saga » et « Rascal Does not Dream of Bunny Girl Senpai ». Du drame, de la comédie loufoque, et une oeuvre bien plus dense que sa jaquette pouvait le suggérer…


MUSIQUE

Voici une manière sommaire de montrer les nouveautés de 2019. Pas que des « nouveautés », on a dépoussiéré les disques pour tomber sur de petites pépites, qui méritaient bien un RIP pour une écoute nostalgique.

Néanmoins, dans le lot, des coups de cœur. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, les plus grosses claques ne viennent pas d’artistes plus ou moins reconnus, mais de compositeurs œuvrant dans le monde du jeu vidéo.

Ainsi, deux bandes-sons figurent sur le podium : « Rime » pour toute la mélancolie qu’elle apporte au titre, avec quelques chorales vous filant les poils…

 …alors que celle de « Planet Alpha » se présente plus comme un trip à la Jean-Michel Jarre, avec beaucoup de synthé, et des ambiances très particulières, parfois reposantes, parfois intrigantes.

Cerise sur la gâteau, ces deux bandes-sons sont disponibles en libre écoute en cliquant sur les jaquettes…

Une mention pour la bande-son de « Axiom Verge« , une vraie tuerie. Certains titres restent en mémoire sans saturer, malgré des heures et des heures sur ce titre.

Pour le reste, une touche Metal avec le live d’Ultra Vomit, tout aussi jouissif après les avoir vu en concert, et le grand retour de Lacuna Coil et Within Temptation, et surtout Rammstein. Leur dernier album fait couler beaucoup d’encre, mais ils ont sortis à mes yeux (ou plutôt à mes oreilles) un de leur meilleur album. Il suffit de tendre une oreille à « Weit Weg »pour s’en convaincre.

La bande originale de film revient à « Polar« , un film plus que correct, et un score développé par deadmau5. Déjà connu pour ces albums, ce dernier surprend ici avec des ambiances originales, une petite touche à la Reznor, et accouche au final d’un vrai petit bijou.

Pour conclure :

 

2 réflexions sur « Rétrospective 2019 »

  1. Belle liste de jeux. J’ai moi-même fini The Saboteur en version Origin récemment (je voulais pas non plus le racheter sur GOG) et le bug de la carte peut être corrigé en passant le jeu en 720p. L’autre bug le plus gênant (crash en sortie de jeu avec obligation de redémarrer le PC à la sauvage) peut être résolu d’un alt-tab en fin de jeu suivi d’un clic droit dans la barre de tâches => fermer la fenêtre. Donc oui le port PC est dégueulasse mais si à l’occasion tu veux le relancer garde mon commentaire sous le coude !

    1. Mille mercis. J’ai fini par télécharger illégalement une copie (une version de GOG sans DRM) par rage, mais aussi pour un prix élevé chez GOG (18€ pour un jeu pas récent). Et cette version tournait sans le moindre souci, j’ai juste eu deux crashs mineurs en jeu pour l’instant (dû à une surenchère d’effets à l’écran, comme une fuite en Lorraine au niveau 5 d’alarme).

      Et puis GOG m’a alerté d’une alerte promo sur ce jeu, et j’ai fini par l’acheter pour moins de 5 euros (comme quoi ça sert vraiment les wishlists). Vraiment regrettable que EA ne mette pas à jour leur version.

      En tout cas, ce « Saboteur » va m’occuper un bon bout de temps, j’avais pas vu qu’il y avait autant de missions libres.

      J’ai vu que tu l’avais aussi fini à 100%, chapeau bas!

Laisser un commentaire