[PC]Far Cry 5

INTRIGUE : Joseph Seed est à la tête d’une véritable armée de fanatiques, tous convaincus que la fin du monde tel que nous le connaissons approche. Véritable prédicateur puisant dans la Bible, il finit par se faire remarquer, en mal bien évidemment, et lui et sa secte font l’objet d’un mandat d’arrêt.

En tant que jeune recrue, vous assistez à son arrestation, mais rien ne se passe comme prévu. Suite à un accident où vous arrivez à vous en sortir in-extremis, vous faites figure de nouvel espoir pour la résistance qui se dresse face à Joseph et ses sbires…

GAMEPLAY : Après un Far Cry 4 très (trop) similaire à son prédécesseur, Ubi Soft a quelque peu revu sa copie, sans trop bouleverser l’essence même des Far Cry.

En gros, c’est toujours à peu près la même chose, à savoir un monde ouvert (ici disponible en totalité dès le début de l »aventure), segmenté en trois partie, toutes dirigées par un sous-fifre de Joseph. Outre les missions principales, on a bien évidemment des quêtes secondaires, des objets à dénicher, la chasse et désormais la pêche.

Mais cette fois, fini l’opulence avec une carte illisible tant on avait des informations et missions à profusion. Enfin une carte lisible, en 3D, et la modération en terme de possibilités secondaires (sans finalement impacter la durée de vie) rend l’expérience des plus agréables.

On note une meilleure gestion des points de compétence, de l’inventaire, avec cette fois la possibilité d’améliorer son arsenal sans passer pour un beauf capitaliste qui va chasser les espèces en voie d’extinction (coucou le « 3 » et le « 4 »!!).

Ici, vous pourrez améliorer vos compétences soit en récupérant des revues planquées un peu partout sur la carte, soit une fois des objectifs remplis (tuer 10 personnes avec un fusil à pompe, etc.). A noter que vous aurez pour la première fois la possibilité de modéliser votre avatar, de choisir son sexe et son apparence. Mais cela a un prix : votre personnage sera muet comme une carpe durant toute l’aventure. Le syndrome Gordon Freeman est de retour. Étonnant de la part d’Ubi Soft, quand on sait que d’autres jeux s’en sortent plutôt bien (« Rainbow Six Vegas 2 » ou les « Saints Row »).

La rencontre avec les sbires de Jacob s’effectuera dès que votre barre de résistance aura atteint un certain palier. Cette résistance s’acquiert en complétant des tâches que ce soit lors de missions principales ou secondaires, ou lors d’événements annexes (comme la destruction de biens d’Eden’s Gate). A mi-parcours, vous aurez une résistance bien plus coriace, avec de temps en temps des avions vous prenant pour cible.

Un moyen comme un autre de maintenir le joueur dans un certain stress, et de lui rappeler qu’il n’est pas là pour admirer le paysage.

RÉALISATION : Et parlons en de ce paysage. Ubi Soft a changé de version pour le moteur maison Dunia, et franchement, on apprécie le résultat.

Souvenez vous des précédents Far Cry, avec leur distance d’affichage qui semblait conséquente mais donnait finalement un rendu de carte plissée avec un relief absolument pas naturel (et un clipping forcé).

On oublie ici tout : de la vraie perspective, une superbe distance d’affichage, un vrai relief, mais surtout une montée en puissance des effets de lumière et des textures : on a enfin droit à un vrai cycle de nuit qui n’enlaidit pas le titre, une végétation luxuriante et le plaisir de voir l’environnement bercé par les rayons du soleil.

C’est une sacrée claque, et on n’hésite pas à plusieurs reprises à se croire dans un simulateur de tourisme, avec un aspect très Montana, de belles montagnes, des lacs, et une richesse dans les décors, même si on regrette de ne pas avoir plus de villes.

Pour la partie audio, c’est de la country la plupart du temps. On aime ou on n’aime pas. C’est pas le meilleur aspect de ce Far Cry quoi qu’il en soit, avec cependant une version française honorable.

DURÉE DE VIE : C’est là le point fort du titre, du moins si vous y accrochez : 85 heures au compteur, rien que ça!

C’est dû au plaisir de parcourir la carte dans les moindres recoins, de voir quelques références placées un peu partout (comme celle de « It »).

On trouve toujours quelque chose à faire, sans avoir l’impression comme dans les précédents volets d’être submergés d’actions environnantes (comme dans le 4 où lors d’une mission principale, vous tombez sur une espèce rare à collecter, puis d’un tambour à tourner pour augmenter vos succès).

Y revenir sera plus corsé, car se refaire toute l’intrigue peut être chronophage, mais le fait de pouvoir réinitialiser les points de contrôles permet alors de se remettre dans l’ambiance, et de s’amuser en mode furtif ou bourrin pour capturer l’endroit.

Enfin, on y reviendra pour se dépayser, s’offrir des vacances virtuelles en conduisant dans de superbes paysages…

INTÉRÊT : « Far Cry 5 » apprend de ses prédécesseurs et offre une aventure riche et palpitante, délaissant les contrées très exotiques des précédents chapitres pour quelque chose de plus proche, avec un scénario très intéressant pour qui est passionné par le survivalisme et l’Effondrement.

Seul reproche à ce sujet, les boss qui ne sont pas vraiment mis en avant. On regrette par exemple le combat final contre Jacob, un vétéran pur souche, et on rêvait d’une chasse à l’homme dans la forêt dans le même style que celles de « Rambo » ou « Hard Target », la survie mise en avant.

La Grace est aussi légèrement frustrante, cette matière désinhibitrice qui a le don de vous plonger dans un état second. Un peu sur-employée à nos yeux, avec certaines redondances.

Mais techniquement quel progrès. On prend plaisir à lancer le titre, à parcourir la carte, à dénicher ses petits secrets et à faire des tours en avion, en hélico, en jet ski, à pêcher, à chasser et bien évidemment à traquer nos ennemis avec un arsenal plutôt complet.

Une belle réussite, et on souhaite qu’Ubi Soft garde cette direction pour le prochain opus.

18/20

JeuxVideo.com

Nofrag

Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic
Pic

Notice: Use of undefined constant TDC_PATH_LEGACY - assumed 'TDC_PATH_LEGACY' in /var/www/html/blogs2.nofrag.com/public/wp-content/plugins/td-composer/td-composer.php on line 109

Laisser un commentaire