[PC]Resident Evil : Revelations

Pic

INTRIGUE : Jill Valentine est Chris Redfield ont rejoint les équipes du BSAA après les évènements de Raccoon City. Jill va être envoyé en mission sur un navire abondonné, le Queen Zenobia, avec son nouveau partenaire Parker Luciani. Sur place, ils vont découvrir qu’ils ne sont pas seuls, une menace d’un nouveau genre planant sur eux…

GAMEPLAY : Alleluia!!! D’abord merci à Capcom d’avoir porté cet opus sur PC, en HD. Le titre était à la base exclusif à la Nintendo DS, et cette version, adaptée pour les consoles et PC, n’a pas été prise à la légère au niveau du portage. Autre Alleluia pour un retour aux sources. Resident Evil 4 avait privilégié un gameplay nerveux au détriment du survival pur, pour donner un bon jeu d’action mais un correct survival horror. Resident Evil 5 récupérait cette recette, mais tire trop sur les ficelles, pour devenir sur la fin qu’un bête Third Person Shooter sans intérêt. Sur « Revelations », un peu l’épisode à part car n’ayant pas de numéro comme « Code Veronica », on revient enfin à l’exploration de l’environnement, avec de multiples aller retours dans de vastes environnements, le bateau possédant un belle superficie. Mais Jill et Parker ne seront pas le seul duo du jeu, qui nous offre des « épisodes » annexes (je jeu se présentant comme une série télévisée), mettant en scène Chris Redfield et Jessica , deux autres agents du BSAA Keith et Quint, avec de temps en temps des changements de duos. Les environnements, liés aux multiples flashbacks, vous projetterons dans les locaux du BSAA infestés d’armes biologiques (les Hunters), ou dans une base isolée par un froid glacial. Vous serez donc rarement seul, ce qui enlève un poil de tension. D’ailleurs, on ne peu par dire que ce titre fasse peur, même si à certains moments, le malaise et le stress vous mettrons à mal (comme un ennemi imposant vous tuant d’un coup s’il vous choppe). Le bestiaire fait peau neuve, les zombies et autres Plagas font désormais place à des mutations génétiques pas vraiment charismatiques, mais un peu trop classiques au niveau du design.
Le gameplay a été légèrement rafraichi, et il est enfin possible de tirer tout en bougeant. Par contre, impossible de sprinter, ce qui rajoute du stress quand on tente d’échapper à certains ennemis. Nouvelle fonctionnalité, vous pourrez avec de bons réflexes esquiver une attaque ennemie, ce qui demande au début un peu d’entrainement. Les caisses sont toujours de la partie pour stocker votre arsenal, à la nuance prêt que vous ne pourrez porter sur vous que trois armes (les autres seront automatiquement stockées), toutes customisables grâce à des kits interchangeables. Plus besoin de gérer son inventaire concernant les objets, ils sont automatiquement stockés eu aussi et à disposition quand besoin est. Pour la santé, vous serez limité à un certain nombre de soins.
La petite originalité vient d’un scanner portable, que vous pourrez activer à tout moment pour déceler dans le décor soins, munitions, etc …Vous pourrez aussi scanner les ennemis pour analyse. Chaque spécimen étudié à 100% vous donnera un kit de soins. Ce scanner vous permettra enfin de collecter des empreintes, qui ne serviront à rien si ce n’est débloquer un succès.

RÉALISATION : Capcom a su mettre à niveau ce titre initialement prévu sur console portable, pour en faire un vrai jeu sur PC, et pas qu’un simple portage. Les textures sont passées en HD, la maniabilité a été adaptée aux manettes 360, mais reste tout à fait jouable au combo clavier/souris. La bande son reste en deçà des épisodes précédents mais reste tout à fait correcte, et grosse nouveauté, le titre a été doublé en français. Un doublage d’ailleurs de bonne facture, avec des voix bien choisies. Les animations sont excellentes, et on a plus l’impression de contrôler un personnage avec un balai dans le fion.

DURÉE DE VIE : La durée de vie est conséquente pour un Resident Evil, il faudra compter plus de 12 heures pour parcourir le titre de fond en comble, et l’envie d’y revenir est bien là. D’autres modes de jeux sont présents pour rallonger la durée de vie, et la chasse aux succès peut facilement doubler la longévité, ainsi que le déblocage des costumes et armes supplémentaires.

INTÉRÊT : Ce Resident Evil rend espoir dans la saga, déclinant en qualité au fil des épisodes, pour n’avoir quasiment plus d’identité dans les derniers épisodes. Capcom a été avec « Revelations » à l’écoute des fans, et a su corriger le tir pour revenir à la source. Certes, le titre n’est pas parfait. L’IA de votre partenaire ne vous aidera pas vraiment, et la présence de ce dernier dans la majorité de l’intrigue réduit considérablement le stress et la peur. Certains ennemis et situations seront tout de même stressants, mais malheureusement trop rarement. « Revelations » tente de se rapprocher de « Dead Space », dernier en date à nous avoir fait ressentir la terreur.
Le gros avantage de ce volet est la variété des personnages, des contextes, en contrepartie d’une intrigue limite série Z, et du chara design (surtout capilaire).

17/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

3 réflexions sur « [PC]Resident Evil : Revelations »

  1. Je l’ai trouvé assez bon moi aussi dans l’ensemble (sur 360 pour le coup). Meilleur que le 6 qui part dans tous les sens pour arriver a pas grand chose. Bien sur comme tu le dis, on se serait bien passé du sempiternel collégue qui nous assiste avec son pistolet a bille, également du découpage et de l’enchainement pas trés heureux des niveaux.

    Malgré ça on retrouve une bonne ambiance clostro a l’ancienne, de l’exploration dans des maps ou l’on peut parfois s’égarer, enfin voila, un survival horror sympa dans la lignée RE4 et dead space 1.

    Par contre un truc qui m’a gonflé c’est le boss de fin, en jouant en moyen pas possible ça me gonfle! trop aléatoire je sais pas en tous cas j’ai bloqué dessus , genre 20 try, j’ai rangé le cd pour passer a autre chose et du coup je l’ai pas fini.

  2. C’est dommage, j’ai pas trouvé le boss final si difficile pourtant. En normal aussi, il a dû me tuer 3 ou 4 fois, puis j’ai compris le truc et ça a été tout seul.
    Il faut simplement rester à distance, puis quand il se « téléporte » pour t’attaquer, tu tires dans son cœur pour le stopper, tu t’éloignes de nouveau, et ainsi de suite. Quand il commence à se dédoubler, c’est simple, c’est toujours sa doublure qui attaque en premier, et elle n’inflige aucun dégât (elle te passe à travers, comme une illusion), le vrai attaque un peu après. Au lieu d’essayer d’esquiver, là encore tires dans son cœur pour l’arrêter.
    Rien qu’en sachant ça, tu peux lui enlever la moitié de sa vie, voir les 3/4, sans te prendre un seul coup facilement (utilise la mitraillette si tu n’arrives pas à viser avec précision, sinon sort un gros calibre pour aller plus vite).
    Après ça, il commence à courir partout, et à faire des trucs, je sais plus quoi exactement… Mais normalement, si tu as toutes tes vies ainsi que quelques herbes en stock, il ne devrait pas te poser de problème. Il est pas du tout aléatoire au contraire, car il suit toujours la même logique.
    Aussi évidemment, dès que tu en as l’occasion, tu tires dans le bulbe derrière son dos, ça lui inflige encore plus de dégât que dans le cœur. À ce propos, il me semble qu’il y a un QTE pour lui infliger des dégâts à un moment lors de la dernière phase (mais je ne sais plus, je confond peut être avec un boss de RE5), si c’est le cas, il me semble qu’il vaut mieux ne pas l’enclencher et en profiter pour vider un chargeur dans le bulbe de son dos, que ça lui fait plus mal que le QTE. À vérifier donc.

    Sinon de mon côté, j’ai rien compris au système d’esquive… J’arrive parfois à esquiver un ennemi, mais en général sans faire exprès et en voulant faire une autre action (attaquer ou recharger par exemple). Du coup, j’ai pris l’habitude de faire « avancer + attaque au c-à-c » pour esquiver, alors que ce n’est pas ce qui nous est demandé lors du tuto. C’est pas gênant pour faire le jeu en normal, mais il y a un moment en mode Commando où savoir esquiver peut être réellement utile, et pour l’aventure en difficulté Enfer, c’est nécessaire quasi.

    Après j’ai trouvé RER bon mais pas excellent. Il a des qualités que RE6 n’a pas, mais il a des défauts que RE6 n’a pas aussi…
    Le plus à plaindre, c’est le partenaire (qui ne sert à rien, mais qui est quand même là histoire de casser le stress d’être tout seul…Si a la rigueur on pouvait faire le scénario en coop, sa présence se justifierait, mais ce n’est pas le cas), le scénario sans queue ni tête, le charadesign (même en dehors des nouveaux persos, Jill est plus du tout la même et ça fait tâche quand on est un habitué de la série) et les micro-ralentissement chaque fois qu’on passe une porte.
    À par ça, le jeu est plus plaisant à parcourir que RE6, même malgré le fait qu’on ne puisse pas courir, et le mode Commando est vraiment cool.

  3. C’est vrai que j’en ai aussi chié pour le boss final, mais j’avais mal optimisé mes upgrades d’armes. Comme le dit Zombixel, le boss reproduit le même scénario, et au final devient très prévisible. Avec quelques herbes, un lance roquette, et un magnum bien chargé et les bonnes améliorations, on arrive à le battre sans trop de stress.

Laisser un commentaire