[PC]Deus Ex – Mankind Divided

INTRIGUE : Après l’excellent « Deus Ex : Human Revolution« , la licence n’était pas pour autant abandonnée par feu Eidos (désormais Square Enix Europe), et l’agent Adam Jansen revient après un certain laps de temps, temps que Adam n’arrive pas à quantifier, ni se souvenir de ce qui a pu lui arriver. On en saura bien plus durant ce volet, et de ses DLC. Mais l’intrigue même de Mankind Divided s’intéresse surtout aux agissements d’un groupuscule pointé du doigt suite à un attentat à Prague. La ville devient vite un centre névralgique où les augmentés et humains sont sur le point de se livrer une guerre sans concession. L’agent Janssen va donc enquêter pour éviter la crise, et lever le voile sur ce qui semble être une sombre machination…

GAMEPLAY : Par rapport au précédent volet, c’est quasiment la même chose, à savoir un FPS où vous pourrez faire évoluer votre personnage, le rendre plus puissant au combat ou plus furtif, en fonction de votre approche privilégiée. Sur ce point, les développeurs ont pris en compte les remarques, et on peut finir le jeu sans la moindre victime à déplorer. L’aspect furtif est bien évidemment plus gratifiant, et mis en avant via un level design ingénieux, où vous aurez toujours plusieurs moyens pour contourner un obstacle, qu’il soit matériel ou humain. On note dans ce chapitre de nouvelles extensions, rien de bien exceptionnel, mais apportant de la variété à votre style de jeu.

RÉALISATION : Cela reste propre, mais un poil décevant. Si on évite les teintes marron/jaune de « Human Revolution », ce n’est que de façon temporaire. Cela nous laisse au moins le temps de découvrir Prague en plein jour, avant de retomber dans des nuances plus connues. les graphismes ont heureusement évolués aussi, avec bien plus de détails, mais cela reste encore un peu trop rigide, à l’image des animations encore un peu trop raides. Même constat pour la bande-son, excellente, mais en écho avec le précédent score de Michael McCann.

DURÉE DE VIE : Bien évidemment conséquente, surtout si vous aimez accéder aux missions secondaires (12 au total), en plus des missions principales (au nombre de 17). Rajoutez à cela l’envie de découvrir le moindre recoin des quelques cartes mises à votre disposition (où fourmillent des caches à cracker, avec des bonus d’XP à la clé). Par contre, si on fait une fois le tour au complet du titre, il n’est pas sûr qu’on y retourne de sitôt.

INTÉRÊT : Si vous avez aimé « Deus Ex : Human Revolution », cette suite est faite pour vous. Sans réelle évolution majeure, on tombe sur une suite directe ayant quelques évolutions techniques et de gameplay, avec une histoire intéressante. Pourtant, les premières heures de jeune ne laissent pas augurer d’une « partie de plaisir », car les premières missions nous semblent anodines, le scénario ne décollant que tardivement. Et les cartes ne semblent guère conséquentes au début, on se demande si on est pas face à une petite enquête de routine dans un petit quartier, alors qu’on est censé être dans une mégalopole. C’est seulement à partir d’un niveau, où on sort de Prague, qu’on a plus « d’ampleur » : ampleur dans le scénario, dans l’environnement, etc.
Il faut donc être patient, et ne pas trop se perdre à vouloir tout récupérer dans Prague dès les premières heures, quitte à se lasser.
Heureusement que la qualité va crescendo…jusqu’à la fin.

En effet, cette dernière est totalement bâclée, vite expédiée, et ne restera pas dans nos mémoires. En fouillant un peu, on apprend que le jeu devait être bien plus long, mais que pour certaines contraintes (en terme de budget, de planning), le jeu a été coupé, avec sans doute une suite à ce volet en guise d’épilogue.
« Mankind Divided » est un bon jeu, mais on pouvait sans doute en attendre plus de ce dernier.

14.5/20

JeuxVideo.com

Fiche Nofrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Laisser un commentaire