[PC]Clandestine

INTRIGUE : 1996. Suite à la chute du mur de Berlin, des agents secrets continuent de transmettre des informations capitales aux grandes puissances. Une série de disparitions et de meurtres nécessitent alors une enquête par l’unité Kingbridge.

Vous faites partie de cette unité, avec un hacker, génie pour trouver les codes de portes, désactiver les caméras et cracker les protections de PC, mais aussi une spécialiste de l’infiltration, capable de passer derrière les lignes ennemies et de remplir sa mission sans se faire remarquer.

Ce duo complémentaire va donc enquêter sur ce qui semble être une sordide conspiration.

GAMEPLAY : « Clandestine » se présente comme un Splinter Cell version féminine, avec une petite subtilité, la possibilité d’incarner un hacker qui va accompagner l’agent sur le terrain et l’aider à passer certaines sécurités.

Concrètement, on peut jouer en coop-op (chacun un rôle, et c’est jouissif de jouer le hacker et d’avertir son collègue des menaces imminentes) mais aussi en solo, avec la possibilité de passer d’un rôle à un autre via un simple bouton.

Du point de vue de l’espion(ne), en mode solo, le gameplay est simplifié avec la possibilité de taguer, les ennemis, désactiver temporairement les caméras (une seule à la fois, afin d’éviter toute action suspicieuse) et les barrières laser, demander le code d’une porte en mettant en surbrillance l’élément et en cliquant sur le bouton dédié.

Il sera cependant nécessaire en mode solo de passer par le hacker pour des tâches plus concrètes, comme appeler un nettoyeur pour supprimer les gardes neutralisés, désactiver une alarme sur le point de sonner, demander un dépôt de munitions ou de soins pour l’espion.

Certains de ces avantages sont à gagner en trouvant des dossiers disponibles dans les niveaux, et cumulables dans des compteurs à gauche de votre interface.

L’agent sur le terrain n’a pas trop d’autres capacités, mais peut tout de même avant chaque mission choisir son équipement, ses armes, ses gadgets (comme l’appât pour détourner l’attention d’un garde), le tout en se rendant dans le QG, une sorte de hub entre chaque mission permettant d’assister au briefing, de collecter des infos, ou de faire plus ample connaissance avec le personnel.

RÉALISATION : « Clandestine », malgré son jeune âge, dispose d’une réalisation datée, que ce soit dans la modélisation des personnages, les textures, l’animation. Rien de catastrophique, mais bon, c’est un peu dépassé. Cela n’empêche pas le jeu d’avoir un énorme potentiel, loin de là.

DURÉE DE VIE : Une petite dizaine de niveaux, parfois découpés en 2, avec de belles surfaces à parcourir. En plus, 4 niveaux sont disponibles en dehors de l’intrigue principale, pour prolonger le challenge.

En parlant des niveaux, et espionnage oblige, on voyage beaucoup, d’une soirée dans un manoir aux pays de l’Est, à une demeure abandonnée dans Paris, en passant par un bunker et une société cachant bien des secrets, comme une ambassade où l’intrigue prendra forme.

Si l’approche brutale est possible (on peut même détruire les caméras, mais cela fait systématiquement sonner l’alarme), on mise bien évidemment sur la furtivité, la récupération de documents, ce qui va forcément jouer sur la durée de vie. A vouloir se la jouer 100% furtive (0 alarme déclenchée) et récupérer tous les documents disséminés un peu partout, la durée de vie va alors avoisiner les 24 heures, ce qui est excellent pour un jeu de petite envergure.

La replay value est présente, en testant par exemple une autre approche (les ennemis et les documents sont placés de façon aléatoire à chaque partie), et le mode co-op enfonce le clou pour revenir de temps en temps tâter de l’espion.

INTÉRÊT : Tandis que Sam Fisher ne daigne pas se présenter pour de nouvelles aventures, d’autres alternatives sont disponibles. « Clandestine » de prime abord ne paye pas trop de mine, mais s’avère addictif une fois maîtrisé, l’aspect hacker/espion devant être contrôlé et rôdé avec l’expérience. Le titre nous rappelle aussi les premiers « Hitman », car en choisissant votre tenue, vous pourrez avoir plus d’aisance à berner vos ennemis.

Si le titre pêche par certains aspects (l’impossibilité de déplacer les corps, l’aberration des caméras ne les détectant pas), il comble ce manque par d’autres petites subtilités liées au hacker. Si on souhaite s’imposer une certaine rigueur (comme être furtif, ce que le jeu gratifie via un score final et l’indice de preuves, ou footprints), alors on peut refaire un niveau x fois, avec toujours autant de plaisir.

« Clandestine », c’est une bonne surprise. Un titre venant combler un manque certain d’agent espion dans la veine de Sam Fisher ou Snake. Il n’est pas parfait, surtout techniquement, mais arrive à vous embarquer si vous lui laissez une chance. Avec un peu d’indulgence (le jeu n’étant quasiment pas buggé), on découvre un titre plein de charme, certes rétro (l’intrigue prend en même temps place au 20ème siècle) mais pouvant rapidement devenir addictif, voire stressant, avec quelques petits scripts jouant sur les rebondissements (comme à Paris, stress level au max), ou le fait qu’il faille bien gérer la désactivation des caméras (une seule à la fois, et elles se réactivent une fois qu’une autre est prise sous contrôle du hacker).

15/20

JeuxVideo.comPic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic


Notice: Use of undefined constant TDC_PATH_LEGACY - assumed 'TDC_PATH_LEGACY' in /var/www/html/blogs2.nofrag.com/public/wp-content/plugins/td-composer/td-composer.php on line 109

Laisser un commentaire