[Shopping] Le papier numérique

Depuis quelques semaines maintenant, j’utilise la Sony PRS-505, une liseuse numérique.

Ces nouveaux livres n’utilisent pas d’écrans mais des dalles rigides (pour l’instant) contenant des pigments noirs et blancs (la couleur est prévue bientôt) qui sont polarisés et dépolarisés à chaque changement de page: c’est le principe du papier électronique décrit ci-dessous. On éprouve aucune fatigue visuelle, puisqu’il s’agit de pigments.

Vidéo du procédé : Format Real Player

Il n’y a consommation d’énergie que lorsque l’on tourne la page, l’autonomie d’un tel appareil est donc de plusieurs milliers de pages tournées. Je ne suis jamais tombé en panne de batterie jusqu’à présent, la recharge se fait sur une prise USB.

Si vous désirez plus d’informations sur la dalle Vizplex équipant le PRS-505, je vous renvoie au site de http://www.eink.com/

Comment se présente le PRS-505 ?

Numérique vs. analogique
Numérique vs. analogique

Il est livré avec une couverture type moleskine du plus bel effet. C’est un des atouts du livre électronique : la nature de votre lecture n’est plus trahie par la couverture. Le format, proche d’un livre de poche, est très pratique.

Un design sobre et élégant

Lors du premier allumage, c’est un énorme choc : tout semble réellement « imprimé »… Ce n’est donc absolument pas comme lire sur un écran. On se surprend alors à imaginer des dalles de plus grandes tailles équipant des ordinateurs de bureau ou des posters, tellement l’affichage est agréable.

Menu principal
Menu principal

Lorsque vous démarrez votre liseuse et qu’elle n’était pas en veille, vous tombez directement sur ce menu. En revanche, durant une lecture, vous arrivez directement sur la dernière page du livre en cours. Vous pouvez positionner des signets pour chaque ouvrage. Depuis la veille, il faut moins de 2 secondes pour retrouver la dernière page affichée. Il est possible d’organiser ses lectures par collections, auteur, etc… Le logiciel fourni par Sony n’est pas très ergonomique. Il vous faudra un peu de patience pour le maîtriser.

Cette liseuse est vue par tout PC comme un support de stockage classique, et chaque carte insérée comme une unité supplémentaire, à la manière d’un hub. Il digère des Memory Stick et des cartes SD. Actuellement, j’utilise une carte SD de 8go mais il serait possible d’utiliser des cartes 16 go, soit 32 go en tout.

Le gros point noir des livres téléchargeables sur les plateformes légales ce sont les DRMs. Dans mon cas, je ne veux absolument pas de ces fichiers dans ma liseuse. Il suffit que le service vendant ces livres DRMisés ferme ou que mon appareil soit perdu ou endommagé pour perdre toute ma bibliothèque. Je n’utilise donc que des fichiers sans verrouillage.

Il est également regrettable que les modèles fournis par la fnac n’intègrent aucun ouvrage complet et juste quelques extraits sans intérêt. On se penchera donc directement sur le net pour immédiatement démarrer sa bibliothèque électronique.

Il existe pas mal de sites permettant le téléchargement de livres libres de droit dans tous les formats et sans aucun DRM, dont celui-ci: http://www.ebooksgratuits.com/

Les personnes qui voudront truander trouveront assez facilement des livres récents du commerce sur les sites de P2P ou des torrents.  Pas mal de livres français commencent à arriver. L’histoire se répète donc comme à l’époque de l’arrivée du MP3. Tant pis pour les maisons d’éditions ou la Fnac qui n’ont tiré aucune leçon du passé.

Pourquoi craquer pour le PRS-505 alors que Sony vient de sortir le PRS-700 aux USA ? Au départ, mon choix s’était porté pour ce nouveau modèle. Cependant, il s’avère que le PRS-700 souffre de certaines lacunes.

Le PRS-700 étant tactile, Sony a dû ajouter une couche supplémentaire sur la dalle ce qui a très nettement dégradé la qualité d’affichage.

PRS-500 vs PRS-700

Le PRS-505 dispose d’un contraste légèrement amélioré par rapport à l’ancien modèle PRS-500, c’est dire le gouffre qu’il existe aujourd’hui entre le 700 et le 505. En outre, aux dires des premiers utilisateurs, le système tactile est loin d’être au point.

PRS-700

Le seul point positif du PRS-700 est d’offrir des LEDs de lecture d’appoint, lorsqu’il fait sombre, mais l’autonomie de l’appareil s’en ressent.  Personnellement, je trouve son design vieillot. Il coûte 100 $ de plus aux USA que le PRS-505, il donc sortira aux alentours de 400 € en France. Voilà pourquoi j’ai directement opté pour le PRS-505.

Venons donc au fait, quelles sont mes impressions sur ce nouveau mode de lecture ?

Une lecture agréable en lumière ambiante
Une lecture agréable en lumière ambiante

Ce n’est pas tellement le fait de lire sur du papier électronique qui est perturbant au début, mais plutôt le fait de tenir un petit appareil dans sa main, au lieu d’un livre. On a aussi peur de le laisser tomber, ce qui s’arrange facilement avec l’ajout d’une dragonne (non fournie!) sur l’attache prévue à cet effet.

Les gravures des Jules Verne apparaissent comme sur nos vieux livres d'écoles
Les gravures des Jules Verne apparaissent comme sur nos vieux livres d'écolier !

Après quelques semaines de pratique, je ne fais maintenant plus la différence avec un livre classique, à tel point que j’ai encore certaines fois le réflexe de tourner la page au lieu d’appuyer sur le bouton. Le confort de lecture est même supérieur à certaines éditions imprimées sur du papier de mauvaise qualité où l’on a la fâcheuse tendance à lire les autres pages en transparence.

Les photos NB sont plus vraies que nature
Les photos NB sont plus vraies que nature

Mon bilan pour l’instant est donc très satisfaisant. Si cela était possible, mon amour de la lecture s’est encore renforcé ! 2008 aura été l’année zéro pour ces appareils, et je pense qu’ils sont promis à un brillant avenir. Mes photos ne rendent absolument pas justice à la qualité d’affichage, c’est pourquoi je vous encourage à en essayer un, si vous en avez l’occasion. Le PRS-505 est actuellement la référence sur le marché.