[PC]The Signal From Tölva (+DLC)

INTRIGUE : Comme son nom l’indique, un mystérieux signal est émis depuis la planète Tölva. A bord de votre vaisseau en orbite autour de cette planète, vous ne prendrez aucun risque en piratant un robot à la surface. Surtout que si ce dernier meurt, vous pourrez toujours en hacker un autre…

GAMEPLAY : le principe est on ne peut plus simple : vous commencez à un certain point sur un carte, et votre but sera de contrôler l’ensemble du territoire, tout en récupérant des informations sur le fameux signal.

Sachant que deux autres factions ennemies sont sur les lieux, vous pourrez capturer leur base, ce qui vous servira de relais en cas de disparition. Un moyen de progression audacieux, car les bases peuvent aussi être attaquées, et ainsi ralentir votre progression.

Heureusement, certaines bornes peuvent aussi vous téléporter à n’importe quel moment, à condition de les activer. Leur avantage : elles ne peuvent pas être reprises par l’ennemi, mais l’inconvénient est que vous serez seul.

Car oui, à partir d’une base, vous pourrez envoyer des informations à votre QG, acheter du matériel, améliorer votre arsenal, ou encore enrôler des robots fraîchement construits.

Détruire, capturer, c’est une partie de votre job : l’autre partie c’est de scanner des artefacts disséminés un peu partout sur la carte. Une fois scannés, vous devez transférer ces informations depuis votre base, et vous gagnerez ainsi des points. Au bout de trois points, vous passez à un échelon supérieur, ce qui débloque certaines armes, ou la possibilité d’enrôler un robot supplémentaire (jusqu’à 4).

En plus de cela, certains passages sont radioactifs, et vous impose donc d’augmenter votre niveau pour acheter la protection requise. Pour tout achat, cela se passe via la récupération de pièces disséminées un peu partout dans le monde, avec un certains endroits des concentrations à nettoyer. Vous pouvez aussi récupérer des crédits sur vos ennemis morts.

RÉALISATION : C’est beau sans l’être. Le titre dispose d’une direction artistique intéressante, avec une certaine profondeur de champ, une gestion jour/nuit pour varier l’environnement, et des petits effets sympas.

Vous ne serez pas éblouis par la finesse des textures, mais plutôt par la sensation qui se dégage d’un endroit, de sa solitude ou d’un moment contemplatif lié aux ruines trouvées sur votre chemin.

La bande-son vous accompagne tout du long avec une ambiance très douce, même lors des combats. Cela donne au titre un côté atypique, proche d’un walking sim avec des frags en plus.

DURÉE DE VIE : Il faut compter 6 heures pour boucler le titre principal, comptant deux fins (heureusement consultables sans avoir à tout refaire depuis le début).

Suite à cela, vous pourrez vous attaquer à un DLC gratuit, vous plongeant dans des événements antérieurs.

Y revenir? Pourquoi pas, à condition de ne rien avoir à se mettre sous la main, on est pas vraiment obligé d’y retourner.

INTÉRÊT : Après « Sir, you’re being hunted », le studio Big Robot revient avec un titre plus accessible, mais aussi plus frustrant.

Car oui, au début, on se demande vraiment ce qu’on fout là. Si le jeu est exclusivement solo, il souffre d’un manque total de narration, comme leur précédent titre.

On erre au début, on se demande ce qu’on fait ici , on ne sait pas trop quoi faire et on se contrefout de l’histoire, résumée par quelques codecs pas vraiment intéressants.

Alors, un bout de deux heures, on met le jeu de côté pour n’y retoucher qu’un an plus tard, et de comprendre avec persévérance que ce titre doit être pris pour un simple jeu de conquête, sans en attendre autre chose.

Si vous adorez les jeux de société, où on fait une partie de temps en temps, et bien pour « The Signal Of Tölva », c’est un peu pareil : concentrez vous à faire le ménage sur la carte, à conquérir et avancer sans rien n’attendre de plus.

Dans ce cas, ce titre paraîtra moins étrange, comme une sorte de petit entre-temps poétique cherchant à vous dépressuriser le cerveau. On ne pense pas vraiment devant ce titre, on ne fait que marcher tout le long (ce qui est parfois chiant, car même la téléportation d’une base ou d’une borne ne vous approchera pas plus du nouvel objectif (surtout quand on meurt avant d’avoir capturé le bastion).

On s’arrête aussi de temps en temps, comme envoûté par la bande-son et le passage d’un immense vaisseau spatial au dessus de votre tête, alors que vous êtes en haut de la vallée, à contempler le décor, à la recherche de votre prochain objectif.

Très étrange, ce jeu signé Big Robot mérite plus d’acharnement pour vraiment vous délivrer son potentiel, même s’il n’est pas aussi charismatique qu’on pouvait l’espérer (en doléances, un gameplay trop simplifié, et une narration sacrifiée pour une expérience proche d’un jeu de plateaux).

12/20

JeuxVideo.com

Fiche Nofrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire