[PC]Hitman Absolution

Pic

INTRIGUE : 47, tueur à gages implacable, se voit confier un contrat original : tuer sa collègue Diana, qui pendant de longues années, l’a aidé lors de nombreux contrats. Avant de mourir, Diana lui confie la garde d’une jeune fille, qui semble intéresser bon nombre de personnes, prêtes à tuer pour mettre la main dessus. 47 devient alors son ange protecteur, et il n’hésitera pas à faire parler la poudre et sa corde à piano pour la protéger.

GAMEPLAY : Les bases d’Hitman restent les mêmes, à savoir des assassinats à chaque niveau (un ou plusieurs). On perd par contre en liberté avec une progression plus linéaire, où vous devrez entre deux contrats vous infiltrer sans trop attirer l’attention. Fini la carte à consulter, on essaye ici de fouiller une zone pour trouver comment tuer sa cible le plus discrètement possible, sans attirer l’attention, voire faire passer cela pour un accident, on trouve la sortie, on passe discrètement devant les forces de l’ordre ou agents de sécurité, sbires et autres en alerte, et rebelote. Originalité de ce volet, l’instinct, représenté sous forme de barre se consumant à chaque emploi, et se régénérant suite à certaines tâches accomplies. L’instinct vous permet une fois activé de passer devant vos ennemis sans se faire remarquer (mais attention de ne pas se retrouver à court), ou encore de ralentir le temps pour tuer aisément certains ennemis, que vous aurez au préalable flaggé. L’instinct vous permettra aussi de voir le chemin que suivra un ennemi, afin de savoir s’il viendra vers vous, et vous permettra en plus de voir à travers les murs.

RÉALISATION : A chaque nouveau volet, la saga « Hitman » améliore sa technique. C’est propre, c’est fouillé, la gestion de la foule est une nouvelle fois impressionnante. Cette dernière permet de se camoufler, afin d’échapper aux ennemis pouvant vous remarquer. Chaque niveau est différent, nous fait voyager dans l’Amérique, entre mégalopole et zones désertiques, le tout servant un scénario travaillé.
A la fois proie et chasseur, 47 devra de nouveau se déguiser et utiliser l’environnement pour progresser. La maniabilité a sensiblement évolué, avec ses petites nouveautés, liées à l’instinct. Côté environnement sonore, la bande son et le doublage français renforcent l’immersion.

DURÉE DE VIE : Un Hitman étonnamment long, environ 30 heures de jeu pour en voir le bout, et un plaisir certain de faire ou refaire un niveau pour trouver d’autres façons de remplir un contrat, les développeurs ayant dans chaque niveau implanté de nombreuses façons d’éliminer ses cibles. A vous donc de toutes les dénicher, comme les différents costumes (certains apportant plus d’immunité que d’autres), les différentes armes (vos silverballers sont toujours de la partie), ou encore les preuves, sorte de bonus à trouver pour augmenter son score ou gagner de l’instinct.

INTÉRÊT : Beaucoup craignaient ce titre, avec sa nouvelle orientation prévue, mais finalement, « Hitman » reste « Hitman ». Le fait d’avoir une progression un poil plus linéaire ne dérange en rien, et parvient même à améliorer la narration, bourrée de références cinématographiques et moments épiques (les fameuses saintes). Les qualités tant techniques que ludiques sont au rendez-vous, et on aime chercher toutes les possibilités cachées dans les niveaux, afin de faire un sans faute et obtenir le titre ultime lors du débrief de niveau. Sans doute le meilleur Hitman, juste derrière le second volet.

16/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

6 réflexions sur « [PC]Hitman Absolution »

  1. Ces putains de QTE, j’ai lâché au combat de catch, absolument minable. Des niveaux libres et non scénarisés faussement ouverts pour l’histoire qui sont en fait des couloirs avec parfois un petit chemin parallèle.
    Des déguisement qui servent, et pas la main devant la tronche pour se donner l’air encore plus suspect. En fait un Hitman comme ils étaient avant celui ci.

  2. Les QTE ne sont pas un problème, le gros point noir du jeu c’est les déguisements, c’est ce qui m’a fait lâcher le jeu avec cette sale impression de pouvoir être plus discret sans être déguisé qu’avec un déguisement.

    Le plaisir de jeu en souffre, se faire repérer alors qu’on porte un déguisement intégral avec une cagoule et un casque (déguisement du SWAT) c’est complétement idiot et irréaliste alors qu’ils avaient voulu implanter un système de déguisement « réaliste ».

    C’est dommage parce que le jeu est bon dans l’ensemble mais ce point noir plombe complètement le jeu.

  3. Dust a dit :
    le gros point noir du jeu c’est les déguisements, c’est ce qui m’a fait lâcher le jeu avec cette sale impression de pouvoir être plus discret sans être déguisé qu’avec un déguisement.

    Ça! Perso le jeu a été une énorme déception. Les déguisements ne servent à rien en difficulté max, et le coup du trespassing est absolument horripilant. On est dans un hôtel, on ouvre une porte, pas de problème. On ouvre la porte suivante, on a un message trespassing qui apparaît et on se fait repérer immédiatement sans possibilité de reculer à temps. Il n’y a absolument aucune façon de savoir les endroits où l’on peut aller ou pas. Tout le côté observation et planification de l’assassinat a disparu. Au final je crois que j’ai arrêté après la mission de l’hôtel justement, donc vraiment au tout début du jeu.
    En plus de cela l’IA est complètement foirée. Il suffit de revoir les vidéos qu’avait fait Chaka pour s’en convaincre…

  4. J’avoue que j’ai peu utilisé les déguisements, sauf pour débloquer les « achievements », ou quand j’avais trouvé le « master disguise » qui permettait d’aller partout ou presque sans se faire ennuyer.

    Pour le reste :
    – OK pour dire que les QTE c’est naze, comme partout.
    – à la fois sympa et dommage de donner la liste des achievements à la fin : oui ça permet de trouver toutes les manières prévues par les développeurs pour se débarasser d’une cible, mais en même temps ça donne de gros indices. Contrairement aux précédents où c’était une véritable découverte.

    C’est en cela que je dirais que le jeu est plus guidé (à part les cutscenes jouables où là on est vraiment pris par la main). Parce qu’exactement comme pour les autres hitmans, le joueur est libre de faire exactement comme il l’entend : tuer juste sa cible, faire un massacre, et toutes les possibilités intermédiaires (éliminer tous les gardes sans se faire repérer tel un spectre, etc). Oui il y a la score en haut, impossible à tuer à l’affichage, mais quand je voulais jouer à la kill bill je n’y faisais pas attention.
    Franchement une fois lâché sur la carte, je trouve qu’on était aussi libre que dans les épisodes précédents.

    Clairement l’instinct (et les déguisements) n’ont pas été bien gérés. J’ai juste décidé de ne pas l’utiliser sauf pour les multi-shot (je trouve ça classe :p).

    Mais de manière générale j’ai passé un long moment, d’autant que je suis un « achiever » et que j’ai refait pas mal de fois la plupart des niveaux pour obtenir les badges.

    A conseiller aux amateurs de la série, ce n’est pas le massacre de la licence que certains teasers pouvaient laisser penser.

  5. Mon cas n’est visiblement pas majoritaire sur NF mais j’ai pris mon pied à jouer sur ce Hitman. J’avais d’ailleurs aimé aussi Blood money.
    Le nouveau système de discrétion m’a convaincu, sauf sur le point précis des costumes intégraux qui ne donnent pas toujours l’immunité alors que le corps du npc sur qui on l’a pris n’a pas été découvert.
    Le gros souci en ce qui me concerne réside dans le système de sauvegarde bancal qui t’oblige à te refaire le même passage 100 fois, chose que je déteste déjà ordinairement mais là en plus il faut attendre que les scripts des npc se déroulent pour passer discrètement au bon moment. Une des plus grosses rages de tous les jeux auxquels j’ai joué.
    Pour le prochain Hitman j’aimerais bien la même recette avec des niveaux plus grands et moins segmentés.

Laisser un commentaire