Wizard of legend, le test

Après un tutoriel déguisé en une rapide école de magie vous donnant les bases du jeu, vous êtes un magicien, un vrai. Pas un amateur de grimoires poussiéreux, non, plutôt le mage de bataille qui incante ses sorts tel un karatéka enchainant les baffes à vive allure. Face à vous se dresse un donjon de 10 salles, 4 boss, son lot de pièges et de monstres…

Wizard of Legend est un nouveau jeu indé dans la catégorie roguelite et partage les forces et faiblesses du genre. Dans le positif, il y a le pool de sortilèges tout simplement monstrueux qui se combine à un pool de babioles enchantées lui aussi monstrueux. Chaque exploration, on choisit parmi ce que nous avons débloqué 4 sortilèges, une tenue nous conférant des bonus et un accessoire qui boostera légèrement notre personnage. Deux autres sortilèges et une dizaine d’accessoires supplémentaires seront à acquérir à la sueur de boule de feu dans le donjon. Et, une fois dedans, le premier constat est que c’est nerveux, nous dashons dans tous les sens, essayant de trouver le bon tempo pour enchainer ses sorts jusqu’à pouvoir libérer le spécial chargé à fond pour des dégâts énormes. Il y a tout un apprentissage sur la gestion de l’étourdissement,  de son propre placement et  de comment délivrer le plus gros combo sans se manger une contre attaque.

Là où le bât blesse, c’est que le donjon est terne. Peu d’ennemis, des arènes trop peu variées, les mondes se correspondent trop. Le tout dans trois environnements qui ressemblent malheureusement plus à un coup de peinture qu’à de vrais changements. Univers rouge feu, univers bleu glace et univers vert terre, chacun avec leur boss spécifique, cela devient vite redondant. Dommage car l’univers comporte les éléments foudres, vents et chaos qui restent  inexploités. Les quelques marchands, deux constants, un variable présents dans chaque carte ne changeront rien à la donne, le monde à explorer est trop modeste, surtout comparé au foisonnement d’équipements disponibles pour le héros.

L’autre soucis est le manque de lisibilité. Sortilèges et accessoires ne sont plus expliqués une fois à l’intérieur du donjon, même quand ils ont déjà été acquis par le passé, rendant très hasardeux les changements et achats dans le donjon. C’est toujours malheureux de faire provenir de la difficulté de manière artificielle en cachant des informations précédemment acquises. Puis y a le manque de lisibilité dans les combats. Passé le premier univers, tout se corse. L’écran peut se recouvrir d’ennemis et de sortilèges, ce qui rend confus l’action, mention spécial aux arbres dans l’univers de Terre qui cachent les ennemis.

Heureusement, cette confusion inhérente finit par se dépasser par l’apprentissage du jeu en bon roguelite qui se respecte. On finit par ne plus tomber à répétition dans les fosses, à se placer à la perfection pour accueillir ses adversaires et à détruire les boss intermédiaires en un bon combo de 50 hits. Malgré la répétition, les quêtes du grimoire idéal et d’arriver à enfin occire le boss final suffissent à donner le goût de retenter sa chance, encore et encore. Le jeu n’est pas parfait, je le conseille aux amateurs du genre qui sauront passer outre ses défauts pour ce modeste idéal : rentrer dans la légende en tant qu’archimage.

P.S. Je n’ai pas pu en profiter mais le jeu propose un mode coop en local, multipliant par deux les combinaisons possibles du jeu. Avis aux amateurs.

2 réponses sur “Wizard of legend, le test”

  1. C’est un jeu qui me titille, et après la lecture de ton test, je suis toujours hésitant. J’ai du mal à savoir si ça va me convenir. A trop hésiter, je vais me retrouver à plonger de nouveau dans Binding of Isaac. (qui lui aussi était obscur quant aux effets des objets)

    1. Caroline a aussi testé et est globalement du même avis que moi. Le jeu a des bases solides mais ses défauts sont trop présents : « D’accord avec toi sur cet avis. Je trouve que le jeu avait un potentiel important gâché par des détails. Il est sorti trop tôt. » Le jeu a besoin d’une mise à jour avec des maps et des ennemis plus variés mais il reste sympa à jouer.
      Au delà, j’ai plus accroché à Wizard of Legend que Sword of Ditto que tu avais apprécié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *