[PC]Vanquish

INTRIGUE : Dans un futur proche où la démographie a grimpé en flèche, un coup d’état en Russie bouleverse le gouvernement en place, et les révolutionnaires décident de prendre en otage une immense cité en orbite autour de la Terre, censée minimiser l’effet de la surpopulation, et l’emploient comme arme sur les Etats-Unis.

Ces derniers rappliquent en envoyant un groupe de Marines, et aussi un homme de la DARPA, doté d’une armure révolutionnaire, capable de bouger à vive allure, et disposant d’un arsenal consséquent.

GAMEPLAY : « Vanquish » fait dans la simplicité, et se présente sous la forme d’un Thrid Person Shooter boosté à l’adrénaline : très peu de temps morts, on n’a pas trop le temps de se reposer face à ces hordes de robots à zigouiller, du simple fantassin au boss coriace.

Pour cela, notre armure dispose de quelques atouts, comme le fait de glisser à toute vitesse sur le sol pendant un certain temps, ralentir le temps pendant quelques secondes, ou encore disposer de trois armes, et deux catégories de grenades.

Si les premières fonctions entraînent une surchauffe de votre armure et doivent donc se gérer avec finesse, l’armement lui peut être changé dès qu’on trouve une arme sur notre chemin. Cela va du lance disque au bazooka en passant par le fusil sniper et la mitrailleuse, pouvant à tout moment être améliorés via des options à dérober durant les combats.

Le Bullet Time permet quant à lui de simplifier les combats contre de multiples ennemis, ou tirer sur d’imposants projectiles pour les faire exploser en plein vol. Enfin, le slide permet de se déplacer à vive allure pour échapper à une menace, ou tout simplement optimiser ses déplacements.

On retrouve aussi le système de couverture, permettant de s’adosser à un mur ou un élément du décor, afin de se protéger des tirs ennemis.

RÉALISATION : Remettons l’intrigue dans son contexte : Vanquish est sorti à la base sur console en 2010, et n’est apparu que par la suite sur PC en…2017.

7 ans, et un portage de qualité, car si le titre ne brille pas par une technique figée dans le temps, l’animation et la stabilité du titre font chaud au cœur. C’est nerveux, c’est fluide, on transpire aussi bien de la manette que du clavier, le combo touches/souris fonctionnant à merveille.

Ne vous attendez pas à une orgie visuelle, mais plus à l’effervescence de combats non stop.

DURÉE DE VIE : Le titre est court, la plupart des niveaux se parcourant d’une traite, une fois qu’on a opté pour les bonnes armes, maîtrisé les pouvoirs de l’armure et la stratégie du camp adverse.

On meurt par contre très souvent, ce paradoxe venant du fait que si on avance très vite en tuant d’une traite bon nombre d’ennemis, certains ont la fâcheuse manie de vous tuer d’un tir, avec un rayon vous carbonisant jusqu’à la moelle. Une fois ces saloperies détectées, on a vite fait de se réfugier pour les blaster tranquillement.

Comptez entre 7 et 8 heures de jeux, avec une replay value limitée un fois le jeu terminé.

INTÉRÊT : Shinji Mikami, la papa de « Resident Evil », revient ici avec un titre très nerveux, un actionner bourrin qui se dresse à contre courant de la saga qui l’a fait connaître. Ce titre est une sorte d’exutoire, où il peut donner vie librement à certaines idées, ce qui donne souvent un côté très kitch (aussi kitch que l’intro du premier « Resident Evil »), avec ce héros fumant dans l’espace, jouant les poses les plus provocantes face aux boss rencontrés, etc…

On rentre immédiatement dans le vif du sujet, on s’amuse à cumuler les cadavres avec une certaine aisance…Bref, ce jeu se veut être un condensé de fun à qui on pardonnera certains écueils, du kitch de certaines situations à une réalisation un poil faiblarde.

13.5/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire