[PC]Battlefield 1 – Mode « Stories »

Pic

INTRIGUE : A l’image de son concurrent direct (Call Of Duty), la saga Battlefield abandonne les épisodes avec conflits contemporains (le 3 & le 4, les Bad Company) pour se concentrer aux conflits majeurs des générations précédentes, en commençant par la première guerre mondiale. En guise de solo, ils proposent 5 histoires centrées sur 5 personnages différents, 5 destins aux quatre coins du monde.

GAMEPLAY : Gameplay on ne peut plus classique, on retrouve les bases du FPS avec la possibilité d’emprunter des véhicules en fonction de l’intrigue, d’un coucou à un tank, avec même quelques passages étranges, comme ce vol en pigeon voyageur, plus anecdotique qu’autre chose. Malgré un moteur permettant de vastes cartes à explorer, on est ici face à un classique FPS couloir, avec des objectifs à compléter tout en allant d’un point A vers un point B.

RÉALISATION : Battlefield oblige, c’est magnifique. Après la déception de voir le titre ralentir comme un bousin en mode DX12, s’en débarrasser permet alors d’avoir un titre ultra fluide, superbe, bénéficiant de décors réalistes, et d’effets de lumière à couper le souffle. Jamais la boue ne vous aura semblé si réaliste, et prendre un fort lors d’une tempête s’avère impressionnant. On reste cependant très loin des vidéos promotionnelles vantant une surenchère d’action à l’écran.

DURÉE DE VIE : Très très très courte! Moins de 6 heures pour tranquillement faire le tour des 5 intrigues, en pouvant commencer par n’importe laquelle. Sachant que chacune propose deux à trois niveaux, tous plus ou moins courts, on fait vite le tour, malgré le fait d’avoir monté la difficulté au maximum, et cherché les collectibles disséminés un peu partout sur la carte.

INTÉRÊT : Un court solo, c’est déjà mieux que rien (en référence à BLACK OPS IIII). C’est dommage, car la variété des missions (en tank, en avion, dans le désert, sur la côte et en pleine montagne) permet de varier les plaisirs, avec quelques surprises. Ainsi, d’un point de vue purement subjectif, la mission dans les Alpes paraissant la plus bandante, mais finalement s’avère décevante. Tout l’opposé avec cette balade en avion, un pur régal.

Car ces courtes missions ne vous imposent pas un style particulier de jeu. Les niveaux réservés à l’aviation, ou au tank, donnent aussi la part belle à l’exploration solo et à la discrétion (quitte à faire dans l’anachronisme avec des armes à silencieux).

D’ailleurs, la furtivité est sans doute le moyen le plus valorisant de terminer un niveau, un comble pour un titre mettant surtout en avant sa profusion d’action et d’explosions.

A ce titre, et afin d’augmenter la durée et la difficulté du titre, il est dommage de ne pas avoir plus de contraintes lors des différentes quêtes. Un exemple tout bête, un passage vous amène en pleine campagne avec comme objectif de récupérer des pièces pour réparer votre avion. Si ce niveau est superbe, intense et immersif, il est à l’image du reste : un simple amuse-bouche!

Pourquoi ne pas avoir une garnison complète d’ennemis à la place d’une poignée, pourquoi ne pas nous pénaliser une fois découvert?

Ce solo découpé en scénettes est finalement une bonne surprise, mais de trop courte durée. Il était possible de rallonger l’expérience pour avoir un titre solo frôlant les 8 heures de jeu, en plus du multi qu’on connaît tous.

On espère que le mode Stories de Battlefield V soit plus consistant, mais les premiers échos ne vont pas dans ce sens. Ce sera sans doute un simple copier-coller, avec en nouveauté des passages en ski. Ça donne envie, certes, mais ça frustre à l’idée de se dire que l’aventure sera pliée en un jour ou deux.

14/20

JeuxVideo.com

Fiche Nofrag

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic